AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .
 Yes sir ... (ft Sully) 
MessageDim 20 Juil - 17:59

Mary-E & Sullivan

Bon, alors ... Des pâtes, de la chair à saucisse, des tomates, des desserts, des pommes. Sucre, farine, lait, jus de fruit ... Ainsi qu'une quantité astronomique de nourriture industrielle. Mary jeta un dernier coup d'œil à la liste que son "patron" du jour lui avait donné. Elle avait tout. Sullivan devrait être satisfait. Même si elle ne comprenait toujours pas comment il pouvait avaler ces hamburgers sous vide totalement immonde. Il avait de l'argent, lui, il pouvait se préparer des trucs meilleurs non ?
Elle hâta le pas jusque chez le prof qui avait déjà eu recourt à ses services plus d'une fois. Elle commençait carrément à le considérer comme un client régulier. Et le fait qu'il l'appelle pour de petites tâches domestiques et non pour aller tabasser de pauvres types était un changement pour le moins agréable !
Arrivée devant l'immeuble dans lequel habitait son client, elle appuya longuement sur l'interphone, comme d'habitude. "Monsieur Grid. C'est Mary-Elisabeth." Quelques secondes plus tard, la porte s'ouvrait et Mary pouvait continuer sa progression, son lourd sac à la main, jusqu'à l'appart (grand appart) du jeune homme. Elle frappa trois coup à la porte et entra, se dirigea directement vers la cuisine et posa le cabas sur la table, avant d'aller voir où diable son client avait bien pu disparaître, cette fois. Elle le trouva finalement, avachit dans son canapé, en train de lire. Elle resta sur le pas de la porte. Il avait l'air triste. Il avait toujours l'air triste. Elle ne savait pas ce qui lui était arrivé dans la vie mais c'était quand même fou d'avoir tout le temps l'air triste comme ça ! "Monsieur Grid ?" Pas de réaction. "Sullivan ?" Toujours rien. "Vos courses sont dans la cuisine. Je vais y aller du coup." Rien. Pas même un battement de cil prouvant qu'il l'avait entendue. Mary poussa un long soupir et retourna dans la cuisine. Autant les lui ranger, ses courses. Elle n'était même pas sûre qu'il le fasse lui-même sinon. Alors qu'elle était en train de mettre le dernier paquet de pâtes dans le placard, pourtant, elle fût prise d'un doute. Est-ce qu'il lui arrivait de se nourrir, à ce bonhomme ? Pour de vrai ?
Changeant d'avis, elle ressortit les spaghettis de leur placard. Ca faisait longtemps qu'elle n'avait pas cuisiné. Depuis qu'elle était partie de chez ses parents, à vrai dire. On allait voir si elle n'avait pas perdu la main. Elle alla chercher rapidement tout ce dont elle avait besoin (et qu'elle venait d'acheter, surtout) et se mit au travail.
Au bout d'environ une heure, elle ressortit de la cuisine avec deux assiettes de spaghetti bolognaise. Sullivan n'avait pas bougé de son fauteuil. Elle n'était même pas sûre qu'il l'ait entendue s'activer dans la pièce voisine. Ou sentit l'odeur de brûlé quand elle avait oublié de baisser le feu sous la viande. Ou même, qu'il ait conscience de sa présence. En revanche, ce qu'il ne pu ignorer, ce fût l'assiette qu'Eli lui mit sous le nez (littéralement. Elle la glissa entre son livre et son visage). Et, lorsqu'il leva les yeux, ce fût pour voir une jeune femme avec un air sévère sur le visage. "Monsieur Grid, votre diner. C'est l'heure de manger." Elle avait un très léger sourire sur le visage mais, autrement, son ton et son attitude ne laissait aucune place au doute : il mangerait ces spaghetti, même si elle devait l'y forcer.
 


code by Virg'
Liés
avatar
Mary-Elisabeth Temple
┼ Messages : 67
┼ Points : 27
┼ Date d'inscription : 27/02/2014
┼ Age : 24
┼ Lié avec : Jesse A. Temple
┼ Groupe : Lié
┼ Célébrité : Alona Tal (crédit : le monde de Calli)
┼ Statut : Célibataire
┼ Thème : Skillet - Imperfection


