AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .
 Besoin d'affection (Sigvald) 
MessageDim 6 Avr - 21:07


Un Deamon! Dale n’en revenait toujours pas mais comment ? Enfin, si, il se doutait un peu de l’ensemble, pour lui, puceau, jamais eu de copine, si peu embrassé sur la bouche, il n’avait même pas répondu aux autres baisers, avait embrassé Cambria ! Enfin techniquement chacun avait fait la moitié du chemin, ce moment avait été merveilleux, encore plus que la danse. Il n’en avait jamais espérer autant, même si l’idée lui avait effleurée. Et puis, elle était partie dans un battement d’aile, laissant son cœur se déchirer avec un bruit de tonnerre. Deux émotions très fortes et très contradictoires voilà ce qui pour lui avait déclenché le processus non ? Tout ça pour dire que pour l’instant, tout était encore bien neuf dans sa tête et ne voyait pas trop comment il pourrait en parler à sa meilleure amie. Il devrait peut-être donc taire cet élément.

Il allait justement retrouver son Deamon, Sigvald, enfin ce serait plutôt ce dernier qui le rejoignait, il le trouvait vraiment adorable. Ce dernier pouvait se transformer en chiot super mignon et carrément trop trognon même s’il le préférait largement en humain. Puis avec sa chance habituelle, Dale se disait qu’il serait allergique au chien. Oui, j’avais déjà dit que notre jeune homme n’avait pas une bonne estime de soi ? Cela explique beaucoup de chose. C’était « marrant », c’était un blanche-neige au masculin, enfin euh niveau physique, ce qui était le caractère de notre lié. Il avait beaucoup de trait de caractère en commun, quoique ce soit normal sans doute, notre nouveau lié ne s’était pas beaucoup posé la question avant. Il devait aussi sourire parce que l’homme était muet… et lui timide à l’être. Pour aider son Deamon, il devrait apprendre à parler pour lui. Il l’avait découvert par hasard en fait, il n’avait pas vu naître le beau brun, il n’avait pas été là et s’en voulait. Il se disait que maintenant, il pouvait l’être et peut-être qu’il apaiserait sa douleur et sa peine.

L’informaticien n’allait pas le nié, il aimait prendre le petit être chétif dans ses bras, lui faire des câlins, lui faire des bisous sur la tête, dans les cheveux, lui caresser les cheveux, … enfin bref, il aimait s’occuper de lui. Tout comme il aimait quand c’était le cas inverse. Il appréciait la douceur de cet homme, l’attention qui lui portait, une attention différente de celle de sa mère, de Cambria mais une attention qui lui faisait un bien fou. Et en ce moment, il en avait besoin. Il voulait juste un peu oublier et ne pas penser à comment ce qu’il pourrait dire à sa meilleure amie lorsque celle-ci se rendrais compte qu’il avait un Deamon, il ne voulait pas lui dire la vérité. Ce serait tout perdre, leur amitié, leur tendresse, leur contact. Il ne voulait pas tout risquer en disant que c’était lui l’inconnu qu’elle avait embrassé. Il secoua la tête pour chasser tout ses pensées et tenter de se concentrer sur autre chose. Il observa l’endroit dans lequel il se trouvait, presque un peu hésitant, il ne devrait pas avoir peur de rentrer chez lui.

Liés
avatar
Dale O. Hemingway
┼ Messages : 114
┼ Points : 0
┼ Date d'inscription : 29/01/2014
┼ Age : 34
┼ Lié avec : Sigvald K. Zamok (Deamon)
┼ Groupe : Lié
┼ Célébrité : David Tennant
┼ Statut : Célibataire
┼ Thème : Je l'aime à mourir
Je l'aime à mourir

