AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .
 Quelque chose d'important | Choupie ~ 
MessageMer 22 Jan - 5:04

Devant le miroir, il vérifiait que ses épis étaient savamment relevés. Il passa la main une fois, deux fois dans la tignasse. On pourrait croire que c'était simple, mais la coiffure était élaborée. Il se sourit à lui-même, fier du résultat et se fit même un petit signe avant de sortir de la salle de bain. L'appartement était petit, mais fonctionnel. Il récupéra sa veste sur le canapé - qui lui servait accessoirement de lit - et son porte-feuille sur la table de la salle à manger. Il fourra l'objet noir dans la poche arrière de son pantalon et enfila la veste avant de quitter son logement. Il consulta sa montre une fois dehors. Il allait être pile à l'heure. D'après ce qu'il pouvait entendre, elle était plus qu'impatiente que ça se termine en plus de cela.

Il avait hâte de lui en parler. C'était un énorme progrès pour lui, mais aussi pour eux et il n'était pas peu fier de lui annoncer ça. Se frottant les mains, il avança avec confiance, non sans adresser quelques sourires aux jolies jeunes filles qu'il pouvait croiser.

Une pensée lui traversa l'esprit et il s'arrêta brusquement. Ses yeux s'agitèrent un instant tandis qu'il tentait de réfléchir à la meilleure chose à faire. Il regarda autour de lui, les sourcils froncés. Il finit par arrêter une jolie demoiselle qui passait par là pour lui poser la question. Elle fut un peu embarrassée, mais elle accepta de lui répondre et il la remercia en la gratifiant de son plus beau sourire.

Il récupéra sa monnaie qu'il remit dans son porte-monnaie et récupéra ses affaires avant de sortir. Il vérifia l'heure pour voir s'il était toujours dans les temps et commença à accélérer le pas, tout en faisant attention à ne pas renverser le liquide dans son gobelet.

Il finit par arriver sur le lieu de son rendez-vous - enfin, c'était ce que lui pensait. Le campus de l'UCLA était vraiment très grand. Il était devant l'entrée principale et il devait maintenant retrouver la personne qu'il cherchait parmi des milliers d'étudiants. C'était plus facile pour lui cependant. Il laissa un instant son esprit vagabonder avant de prendre une direction d'un pas décidé. Il lui fallut scanner rapidement plusieurs troupes de filles pour trouver la bonne. Son regard s'illumina alors et il fonça dans leur direction pour se poster devant la plus jolie.

Heeey Choupie ! Je savais que je pourrai te trouver là ! Salut les filles !

Il était tout content de la retrouver, même si ça ne faisait que quelques heures qu'ils ne s'étaient pas vus. Il s'était un peu inquiété, comme tous les jours, mais c'était toujours un grand soulagement de la voir de ses propres yeux, en face de lui. Il lui tendit le sachet et le gobelet avec son air réjoui.

Mon petit doigt m'a dit que tu avais besoin de ça !

C'était bien entendu ses préférés.
avatar
Invité

Revenir en haut Aller en bas
MessageMer 22 Jan - 14:02
    Assise dans l’amphithéâtre, le menton posé dans mes paumes, j’observe le tableau les sourcils froncés. Posé devant moi ma feuille est désespérément blanche quand à mon stylo … Hormis se faire mâchonner il n’a pas une grande utilité. A me voir ainsi on peut s’imaginer deux choses. Un je suis littéralement absorbée par le monologue du professeur au point d’en oublier de prendre des notes, ce que j’aimerais bien qu’on pense. Deux je suis à mille lieux de là et n’écoute strictement pas ce qui se dit, ce qui malheureusement est vrais. J’ai beau avoir le regard rivé sur l’estrade et donner l’air de me concentrer sur ce qui se passe c’est tout autre chose qui capte mon attention. D’ailleurs s’il prenait l’envie au professeur de m’interroger j’aurais l’air bien bête, mais il ne le fera pas, il ne le fait jamais, en fait lui ce qu’il aime c’est nous faire de beau discours alambiqués et nous perdre un par un dans les méandres de son raisonnement. Chacun son trip … Du coup dans l’amphithéâtre il y a trois catégorie de personnes. Celles qui s’accroche coûte que coûte, celles qui ont renoncées avant d’avoir essayées et celles qui comme moi sont présentes de corps, mais pas d’esprit. Mais puisque je n’écoute pas qu’est-ce que je fais me direz-vous. Non je ne dors pas, je n’ai pas encore trouvé comment on fait pour dormir les yeux ouverts. En fait je suis bel et bien concentrée sur quelque chose, un truc tout bête, mais qui porte un nom. Asmodé. Oui, mon cher daemon que beaucoup prenne pour mon frère.