Voir le profil de l'utilisateur http://daemons-lies.forumactif.org/t177-mary-elisabeth-touch-me-and-you-re-dead
Revenir en haut Aller en bas
MessageDim 20 Juil - 20:54
M A R Y - E  &  S U L L I V A N

« Monsieur Grid, c'est Mary-Elisabeth » Sullivan poussa un soupir et replongea dans son livre, ignorant l'appel de son 'aide de camp'. Cela faisait maintenant plusieurs semaines que l'homme avait décidé d'engager quelqu'un pour l'aider dans ses tâches quotidiennes : tâches qu'il était tout à fait apte à accomplir, mais qui le rebutaient et le blasaient au plus haut point. Il n'avait pas envie de penser à sa vaisselle, son ménage, ses courses... Bien sûr, s'occuper les mains aurait pu lui servir à oublier ses idées noires, mais il avait tenté : c'était inutile. Il préférait de loin de plonger dans un bon vieux bouquin qu'il connaissait par coeur plutôt que regarder une machine tourner.

Ainsi était arrivée Mary dans sa vie. Une femme charmante, mais qui laissait Sullivan totalement indifférent. Il n'avait plus goût à ce genre de frivolité, surtout pas à son âge. Cette fille aurait tout aussi pu être une de ses élève ! Il la trouvait cependant efficace, polie, et elle ne rechignait devant aucune tâche. Évidemment, il la rémunérait grassement pour ses services, mais lorsqu'il prenait le temps de s'intéresser à ce qu'elle faisait, il la voyait s'accomplir sans broncher, sans soupirer, et par moment il arrivait à se dire qu'elle était motivée autant par l'argent que par sa compagnie, aussi déprimante soit-elle – et il était le premier à le reconnaître –.

Perdu dans ses songes, il ne l'avait pas entendue, ni même aperçue entrer. La jeune femme s'était frayé un chemin jusqu'à la cuisine, et venait de lui rapporter ses courses – selon le peu que Sulli avait retenu – posées sur la table. Il n'esquissa pas un signe à son encontre, préférant l'ignorer jusqu'au bout. En un instant il avait oublié de penser, et son esprit était déjà retourné à sa lecture, montant un mur entre l'homme et son entourage. Le seul moyen pour Sullivan d'oublier la douleur, le manque, et l'insignifiance de sa vie depuis quelques mois. Depuis que Faith avait disparue. Parfois lorsqu'il regardait Mary-Elisabeth, il avait envie de pleurer. Elle lui ressemblait, et il parvenait à déceler une part d'elle chez la jeune femme. Ce qui était tout simplement insoutenable. A la fois magnifique, et horrible. Alors le plus souvent, il évitait de la regarder. Elle faisait ce qu'elle devait faire, point.

Cependant aujourd'hui elle semblait avoir décidé de faire plus que d'habitude. Et Sulli ne parvint pas à savoir ce qu'il ressentait lorsqu'elle lui colla une assiette de pattes bolognaises sous le nez. Etait-il frustré ? En colère ? Heureux ? Surpris, ça c'était certain. Il ne se souvenait pas avoir entendu la jeune femme cuisiner, dans sa cuisine. Une vague de terreur monta en lui. Peut-être commençait à perdre de ses sens ? Il ne rêvait plus depuis 4 mois. Et parfois, sa vision se brouillait subitement, et il lui fallait un instant pour retrouver la vue. Cette fois pourtant, il songea plutôt à de l'inattention de sa part. Il avait sans doute été absorbé par son livre, et oublié Mary, ce qui lui arrivait souvent.