Voir le profil de l'utilisateur http://daemons-lies.forumactif.org/t115-dale-hemingway-j-illuminerais-ta-vie-comme-tu-le-fais-avec-la-mienne
Revenir en haut Aller en bas
MessageMar 6 Mai - 22:49
    Je suis né de ton envie, de ta tristesse, parce que tu ne devais plus être seul. Parce qu'une partie de toi avis faillit disparaître quand elle s’était reculée. Je ne sais pas bien ce que je dois faire pour toi, mais je sais que je t'ai retrouver, que enfin j'ai retrouver ma place. Une place prés de toi. Mais qu'elle étais ma place, je ne suis pas très fort, je ne suis pas une de ces daemons, qui se batte sans cesse. Pourtant pour toi je retournerais des montagne , je donnerais ma vie pour toi, tout en sachant que je ne peux mourir, je ne veux pas que tudevienne un de ces détaches qui lentement se dirige vers la mort. Je ne veux pas que tu souffre.

    J'ai besoin de te voir maintenant, j'ai besoin de ta présence, je sais que tu dois travailler que tu a une autre vie ailleurs. Que tu l'aime elle, ton esprit est remplit de ces pensées, son nom semble jouer sur tes lèvres, je voudrais être jaloux, mais j'ai peur.. Peur a nouveau de me retrouver seule, tu ne l'a pas remarquer avant que l'on se retrouve, mais moi je l'ai sentit, j'ai sentit cette douleur dans mon corps qui a sembler peu a peu me déchirer.. Les jours que j'ai passer loin de toi m’ont tellement fait mal... Et pourtant je m'éloigne encore, juste quelque instant, je dois dire adieu a quelqu'un...

    Elle qui m'a sauver quand  j'étais seule dans la rue, elle qui semble si frêle dans son lit d'hôpital, les médecins disent qu'elle n'en a plus pour longtemps. Qu'elle vas bientôt mourir... Pauvre dame.. Sans rien dire a personne j'ai prit ma forme de chiot pour me coller a elle, mon museau contre sa main, elle a souris quand elle a sentit... JE l'ai vu partie, son âme s’envoler doucement, je sais que j'aurais du me taire, mais je n'ai put m’empêcher de pousser un hurlement, celui d'un chien qui voit la mort. LE visage de l’infirmière quand j'ai reprit forme humaine valait le coup.

    Sauf que je n'ai put rester,il n'y avait qu'un corps vide, un corps sans … Vie, je voulait te voir maintenant et tout de suite, je ne me souviens plus vraiment comment je suis parvenus devant ton appartement, c'est seulement en arrivant la devant que j'ai remarquer que je n'avais pas la clef, moi qui voulait te préparer quelque chose pour te faire plaisir,  Doucement je m'assied sur les marches, remontant mes jambes juste vêtue d'un jeans, je n'ai qu'une chemise, il fait un peu froid, surtout sur mes joues humides. Sil te plaît reviens vite, j'ai besoin de ta présence,de ta chaleur prés de moi. Je sais que tu ne m'aime pas comme tu l'aime elle, je ne suis qu'une partie de ton âme.. Mais une partie qui vis et qui ressent...

    Et enfin je la sens ta présence, celle qui réchauffe mon cœur, je n'ai pas une seule seconde d’hésitation d'un bond je suis sur mes pieds, je me fiche de savoir ce que les gens pense, poussant un petit gémissement je me jette a ton cou, les larmes coulant doucement sur mes joues, mes bras s'accrochant a ton torse, mon visage enfuis dans ton cou, tu est la vivant contre moi. Si chaud... J'ai eu peur.. Peur que tu ne parte pour toujours.. Serre moi fort je t'en prie... Dit moi que tu ne me laisser plus jamais.. Dis moi... Que tu tiens a moi...

    J'aurais voulut te sourire, j'aurais voulut t'offrir  autre chose que mes larmes, des larmes qui coule a gros sanglots, je voulais pas qu'elle parte, j'ai perdus une de mes seules amies, une de mes protectrices... Je t'en prie... Je t'en prie serre moi le plus fort possible... Je renifle un peu , poussant des petits grondement, comme si j'essayait de parler, je ne comprend pas pourquoi je ne peux pas parler. Je ne suis pas une daemon parfais... JE suis tellement désolé de ne pas être a la hauteur... Désolé... NE me laisse pas.