    C’est ça le souci qui m’absorbe autant. Ce matin encore une amie m’a demandée si mon charmant frère allait bien et j’ai tiquée en pensant à mon vrai frère. Lorsque j’ai choisi de lui faire porter mon nom de famille je n’avais juste pas imaginé que les gens prendraient mon daemon pour mon frère et je dois avouer que l’idée n’est pas pour me plaire, mais il est trop tard pour en changer. N’empêche à cause de ça je ne peux pas m’empêcher de penser à mon vrai frère alors que je donnerais tout pour l’oublier. Un coup de coude me rappelle sur terre. Tournant la tête vers ma voisine je suis absorbé par ses yeux trop vert et ses cheveux trop roux. Décidément je la trouverais toujours trop haute en couleur cette fille. « Arrête de rêver Lili. » Mais de quoi je me mêle ? Lui lançant un regard assassin je visse ma casquette rouge sur ma tête et pose cette dernière sur mes bras croisés. Je sais, je viens de dire que ma camarade est du genre haute en couleur et moi je me promène avec une casquette, une ceinture et des converses rouges flashes, mais puisque mon sleam et mon t-shirt sont noir ça compense non ? Et puis, on s’en fiche, en tout cas maintenant je ne joue plus les élèves sérieuse et montre clairement mon désintérêt pour le cours. J’ai faim, j’ai besoin d’un café et je n’ai plus qu’une envie c’est que sonne la fin de mon ennuis. Rivant mes yeux à la pendule surplombant le tableau je sens mon impatiente croitre à mesure que les minutes s’égrènes. « Il vient te chercher ? » Décrochant mon regard de l’horloge je lance un coup d’œil interrogateur à ma voisine.

    Il me suffit de remarquer son sourire pour comprendre de qui elle parle et de lui répondre d’un haussement d’épaule. Comme certaines autres de mes amies elle n’est pas insensible aux charmes d’Asmodé. Il faut bien avouer qu’il est vachement mignon, d’ailleurs ça me vexe un rien de voir des filles que je considère comme des amies s’intéresser à lui. Jalouse ? Et de quoi je vous prie ? Ce n’est pas mon copain aux dernières nouvelles, c’est juste casse pied qu’elles me parlent à longueur de journée de lui. En attendant le cours touche enfin à son terme. Fourrant rapidement mes affaires dans mon sac je quitte l’amphithéâtre sans même prendre la peine de cacher mon empressement à sortir. Maintenant je vais aller me chercher un bon café chaud et des nougats. Du moins c’est ce que j’ai envie de faire, mais je me retrouve rapidement happée par un groupe d’amies et suis obligée de repousser mon projet histoire de ne pas les planter là le plus grossièrement du monde. Tant pis … Les douceurs ce sera pour plus tard, ou jamais. Quittant le bâtiment avec les autres miss je manque percuter Asmodé quand il vient se planter devant moi. Sursautant de surprise je me ravise et fronce les sourcils. Choupie ? Et puis quoi encore ? Je m’apprête à râler quand il me tend un sachet et un gobelet avec son petit air fier de lui. Suspicieuse je prends les deux en m’attendant à une nouvelle farce de sa part, mais c’est finalement une bonne surprise. Café et nougats … « Comment tu as deviné ? » Il donne dans la magie maintenant ?