Après quelques minutes, Sulli jugea qu'il était satisfait du geste de la demoiselle. Il ne releva pas le regard vers elle, de peur de croiser les yeux de Faith, mais esquissa un sourire avant de s'apprêter à décliner poliment son offre. Il n'avait pas tellement faim. En vérité, il avait rarement faim. Cependant il fut stoppé par quelque chose dans l'air, une odeur délicieuse qui lui donna l'eau à la bouche. Il fut incapable de savoir si il s'agissait du plat, ou du simple fait que Mary-E avait prit de son temps personnel pour le nourrir. Avait-elle deviné qu'il mangeait rarement ? Ce n'était pas tellement difficile à voir. Il suffisait de le regarder assez longtemps pour remarquer ses joues creusés et son teint trop pâle pour être naturel. Qu'importe de quoi il s'agissait, Sullivan décida de manger. A la fois parce qu'il en avait besoin, envie, et pour faire plaisir à Mary.

Il ferma son livre délicatement et le posa tout aussi doucement sur la table basse devant lui, avant repousser le bras de la jeune femme, sans se départir de son sourire en coin. Il décela la surprise de Mary-Elisabeth en lui jetant un regard en coin, puis, sans se tourner vers elle, indiqua la cuisine du menton. « Je mange toujours à la cuisine. » Cela suffisait pour lui indiquer qu'il mangerait, mais pas assit sur le canapé. Sans regarder si la petite blonde le suivait, Sullivan parti s'installer à la cuisine. Il y régnait une odeur de brûler étrangement rassurante : une sorte de témoin que la maison n'était pas encore morte. Le jeune homme s'assit et attendit que Mary lui apporte son assiette, ce qu'elle fit dans les instants suivants. Il attrapa des couverts dans un tiroir à côté de lui, et une seconde assiette qu'il glissa sur la table devant Mary-E. Puis il chercha les verre dans un placard dans son dos, à hauteur de ses épaules, et en sortit deux, qu'il remplit patiemment d'un vin rosé qu'il venait de prendre dans le réfrigérateur. Alors seulement il osa relever la tête vers la jeune femme, et se noyer dans son visage si jeune, si simple, si... innocent. « Merci. » Il en prit une cuillère et la goûta du bout des lèvres avant de l'avaler de bon cœur.

Le silence régna de nouveau pendant de longues secondes, interminables. Puis Sullivan sourit plus franchement. « C'est délicieux ! Mais encore un peu chaud. Nous devrions attendre encore quelques minutes que cela refroidisse. Qu'en dites-vous ? » Évidemment, elle n'aurait pas dû être encore là, peut-être même avait-elle des choses à faire. Mais le Détaché aurait sincèrement aimé qu'elle reste manger avec lui. Cela lui donnait l'illusion de n'être pas seul. Et il aimait sa compagnie. Jamais elle ne lui demandait de parler, jamais elle ne lui posait de question qui aurait pu le mettre mal à l'aise. Elle respectait, et il admirait cette qualité. En plus de sa capacité à faire des pattes bolognaises à tomber !



∞ we were infinite.
we accept the love we think we deserve
You don't know what you've got until it's gone...
Détaché
avatar
Sullivan F. Grid
┼ Messages : 44
┼ Points : 1
┼ Date d'inscription : 17/07/2014
┼ Age : 22
┼ Lié avec : Plus personne
┼ Groupe : Détachés
┼ Célébrité : Gaspard Ulliel
┼ Statut : Célibataire


Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageLun 21 Juil - 19:27

Mary-E & Sullivan

Mary était figée. Elle devait avoir l'air légèrement bête, debout avec son assiette tendue à la main. Mais elle ne voulait pas bouger. Hors de question. Elle s'était décarcassée pour lui préparer à manger et en plus, elle lui faisait ses courses. Alors s'il croyait qu'elle ne s'était pas aperçue que ses réserves diminuaient à peine à chacune de ses visites, il la prenait vraiment pour une cruche. Et elle détestait être prise pour une cruche. Alors elle le ferait manger, même si elle devait pour cela lui enfoncer la fourchette dans la gorge elle-même !