    **Dale**

    Mon esprit frôle le tiens, une voix douce, un peu rauque, j'ai une voie mental masculine... Une voix qui se fait un peu suppliante... Je recule un peu. Pour plonger mes yeux bleus dans les tiens, des yeux ou tu peu lire toute la tendresse que je ressent pour toi et la détresse.

    **Pardon.. **
avatar
Invité

Revenir en haut Aller en bas
MessageVen 16 Mai - 22:29


Dale arrivait doucement chez lui, presque en trainant les pieds, il ne voulait pas être seul dans sa propre maison et ruminer ses sombres pensées. Il n’aurait pas imaginé un seul instant trouvé Sigvald sur le pas de sa porte. Il n’avait même pas eu le temps de comprendre qu’il y avait quelqu’un qu’on lui sauta au cou. Un corps d’homme, chétif, il ne voyait qu’une personne qui pouvait faire ça. Inconsciemment, il passa une main dans le dos du Daemon, comme pour le resserrer contre lui. Il se sentait soudainement mieux, il ne comprenait pas encore cette étrange sensation qui le parcourais. Il eu un soupir, mais pas de douleur, de fatigué, pas un négatif. Non, c’était un soupir de bien-être.

Et puis, il senti quelques choses d’humide dans son cou, il comprit que l’autre n’allais pas bien. Il le serra plus fort, il oublia même de tenter de rentrer. Il fit ce qu’il savait faire de mieux : tenter de consoler en passant une main dans le dos, frottant doucement, serrant dans ses bras, se montrer présent… Il attendit un moment, il entendit l’excuse. Le fait qu’ils puissent parler par la pensée le perturbait encore un peu, il n’était pas habitué à ce mode de communication. Et pourtant, il en connaissait des tonnes. Il ne su répondre qu’oralement.

- Pourquoi tu es désolé Sig’ ? Si c’est parce que tu ne vas pas bien, tu n’as pas à t’en vouloir. On a tous des émotions. Si tu me racontais plutôt ce qu’il n’allait pas ? Et on prendra une boisson bien chaude, sucrée qui va faire du bien. Et tu va rester près de moi cette nuit. C’est moi qui devrait être désolé Sig’. J’ai l’impression de ne pas savoir prendre soins de toi. De ne faire que des bourdes avec toi depuis que tu es né.

Alors que le jeune homme c’était reculé, Dale lui caressa doucement la joue en lui faisait un petit sourire maladroit. Refusant pourtant de le lâcher. Il fallait dire que l’informaticien ignorait à quel point il pouvait être quelqu’un de bien. Il ne voyait que les cotés négatifs de sa personne et aucun de positif. Il se perdit dans ses pensées sur sa maladresse envers celui qui était une part de lui-même. Il ne se rendit même pas compte qu’il allait doucement caresser les cheveux du jeune homme, toujours en lui tenant une main. Il semblait être dans un autre monde, un monde assez douloureux en fait. Il arriva à s’extirpée de ses pensées au bout de quelques instants, il secoua la tête et fit un sourire rassurant et chaleureux.

- Et si on rentrait que je te prépare tout ça ? Et puis on sera mieux à l’intérieur. On aura bien plus chaud et on pourra s’assoir, ce sera mieux pour tout raconter non ? Mieux que sur le pas de ma porte, il ne fait pas chaud en plus. Et tu es tout glacé ! Tu es là depuis combien de temps Sig’ ? Enfin si tu as une idée… Si tu veux, tu pourras aussi prendre une bonne douche bien chaude… Puis je te prêterais un pull pour que tu te réchauffe.

Tout en disant ces phrases, il chercha ses clés dans son manteau, oui, Dale pouvait parler beaucoup quand il s’agissait : D’informatique, de réconforter les autres, de proposer quelques choses de chaud au gens surtout quand ils allaient mal, en même temps, sa mère lui avait toujours dit qu’une boisson chaude réconfortait de beaucoup de mot.