    Décidément on aura tout vus et en plus il a pris des nougats à l’orange, ceux dont je raffole. D’ailleurs j’en mets rapidement un en bouche et ferme les yeux tout en le savourant. Rien de mieux pour redonner la pèche après un cours aussi barbant. Je le gratifie alors d’un sourire radieux. « Merci. » Comment voulez-vous que je sache sur quel pied danser avec lui, un jour il est adorable et le lendemain horrible, enfin non ça c’est un peu fort, disons juste qu’il sait merveilleusement bien me mettre les nerfs. Ce n’est pas pour rien que je lui ai donné un prénom de Démon. Oui bon d’accord j’en porte un aussi et je suis loin d’être un ange, mais moi je ne joue pas à le mettre en rogne pour un rien. En attendant … Glissant mon bras libre sous le siens je souris aux filles et leur souhaite une bonne journée avant d’entrainer le jeune homme à l’écart de la foule. Je me plante alors devant lui et soulève le sachet et le gobelet devant son nez. « Tu m’explique comment tu as pus savoir que j’avais justement envie de ça ? » Personne ne m’a dit que les daemons sont devins … Ou alors c’est juste un hasard ? Un hasard qui tombe bien dans ce cas. Avalant une gorgée de café je ne peux m’empêcher de sourire chaud et sans sucre, juste parfait. Peut-être un peu trop d’ailleurs, mes nougats préféré, un café juste comme je l’aime et le tout au moment où j’en rêve, lui, il veut quelque chose ou alors il a quelque chose à m’annoncer. « Et si tu me disais ce que ça cache toutes ses gentilles attention à mon égard ? » Parano ? Je le suis peut-être, allez savoir.

avatar
Invité

Revenir en haut Aller en bas
MessageJeu 23 Jan - 3:45

Asmodé ne répondit pas dans un premier temps à sa Liée. Il se contentait de sourire, content de lui. Il ne lui avait pas dit qu'il pouvait lire dans ses pensées et c'était mieux qu'elle ne le sache pas, du moins pour l'instant. Le jour où il voudrait vraiment la pousser à bout, il lui avouera la supercherie, en attendant, il préférait jouer les magiciens, d'autant plus que Lillith semblait ravie, de par le sourire radieux qu'elle lui offrit - la plus belle des récompenses.

Le temps qu'elle se remette de ses émotions, Asmodé avait jeté des regards sur son groupe d'amies. Que des filles. Pas des plus moches qu'il avait pu voir dans sa courte existence, pas aussi jolies que Lillith "malheureusement". Il aurait voulu parler à ses filles, et pas seulement pour jouer les lovers - bien que ç'aurait pu être un bon moyen d'embêter la blonde, mais ce n'était pas vraiment le moment pour ça - lorsqu'il sentit quelque chose se glissait contre son bras. Reprenant légèrement ses esprits, il baissa le regard pour s'apercevoir que c'était Lillith qui, de son propre chef, sans même qu'il ait à lui faire les yeux doux ou même à l'attacher avec une menotte, avait passé son bras sous le sien. Il ne comprenait pas vraiment à quoi tout ceci rimait. Elle était plutôt du genre distante avec lui d'habitude, mais ce n'était pas non plus pour lui déplaire. Il la regarda saluer ses amies et commencer à l'entraîner avec elle. Asmodé grimaça tout en agitant sa main libre en direction du groupe tout en se laissant écarter de la foule.

Il était sur le point de lui lancer une petite phrase taquine sur ce qui venait de se produire, mais Lillith ne lui en laissa pas le temps. Elle se demandait bien comment il avait fait pour savoir tout ça. Asmodé ne put s'empêcher de sourire largement, bien mystérieux. Il se permit même de hausser les épaules, d'humeur joueuse.

J'en sais rien, c'est comme si on était liés, tu sais. Une journée de cours, ça doit être ennuyeux alors... rien ne vaut un bon café et des nougats ! Le reste n'est qu'une question d'observation.

Il mentait, mais il ne le montrait pas. Il était doué pour cela. Mais ça aurait pu. Il suffisait de vivre avec Lillith pour connaître ses habitudes en matière de café et la voir parfois manger du nougat. Il fallait juste un peu d'aide pour comprendre qu'elle en avait eu besoin à ce moment précis, car en vérité, il serait sûrement venu avec autre chose s'il avait pas eu cette pensée qui lui avait traversé l'esprit. La voir sourire le réjouissait. Dans sa tête, c'était comme s'il gagnait un peu de coeur de popularité dans les sentiments de Lillith. Le problème était qu'il en perdait très souvent et beaucoup plus qu'il n'en obtenait.

