AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .
 She's more myself than I am ₰ ft. Cambria. 
MessageMer 15 Jan - 18:34
Cambria&Trinidad ₰ you and me, side by side.

We're coming close to our fate, they'll put a star beside our names
 and I couldn't care for the history. When i've got you in front of me the cars could all collide, the shards of glass
 won't catch my eye 'cause you're almost by my side. ▲ Kimbra — two way street.


Elle avait fait le tour de South Gate pour se rendre par ses propres moyens à Santa Monica, lieu du rendez-vous qu'elle avait fixé à Cambria. Regarder le crépuscule se lever, le soleil lentement tomber dans la mer était toujours apaisant et la jeune femme savait que même si elle ne disait rien, son Daemon avait surement besoin de se détendre un peu. Alors, avec son petit scooter au pot branlant, Trinidad avait rallié le premier Starbucks venu pour y chercher deux boissons chaudes et des clubs-sandwichs. Nul doute que Frederick allait faire des siennes et se montrer froid avec sa femme mais l'hispano allait rattraper le coup. Sunshine Place n'était plus très loin et elle se gara où elle trouva de la place, sirotant à la paille son Cafe Latte en écoutant très fort une musique débile comme elle les affectionnait tant, hochant instinctivement de la tête en rythme avec la mélodie tout en laissant une trace de rouge à lèvres flashy sur le bout de sa paille. L'air était doux en cette fin d'après midi, le ciel clair bordé de nuances orangées et les badauds commençaient à lentement vider les lieux. La plage était presque silencieuse, à présent. Bientôt une foule serait remplacée par une autre, plus noctambule mais en cette heure entre chien et loup elles pourraient profiter d'une heure de tranquillité, seules le long de la plage.

Trinidad releva le col de son chemisier au dessus de sa veste d'un rose criard; elle portait un legging bleu marine avec une paire de converses roses lui donnant un air déjantée, assorti à son rouge à lèvres. Oui c'est démodé le lipstick, maintenant c'est le gloss mais on s'en fout: Trini mettait bien ce qu'elle voulait et partait du principe que tout lui irait. Elle ne se cassait pas la tête. Son maquillage était toujours assez forcé: du mascara en pagaille pour rehausser son regard clair de manière un peu retro, des rouges à lèvres épais et parfumé qui dessinaient une bouche extrêmement grande, aux lèvres épaisses et gourmandes. Tapant du pied en rythme, elle attendait son Daemon sans impatience car elle la connaissait bien: jamais Cambria ne lui avait posé de lapin.

"Don't worry 'bout it just blow a kiss to me, I like danger romance and mystery I'm a lucky ducky get mad shit for free, I rock more bling than Mister T"
, chantonnait-elle gaiment.

Parmi les quelques passant, la brune reconnut sans mal la silhouette plus que familière de Cambria et lui fit quelques exubérants signes à bout de bras; nul besoin de se désigner ainsi, la musique qui sortait de son portable la distinguait d'elle-même: il n'y avait que Trinidad qui écoutait ce genre de trucs, et surtout aussi fort et sans la moindre gène. Sautant a bas de son petit engin, la tout aussi petite vénézuélienne -elle ne faisait même pas un mètre cinquante cinq- courut direct en direction de son Daemon pour lui sauter dans les bras, visiblement totalement extatique.

"Ohhh, je t'ai pris un Chai Tea Latte et des clubs sandwichs au chèvre miel et cranberries comme t'aime!"
, elle la serra dans ses petits bras tout frémissants, "tu m'as manqué, on s'est pas vu depuis ce matin!"

Trinidad était de toute évidence quelqu'un de collant, mais on pouvait expliquer ce fait par son extrême attachement à son Daemon qui était aussi sa meilleure amie, sa sœur de cœur, une sorte d'âme jumelle; rien de plus vrai, dans le fond. Elle lui rendit le paquet du Starbucks avec un de ses grands sourires-bananes jusqu'aux oreilles, lui piquant un gros bisou sur la joue en lui laissant une trace de rouge à lèvres. Contemplant son méfait, elle eut un rire franc et attrapa Cambria bras dessus bras dessous.