Refusant toujours de lâcher Sigvald, il mit ses clés dans la serrure, tourna, retira les clés, les rangea et ensuite ouvrit la porte de l’appartement. Il tira le Daemon derrière lui pour rentrer. On aurait pu croire qu’il avait peur de rompre le contact, comme s’il avait peur qu’il se passe quelque chose de grave si cela se faisait. En réalité, l’informaticien avait besoin, lui aussi, de ce contact, cela le rassurait mais il arrivait à oublier la jeune fille et ce qu’il ressentait. Il pensait à autre chose, une autre douleur. Bien que parfois il n’y parvenait pas… mais ici… son « protégé » était tellement mal, qu’il n’eu pas de peine à le faire.

Il voulait lui faire tant de promesse, pouvoir lui apporter le soutien et l’amour dont il avait besoin, mais il n’y arrivait pas. Il avait l’impression de ne pas pouvoir arriver à faire quelque chose de bien et peut importe avec qui… Et le voir là, en pleurs, sur le pas de sa porte, avait fait ressortir sa culpabilité d’oublier bien souvent les autres pour Cambria. Et le pire dans toute cette histoire, c’était que sa meilleure amie ne le remarquait même pas. Elle ne voyait pas qu’il était là et ne jurais que par son mari qui la faisait souffrir sans cesse.

Liés
avatar
Dale O. Hemingway
┼ Messages : 114
┼ Points : 0
┼ Date d'inscription : 29/01/2014
┼ Age : 34
┼ Lié avec : Sigvald K. Zamok (Deamon)
┼ Groupe : Lié
┼ Célébrité : David Tennant
┼ Statut : Célibataire
┼ Thème : Je l'aime à mourir
Je l'aime à mourir

Voir le profil de l'utilisateur http://daemons-lies.forumactif.org/t115-dale-hemingway-j-illuminerais-ta-vie-comme-tu-le-fais-avec-la-mienne
Revenir en haut Aller en bas
MessageSam 17 Mai - 18:03
    Ta main dans mon dos, dans  mes cheveux. Oui tu es là, contre moi, je sens ton odeur, ta présence…  Te raconter ce qui ne vas pas, j’hoche doucement la tête, oui je le ferais, mais il faut que je me calme d’abords, je n’arrive pas à  réfléchir. Je n’arrive plus à penser. Rester avec toi cette nuit ?

    **Je p. Peux vraiment ? Dormir avec toi ? »

    Oui dormir avec toi, sentir ta présence quand je sombre dans le sommeil, et me réveiller pour te regarder, j’ai l’impression que mon cœur vas exploser de plaisir quand tu me dis cela, tu n’aurais pas pu me faire de plus beau cadeau. A travers mes larmes, un sourire se dessine sur mes lèvres.

    Tu t’éloignes encore de moi ? Doucement je serre un peu plus ta main, comme pour essayer de te tirer de ces pensées qui te blessent, j’aime tellement te voir sourire, j’aime tellement entendre ta voix. Délicatement j’hoche la tête, oui rentré, parce que sans en avoir l’air le froid commençait à me faire trembler doucement,  j’ai même les lèvres qui deviennes bleu… Mais tout cela m’est égale je suis prés de toi, pour moi c’est tous ce qui est  important.

    ** je ne sais pas… peut-être une heure ou deux.**

    Oui je ne sais pas vraiment depuis combien de temps j’attends, mais je l’attendais. Une douche chaude, oui cela ferais du bien. D’un pas tranquille je suis mon liés, j’adore qu’il ne me lâche pas la main, j’adore sentir ce lien qui se renforce peu à peu… Oui tellement bien… Je me sens déjà un peu réchauffer réconforter.

    L’appartement étais chaud, sauf qu’à nouveau Dale partais, il pensait encore à elle… des fois je la déteste…  Elle te fait tellement de mal, elle te rend si triste… D’un pas je m’avance venant poser un baiser sur ta joue, pour te remercier, pour que tu me vois,  moi et pas elle… je suis là pour toi moi… Toujours.