La suite de paroles de la blonde le choqua. Elle le pensait si peu de confiance que cela ? Elle avait probablement raison, mais on parlait d'elle, pas d'une personne random qu'il connaissait à peine et dont il n'avait aucune utilité. Malheureusement, c'était quand même le cas, il voulait lui annoncer quelque chose, mais il préféra faire son outré pour le moment.

Pourquoi j'aurais forcément besoin d'avoir quelque chose derrière la tête et pas uniquement pour le plaisir de te faire plaisir ?

Il avait pris un petit air innocent terriblement faux avant de reprendre son sourire. Il finit par ailleurs par s'avouer vaincu.

Oui, bon, d'accord, j'ai une annonce à te faire, mais d'abord... retire-moi ça ! Ca ne te va pas, ça te cache !

Il attrapa la casquette de la blonde et la leva en l'air. Il était plus grand qu'elle, il n'avait aucun mal à mettre l'objet hors de sa portée, il lui suffisait de lever le bras. Il avait à nouveau son visage fier et fixait sa Liée en riant.
avatar
Invité

Revenir en haut Aller en bas
MessageSam 25 Jan - 16:25

    Qu’Asmodé vienne me chercher à la sortie des cours n’est pas une surprise, mais qu’il le fasse et m’apporte mes nougats préféré et un café juste au moment où je me dis que j’en aurais bien besoin, là par contre ça me surprend. Pour la peine je le gratifie de mon plus beau sourire avant de mettre en bouche l’une des friandises. Toutefois je me reprends bien vite. En temps normal une telle gentillesse de la part du Daemon cache quelque chose. Remarquant ses coups d’œil à mes amies je comprends qu’il n’y aura pas moyen d’avoir son entière attention tant qu’elles seront là et peuvent de toute façon elles me reprocheraient mon comportement. Glissant mon bras sous celui du jeune homme je salue donc les filles avant d’entrainer mon daemon à l’écart. Je devine a son expression que mon geste le surprend, mais c’est le but, si je mettais contenté de lui demander de me suivre il aurait été capable de faire des histoires alors que là … Trouvant un coin isolé je le lâche et lui redemande comment il a fait pour deviner que j’avais envie d’un café et de nougats.

    Le début de sa réponse et son attitude me font lever les yeux au ciel, ma parole il se fiche de moi en plus. Je me retiens malgré tout de le couper et le laisse finir. Finalement il ne m’apprend pas grand-chose, donc soit il a du flair, soit il me cache quelque chose. Le soucis c’est que par un heureux hasard il est au moins aussi bon menteur que moi, difficile dans ce cas-là de lui faire confiance et de démêler le vrais du faux dans ce qu’il me dit. Mais soit, je vais laisser passer et reviendrais à la charge plus tard, en attendant il y a un autre point que je dois aborder avec lui. A savoir pourquoi il est si gentil. Face à son air choqué je lui lance un coup d’œil curieux. Non sérieusement il veut me faire croire que ma question le prend de cours. Il va même jusqu’à essayer de me faire croire qu’il est outré. Secouant la tête je lui lance un coup d’œil désapprobateur. « Pas de ça avec moi Asmo, je te connais assez pour savoir que toute gentillesse cache quelque chose avec toi. » Je pourrais presque lui dire que je le connais comme si je l’avais fait, mais l’idée m’écœure un rien.

    Son petit air innocent ne me trompe pas, d’ailleurs il ne lui faut pas longtemps pour avouer qu’il a bien quelque chose à m’annoncer, mais avant … Sans me laisser le temps de réagir il attrape ma casquette et la met hors de ma portée, ce qui n’est pas bien difficile puisqu’il est plus grand que moi. « Hey ! » Le foudroyant du regard je pince les lèvres. « Rend moi ça ! » Je me doute qu’il n’y a aucune chance qu’il ne m’obéisse … Mais comment c’est possible que Trinidad et Cambria s’entendes si bien alors qu’entre mon daemon et moi c’est la guerre … Bon d’accords, je ne fais pas beaucoup d’effort pour l’apprécier, mais j’ai encore du mal à me faire à sa présence dans ma vie et encore plus à l’idée qu’il soit une part de moi. En attendant, fourrant le sachet de nougat dans mon sac en bandoulière j’essaye vainement de récupérer mon bien tout en veillant à ne pas renverser mon café. La mine fière d’Asmodé et son rire suffise à lui valoir un regard outrée. J’ai horreur qu’on s’amuse à mes dépends, manque de chance ça semble être le passe-temps favoris du jeune homme.