"Froderick Frankenstine t'as encore ignoré?", c'était ainsi qu'elle surnommait le mari de Cambria, en hommage au film "Frankenstein Junior" et aussi et surtout car elle ne cachait pas l'antipathie née de la jalousie qu'elle avait à son encore, "viens, on va se balader le long de la plage. Tu mangeras et me raconteras et on prendra le temps de regarder le coucher du soleil."

Trinidad offrit un adorable sourire à son Daemon, la serrant contre elle en éteignant finalement son affreuse musique pour ne laisser que le silence entre elles deux.
©flawless


Real friendship stories never have endings.
« To the world you may be one person, but to one person you may be the world. »

She's more myself than I am. Whatever our souls are made of, her and mine are the same. She's my soulmate, she knew me and accepted me before anyone else did or when no one else would.
Liés
avatar
Trinidad P. Caballero
┼ Messages : 360
┼ Points : 0
┼ Date d'inscription : 14/01/2014
┼ Age : 34
┼ Lié avec : Cambria J. Milton.
┼ Groupe : Liés.
┼ Célébrité : Kimbra Johnson.
┼ Statut : Vient tout juste de rompre.
┼ Thème : ► Let's get ridiculous.


Voir le profil de l'utilisateur http://daemons-lies.forumactif.org/t20-trinidad-i-drew-some-painted-dreams#25
Revenir en haut Aller en bas
MessageMer 15 Jan - 22:02
Trinidad & Cambria.
She's more myself than I am.


Ca ne s'était pas bien passé. Evidemment. C'était tellement prévisible que cela était risible mais l'affaire était plutôt amère et c'était une boule de larmes contenues qui avait obstrué la gorge de Cambria pendant tout le trajet vers Sunshine Place. Elle s'était présentée au travail de son mari, auprès de sa secrétaire - une blonde très cliché - qui l'avait fait patienter comme n'importe quelle représentante en saucisse de Francfort. Puis, lorsqu'il avait daigné la laisser entrer dans son bureau, il lui avait simplement dit qu'il avait trop de travail et qu'il ne pouvait pas s'occuper d'elle - comme si elle avait besoin qu'on s'occupe d'elle.
Finalement, elle était simplement partie, sans chercher plus loin. Elle avait vu ses cernes, immenses et l'inquiétude lui avait serré le cœur. Elle avait fait chemin arrière, pas même sûre que le moindre employé sache qu'elle était la femme du patron. Cambria avait ravalé ses larmes, serré les dents et affiché une humeur moins maussade. Heureusement que les textos de sa Liée lui avait permit de sourire un peu. La perspective de passer du temps tranquillement avec Trini diffusait en elle un doux sentiment chaleureux, comme un bain chaud.
Trinidad la comprenait et elle saurait apaiser sa peine d'un simple sourire, de sa simple présence. Elle avait tellement de chance d'avoir une Liée si aimante ! Elle avait songé un instant à ce Daemon - Hades - qui était revenu ce jour-là acheter des fleurs et dont la Liée n'était pas encore même au courant de son identité réelle, comme il le lui avait avoué un jour. C'était une perspective si triste... Presqu'au moins autant que celle d'être la femme d'un homme dont le Daemon est mort par votre faute.
Cambria évitait autant que possible de penser à son agression, trois mois plus tôt et à ce Daemon qui était mort pour elle. Elle était encore sous le choc de la violence humaine et s'effrayait parfois pour rien, d'autant plus que ses hormones de future maman ne l'aidait pas toujours à garder la tête froide.