Heureusement, elle n'eut pas à mettre sa menace à exécution. Avec surprise, elle le vit sourire (ce qui lui allait beaucoup mieux que sa tronche de dépressif habituelle), fermer son livre, le poser sur la table et se lever, avant de lui faire signe de l'accompagner dans la cuisine. Allons bon. S'il ne daignait pas utiliser sa salle à manger grand bien lui fasse. Ce serait toujours ça de moins à nettoyer. Et puis, il avait décidé de manger, c'était le principal. Parce qu'elle serait bien embêtée, elle, si son client le moins contraignant venait à mourir de faim alors qu'elle allait lui acheter à manger justement pour éviter ça. Elle le suivit et posa son assiette sur la table, en face d'une chaise. Elle allait attraper les couverts mais il avait été plus rapide qu'elle et, déjà, une table pour deux personnes avait pris place devant ses yeux. Elle eut un léger sourire. Ca faisait longtemps qu'elle n'avait pas profité d'un vrai repas. Et elle devait avouer qu'elle était surprise et flattée qu'il l'invite, même indirectement, à manger avec lui. Si ça voulait dire qu'il la considérait un peu plus comme un être humain que comme une simple aide-ménagère, alors tant mieux.

Bon, par contre, rien n'aurait pu l'empêcher d'écarquiller les yeux en le voyant lui servir du vin. Elle avait l'habitude de boire ce genre de trucs ! Ca faisait trois ans qu'elle vivait de cocktails et de bière qu'elle grappillait dans les bars dans lesquels il lui arrivait de se soûler après une journée un peu trop dure ... Alors, se voir servir un alcool plus raffiné, pour une fois, ça la changeait pas mal. Machinalement, elle attrapa la bouteille, pour déchiffrer l'étiquette. Elle laissa involontairement échapper un sifflement : en plus c'était de la bonne bouteille ! Si elle avait été plus sérieuse et qu'elle avait fait des études, elle aurait bien aimé être prof elle aussi. Visiblement ça gagnait pas trop mal sa vie ! En relevant les yeux de la bouteille, elle croisa ceux de Sullivan. A bien y réfléchir, ça devait être la première fois. Va savoir pourquoi, il ne cherchait jamais à croiser son regard. Jamais. Bon, d'accord, la plupart du temps, il l'ignorait superbement, sauf quand il lui donnait un truc à faire mais même ! C'était pas possible de jamais regarder quelqu'un en face sauf en le faisant exprès !

Lorsqu'il la remercia, elle se contenta d'hausser d'un même mouvement épaules et sourcils, l'air de dire "Bah pourquoi ? Rien de plus naturel." Elle le laissa goûter le premier. Comme ça, si il tombait raide mort, elle pourrait disparaître sans laisser de trace et faire croire qu'elle n'y était pour rien ! Mais, visiblement, elle n'avait pas trop perdu la main, puisque non seulement il resta en vie mais qu'en plus elle eut carrément droit à un compliment. Compliment qui la fit sourire, d'ailleurs. Un vrai, pas juste son sourire "tout va bien" de façade. "Vrai ? Cool ! Ça doit faire trois ans que j'ai pas touché à une cuisine, j'pensais que j'serais complètement rouillée. Mais ouais, si c'est chaud autant attendre." Elle laissa un léger silence s'installer, en touillant les spaghettis du bout de sa fourchette, dans un sens puis dans l'autre. Elle avait un peu trop conscience d'elle-même, en cet instant. Des souvenirs, vagues mais bien réels, de directives de sa mère lui revenait doucement en mémoire. Sans doute ravivé par le parler si élégant de M. Grid. Il parlait comme ses parents. Et comme elle, avant. Elle se redressa d'un coup sec, et posa sa fourchette sur le bord de son assiette. Elle se sentait un peu à côté de ses basques quand même et elle attrapa sans trop y penser son verre, plus pour se donner contenance qu'autre chose. Elle y trempa doucement les lèvres et eu de nouveau un sourire. "Il est très bon. Vous n'auriez pas dû le sortir pour moi, ce n'était pas la peine." Les bonnes manières ... C'était étonnant de voir à quelle vitesse elles pouvaient ressortir quand on avait besoin d'elles ...