    C’est peine perdu, avec une seule main de libre je n’ai aucune chance, avec deux je ne suis pas sûre que j’en aurais plus de toute façon. Le gratifiant d’un air bougon je porte mon gobelet de café à mes lèvres et en avale une grande gorgée. Il est si chaud que je me brule la langue et la gorge au passage sans pouvoir m’empêcher de grimacer. Zut, ça m’apprendra à agir sans réfléchir. Soupirant je tends la main vers Asmodé. « Rend moi ma casquette et dit moi ce que tu as à me dire. Je n’ai pas envie de jouer, j’ai eu une journée pourris et là tu n’arrange rien. » Mon ton est aussi froid que de la glace, en principe quand je lui fais comprendre qu’il m’insupporte et que je ne l’aime pas ça suffit à le calmer. En vérité je n’apprécie pas vraiment d’agir ainsi avec lui, j’ai l’impression d’être la pire des garce quand je fais ça, mais j’ai l’impression que le seul moyen de vraiment l’atteindre c’est ses sentiments et pour être franche j’ai vraiment eu une journée d’enfer et c’est involontairement de sa faute il risque donc dans subir les retombées et d’autant plus vite s’il me cherche.
avatar
Invité

Revenir en haut Aller en bas
MessageMer 29 Jan - 21:31

Comme il l'avait prévu dans son scénario bien huilé dans sa tête, Lillith avait râlé et elle avait cherché à ce qu'il lui rende sa casquette. Le blond tirait son bras de plus en plus vers le haut, éloignant ainsi de plus en plus la Liée de son bien. Elle était tellement mignonne quand elle s'énervait contre lui.

Ses sourcils se froncèrent cependant lorsque la jeune blonde se brûla avec le liquide. Il ne put s'empêcher de s'inquiéter un peu.

Eh, fais doucement avec ça, il va pas s'envoler ton café.

C'était un peu autoritaire, mais il refusait de la voir souffrir, et surtout de ressentir cette douleur qu'il avait ressentie lorsqu'il était apparu pour la première fois, il y avait de cela un an, alors que Miss Swan avait tenté de mettre fin à ses jours en se taillant les veines. Asmodé avait beau être chiant, il n'en était pas moins attentionné. C'était pour cela qu'il était allé acheter ces gourmandises. Il aurait pu venir les mains dans les poches, mais il ne l'avait pas fait.

Il finit par enfoncer cette casquette trop petite sur sa tête, malgré le ton froid de sa Liée. Il n'aimait pas quand elle était comme ça. Elle manquait cruellement d'humour. Finalement, il soupira et plia légèrement les genoux pour se mettre à la hauteur de Lillith pour qu'elle puisse récupérer son bien.

Tiens, Miss Rabat-Joie... Mais je persiste à dire que sans, tu es mieux !

Il attendit patiemment qu'elle reprenne le couvre-chef avant de se redresser. Il fourra ses mains dans ses poches avant de retrouver son souvenir taquin habituel. Il s'étira lentement avant d'afficher un regard mystérieux.

Bon... la grande nouvelle, tu vas pas en revenir, mais évite de trop laisser exploser ta joie, d'accord ?

Il sortit les mains des poches pour les ouvrir devant lui, comme pour créer la magie de la révélation, avant de lâcher, tout heureux.

J'ai trouvé un bouloooot ! Alors, c'est pas trop cool ?
avatar
Invité

Revenir en haut Aller en bas
Message
Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» J'ai raté quelque chose
» Vous avez besoin de quelque chose? Vous recherchez quelque chose de particulier?
» peut-etre que j'ai besoin de quelque chose
» Dis-moi quelque chose sur toi...
» Il y a quelque chose de pas " normal "


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Daemon's Lies :: V-being delirious with friends :: Les Archives-