    **je veux bien un chocolat chaud… avec de la crème. **

    Je souris un peu plus à travers mes larmes. Avant de te lâcher la main pour enlever mes souliers… Il faut vraiment que je refasse ma garde-robe. Tu avais parlé d’une douche c’est une bonne idée… A nouveau je prends ta main pour la porter  à mes lèvres, et y poser un baiser, juste mes lèvres qui effleurent ta peau… Je t’aime tellement…

    Te lâchant j’essuie mes joues glacée avant d’aller dans la salle de bain, je n’ai aucune honte à enlever mes vêtements. Je doute que tu puisses me désirer physiquement… Je ne lui ressemble pas… Un instant j’observe mon reflet dans le miroir, je suis mince, u peu trop, mais tu ne dois pas savoir pourquoi… Parce que oui le temps que j’ai passé loin de toi m’a doucement tuer.. Il a mimé mes forces, mais à présent que je t’ai retrouvé tout ira mieux.

    Je me glisse rapidement sous la douche, laissant l’eau tiède couler sur mon corps, ça fait du bien, pourtant je ne reste pas longtemps, j’ai besoin de te voir… Sortant de la douche, je m’essuie avant de passer un simple boxer et de m’enrouler dans un de tes peignoir, il sent bon. Il sent comme toi.

    Pied nus je reviens de trouver. Et je ne peux pas m’en empêcher mes  bras s’enroule autour de tes hanches et je pose ma tête sur ton dos… Je me sens fatigué… Mais je me sens si bien avec toi.

    **Je t’adore… Je ne veux plus jamais être loin de toi Dale. Je ferais tout pour ne pas te décevoir, promis… **

    Délicatement j’enfuis mon visage dans tes cheveux, il sente bon. Pour rester prés de toi, je serais même prêts a l’accepter elle, elle qui te blesse… Elle dont j’en suis sure tu rêves la nuit.

    ** Je t’ai dit qu’une dame m’avait accueilli  alors que je te cherchais ? Une vielle dame adorable.  Elle est décédée aujourd’hui… C’est pour ça que je pleurais. **

    Je serre un peu plus mes mains sur tes vêtements, je n’aime pas parler de la mort, cela me fait peur. Je pousse un soupir un peu triste, mais contre toi je me sens bien , je me sens vivant comme jamais.
avatar
Invité

Revenir en haut Aller en bas
MessageMar 3 Juin - 19:51


Sigvald semblait hésitant sur le fait de dormir avec lui, comme s’il n’y croyait pas vraiment. Dale lui tira un de ses plus grands sourires et doucement passa une main sur le bras de son deamon comme pour le réconforter et le rassurer. Il hocha la tête avec ferveur.

- Bien sur que tu peux dormir avec moi, si je te le propose, c’est bien dans le but que tu le fasses.

Il lui fit un de sourire les plus rassurants. Il savait bien que le jeune homme adorait ça et que sa présence calmait sa peine et sa douleur. Il ne pouvait lui refuser surtout que son sourire était vraiment mignon et très agréable à regarder, il devait l’avoue.

Quand Sigvald lui dit qu’il était là depuis sans doute une heure ou deux, mais sans certitude, Dale regarda un peu plus le jeune homme et fronça les sourcils observant ce dernier. Il vit ses lèvres bleuir et senti un tremblement. Oui, en effet, cela faisait sans doute un bon moment qu’il était dehors. Sans doute devrais-t-il lui trouver un téléphone pour qu’il puisse lui envoyé des SMS quand c’est nécessaire. Il passa doucement une main sur le visage de l’autre.

- Je crois qu’on va regarder pour que tu ais un téléphone portable si jamais tu as besoin de me contacter… Cela évitera des situations comme aujourd’hui.