 


code by Virg'
Liés
avatar
Mary-Elisabeth Temple
┼ Messages : 67
┼ Points : 27
┼ Date d'inscription : 27/02/2014
┼ Age : 24
┼ Lié avec : Jesse A. Temple
┼ Groupe : Lié
┼ Célébrité : Alona Tal (crédit : le monde de Calli)
┼ Statut : Célibataire
┼ Thème : Skillet - Imperfection


Voir le profil de l'utilisateur http://daemons-lies.forumactif.org/t177-mary-elisabeth-touch-me-and-you-re-dead
Revenir en haut Aller en bas
MessageVen 25 Juil - 13:00
M A R Y - E  &  S U L L I V A N

L'enthousiasme et la bonne humeur de la jeune femme étaient des choses qui manquaient souvent à Sully. Il aimait sa compagnie en particulier pour ces deux qualités, en plus de son respect et son amour du travail bien fait. Un sourire à la jeune femme laissa entendre à cette dernière qu'il était ravi de partager son repas avec elle. Visiblement, elle n'était pas certaine que son plat soit mangeable, et sembla soulagée de savoir que Monsieur Grid n'était pas mort empoisonné. Cette pensée le fit sourire de nouveau, et il la regarda commencer à mélanger ses pâtes en songeant à la banalité de ce moment, qu'il appréciait cependant beaucoup.

Il attendit quelques minutes encore avant de l'imiter et commencer à manger sans dire un mot. Sullivan se sentait bien. Depuis longtemps, il avait l'impression que son quotidien n'était pas morne. Évidemment, il y avait les cours, qui souvent lui faisaient oublier douleur et chagrin, mais le reste du temps, il le passait le nez dans un livre, ses pensées perdues entre les lignes d'encre... ou bien à ne rien faire d'autre qu'à ressasser la souffrance et le vide de son coeur.
Travailler et lire lui étaient donc devenus essentiels, mais il en oubliait parfois ses proches... Mary-E qui était devenue une actrice importante de son existence, Echo, qu'il avait sauvé, et de qui il se sentait en partie responsable, ses élèves... Tous comptaient sur lui pour ne pas sombrer. Et tous lui permettaient de garder la tête hors de l'eau, sans même le savoir.

La petite blonde ne face de Sully complimenta de vin, et ajouta qu'il n'aurait pas dû le sortir pour elle. Cette remarque fut grimacer le jeune homme. « Je ne vois pas pourquoi vous ne pourriez pas en profiter ! A qui voulez-vous que j'offre de ce vin si ce n'est à celle qui permet que je ne meurs pas de faim et passe de son temps libre à prendre soin de moi ? Et de toute façon, les bonnes choses sont faites pour être partagées ! Et je décide avec qui. » Il lui fit un clin d'œil et lui sourit. Ce discours était une manière pour lui de remercier la demoiselle de lui être aussi dévouée, autrement qu'en lui donnant de l'argent en payement de ses services. Sully appréciait son tempérament et sa compagnie toujours pleine de surprise et synonyme de joie. Il le lui faisait savoir comme il le pouvait.

Le jeune homme retourna à son repas, qu'il termina lentement, tout en sirotant son verre de vin. Il ne poussa pas le déraisonnable jusqu'à s'en servir un second, son cerveau était déjà assez embrumé pour ne pas plus le noyer dans l'alcool. Même un excellent. Et Sullivan n'avait jamais été un adepte de la boisson, même dans les pires moments de sa vie. Il voulut cependant se montrer poli. « Voulez-vous un autre verre de vin ? Un dessert peut-être ? » Il poussa la bouteille près de la jeune femme et laissa le silence reprendre ses droits un instant avant de se caler dans sa chaise et se décider à lancer une vraie conversation.

« Dites-moi, en dehors d'aider une âme en sursit qui parfois ne le mérite pas, vous faites quoi de vos journées ? Vous êtes étudiante peut-être ? » Sullivan se rendait compte que depuis quelques semaines que Mary-E était à son service, jamais il n'avait vraiment engagé le discours avec elle, à propos de sa vie, ses hobbies, sa famille, etc... Mais en homme curieux, il se lançait aujourd'hui. Dans un bon jour, il se sentait près à parler lui aussi de sa vie à cette demoiselle, même, il en avait envie. Peut-être même qu'il en avait besoin...