Il se rendit encore plus compte de la froideur extérieur quand il rentra dans l’appartement. Son Deamon accepta le chocolat chaud. Il eu un grand sourire et se précipita dans la cuisine pour lui faire plaisir et qu’il ait quelque chose pour se réchauffer. Et peut-être même pourrait-il mettre ses vêtements sur le radiateur pour qu’ils soient chauds quand il sortirait ?

- D’accord, si tu veux, file sous la douche pendant que je te prépare ça. Ca va bien te réchauffer, crois moi.

Il lui adressa un de ses plus grands sourires. Il frémit doucement alors que ses lèvres effleurèrent sa peau. Il sentait que Sig’ appréciait ce simple contact. Il ne put s’empêcher d’aller le prendre dans ses bras quelques instants avant de le laisser partir pour aller en direction de la douche. Il s’attela alors a faire le chocolat.

Il alla rapidement mettre ses linges un peu sur le radiateur. Pour les réchauffer mais ce ne fut pas utile car le jeune homme ne les mit pas et se permis de prendre un de ses peignoirs, alors qu’il terminait le chocolat, il se senti entourer par des bras, et il fit un petit sourire et pris sa main et déposa le chocolat sur la table et se retourna pour mieux le serrer contre lui.

- Si tu veux, ton chocolat chaud est prêt. Ca te fera un grand bien. Tu ne me décevras pas, je peux te l’assurer.

Dale serra le jeune homme doucement contre lui, celui-ci se décida à parler de ce qui lui avait fait tant de mal. La dame qui l’avait recueillie était morte. L’informaticien se mordit les lèvres et s’en voulu beaucoup. Il s’en voulait parce qu’il était rentré plus tard, parce qu’il avait ignoré son malaise, parce qu’il ne l’avait pas pris chez lui quand il avait découvert qu’il avait un « double ». Il s’en voulait parce qu’il avait l’impression d’avoir été un abruti de première et plus encore.

- Je suis sincèrement désolé. Si tu savais comme je m’en veux. Raison de plus pour que je te trouver un portable. Et tu vas rester dormir ici à la maison tout le temps. Tu peux dormir avec moi dans mon lit et si tu veux par la suite, je te prépare une chambre avec une garde robe… enfin si tu veux… Sinon tu pourras toujours dormir avec moi et je te préparerais tout de même une armoire. On y mettra tes affaires. Ca te va ?

Dale ne se sentait pas très bien. Dans le sens où il se sentait égoïste de n’avoir pensé qu’à lui. D’avoir pensé que ses malheurs étaient plus importants, qu’il n’avait pas pensé que c’était pour sa que Sigvald allait si mal. Il se trouvait vraiment stupide d’avoir été aussi négligeant avec cet homme qui était une part de lui-même. Sans vraiment s’en rendre compte, il le resserra un peu plus fort contre lui, il lui caressa doucement les cheveux et ses yeux s’humidifièrent, il ne pleurait pas encore non, mais il s’en voulait terriblement. Non, on ne l’a pas assez dit et on ne le dira jamais pour décrire le sentiment de notre informaticien maladroit qui pourtant pouvait être un vrai Superman.

Liés
avatar
Dale O. Hemingway
┼ Messages : 114
┼ Points : 0
┼ Date d'inscription : 29/01/2014
┼ Age : 34
┼ Lié avec : Sigvald K. Zamok (Deamon)
┼ Groupe : Lié
┼ Célébrité : David Tennant
┼ Statut : Célibataire
┼ Thème : Je l'aime à mourir
Je l'aime à mourir

Voir le profil de l'utilisateur http://daemons-lies.forumactif.org/t115-dale-hemingway-j-illuminerais-ta-vie-comme-tu-le-fais-avec-la-mienne
Revenir en haut Aller en bas
Message
Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» besoin de vos idées pour le syndicat.
» Besoin d'un conseil maquillage sourcil
» Besoin d'aide pour la dissertation
» Besoin d'une remplacante dans vaudreuil-dorion seulement
» Besoin de vos conseils pour un premier achat MAC


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Daemon's Lies :: II-discovering Los Angeles :: Pasadena :: Pavillons-