∞ we were infinite.
we accept the love we think we deserve
You don't know what you've got until it's gone...
Détaché
avatar
Sullivan F. Grid
┼ Messages : 44
┼ Points : 1
┼ Date d'inscription : 17/07/2014
┼ Age : 22
┼ Lié avec : Plus personne
┼ Groupe : Détachés
┼ Célébrité : Gaspard Ulliel
┼ Statut : Célibataire


Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSam 23 Aoû - 15:08
La remarque de Sullivan concernant l'utilité des services de Mary-E aurait pût la faire rougir, si ça avait été son genre. Mais elle ne s’empourprait pas facilement et se contenta donc d'un léger sourire de satisfaction. Après tout, Mr Grid était l'un de ses clients préféré. Avec lui, elle avait vraiment le sentiment d'être utile à quelqu'un, indispensable presque. Et pas juste une fille banale à qui l'on demande un service parce qu'elle est disponible. Et elle accepta avec gratitude son discours de remerciement. Parce qu'il lui confirmait que son sentiment n'était pas qu'une illusion.

Elle finit son assiette sans ajouter un mot, encore un peu embarrassée par le compliment de Sullivan. De toute façon, lui non plus n'avait pas l'air d'être un bavard. Elle pût constater, toutefois, qu'il avait raison : elle n'avait pas perdu la main en ce qui concernait la cuisine. Si jamais elle se trouvait un appartement, un jour, il faudrait qu'elle soit sûre qu'il ait une grande cuisine. Elle poussa un soupir intérieur et repoussa cette idée dans un coin de sa tête : ça n'arriverait pas. Elle n'aurait jamais assez d'argent. Pas comme Mr Grid qui, lui semblait en avoir pas mal. Elle refusa poliment le verre de vin ainsi que le dessert. Elle savait que l'alcool la rendait violente et n'avait jamais vraiment apprécié les plats sucrés.

Le silence retomba. Il y avait beaucoup, entre eux deux. Mais il n'était pour autant pas désagréable. Ce n'était pas un silence gêné, ni maladroit. Juste le silence de deux personnes qui l'apprécient plus que de longs discours. Pourtant, à sa grande surprise, la voix de Sullivan se fit entendre, comme s'il cherchait réellement à lui faire la conversation. Sa question la pris au dépourvu et c'est en bafouillant qu'elle lui répondit. "Oh euh ... Moi ? Une ... Une étudiante ? Oh non. Non, pas du tout. Aider une âme en sursit, comme vous dites, c'est mon travail. Enfin, une partie de mon travail. J'aide les gens, je leur rends des services. Ça me permet de gagner ma vie." Et de faire vivre mon Daemon, pensa-t-elle avec tristesse. Elle aurait aimé pouvoir donner une autre vie à Jesse ... Malheureusement, cela lui semblait impossible ...


broken inside
Everytime I try te fly I fall without my wings. I feel so small ... @ ALASKA.
Liés
avatar
Mary-Elisabeth Temple
┼ Messages : 67
┼ Points : 27
┼ Date d'inscription : 27/02/2014
┼ Age : 24
┼ Lié avec : Jesse A. Temple
┼ Groupe : Lié
┼ Célébrité : Alona Tal (crédit : le monde de Calli)
┼ Statut : Célibataire
┼ Thème : Skillet - Imperfection


Voir le profil de l'utilisateur http://daemons-lies.forumactif.org/t177-mary-elisabeth-touch-me-and-you-re-dead
Revenir en haut Aller en bas
Message
Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Fête de Sully à Henrichemont
» Chateau de sully
» Girls, just wanna have fun (a) W/ Casey & Sully.
» Yes sir ... (ft Sully)
» Assis-toi faut que j'te parle t'vas (pas) passer ta journée dans l'noir (a) W/ Sully.


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Daemon's Lies :: II-discovering Los Angeles :: Santa Monica :: Maisons et Duplexes-