La jeune fille vit bientôt se dessiner la silhouette de sa Liée, un peu plus loin sur la plage où elle était arrivée en bus. La musique l'aurait guidée s'il n'y avait pas eu ce sixième sens qui lui permettait de reconnaître Trini n'importe où et elle esquissa un sourire sincère, ses yeux verts se plissant, soulignés de légères cernes.
Elle accusa le poids de sa Liée dans ses bras et s'autorisa à fermer une petite seconde les yeux en se serrant fort contre elle, dont le parfum agréable la faisait être envahie d'un sentiment intense de plénitude.
"Merci, ma Trini." Dit-elle en lui souriant avec tendresse, la suivant près du vieux scooter pour prendre avec reconnaissance la boisson chaude. Il faisait un froid sec agréable, dans ce crépuscule qui commençait doucement à s'étendre sur la ville. A côté de l'exhubérance de Trinidad, Cambria était toute pastel, avec sa grosse écharpe en laine blanche, sa capeline beige et son pantalon blanc, avec deux bottes montantes beiges à pompons. Son maquillage à elle était discret et féminin. Elles se ressemblaient peu, tant dans l'attitude que physiquement et pourtant, elles étaient tellement proches...
"Il n'avait pas le temps de me recevoir. Je suis allée voir à son travail..."
Elle ignora délibérément le surnom de son mari avec une grimace.

Bras dessus, bras dessous avec sa Liée, elle se sentait de nouveau plus en phase avec le monde entier. Elle avait retrouvé sa place légitime, lui permettant d'apaiser son anxiété d'un simple contact.
Acquiesçant au programme de la soirée - tout lui allait tant qu'elles étaient enfin ensemble, Cambria ajouta d'une voix un peu lasse : "Il n'y a pas grand chose à dire. Après tout, je ne peux pas lui en vouloir de m'éviter, à cause de moi, il a perdu son Daemon."
Elle ressentit en disant cela une peine immense, comme un gouffre qui s'ouvrirait soudain sous ses pieds. La mort du Daemon la ramena à sa peur de perdre Trini et elle se serra de plus belle contre son flanc, comme pour se rassurer puérilement : Trini était là, avec elle.
Elle aspira un peu de sa boisson, bien serrée contre sa Liée.
"Les noix de coco étaient bonnes ?" Elle sourit plus largement, pour rassurer Trini sur son état de santé mental. "Je ne sais pas comment fait ton frère pour trouver des trucs pareils. C'est vraiment un drôle d'oiseau celui-là !" Elle rit légèrement. Elle aimait beaucoup Juan de Dios, il était toujours gentil avec elle.
"Sinon ta reine des morues domestiques ne s'est pas pointée ?"
Cette fois, le ton était plus ombrageux. Elle détestait la peite amie de sa Liée, déjà parce que c'était SA Trini et ensuite parce que cette mégère faisait de la peine à son âme-sœur. Finalement, elles étaient vraiment pareilles...
Codes par Wild Hunger.



My heart is big as the ocean ♥
Fonda
avatar
Cambria J. Milton
┼ Messages : 1215
┼ Points : 13
┼ Date d'inscription : 21/12/2013
┼ Age : 30
┼ Lié avec : Trinidad P. Caballero
┼ Groupe : Daemon
┼ Célébrité : Emily Browning
┼ Statut : Mariée, future maman
┼ Thème : Give Me Love


Voir le profil de l'utilisateur http://daemons-lies.forumactif.org/t6-cambria-mocking-bird https://www.etsy.com/fr/shop/Liviaarts
Revenir en haut Aller en bas
MessageMer 15 Jan - 22:40
Cambria&Trinidad ₰ you and me, side by side.

We're coming close to our fate, they'll put a star beside our names
 and I couldn't care for the history. When i've got you in front of me the cars could all collide, the shards of glass
 won't catch my eye 'cause you're almost by my side. ▲ Kimbra — two way street.


Le contact de Cambria apaisait instantanément Trinidad, comme si elle retrouvait à chaque fois l'autre partie d'elle-même; la brune était une Liée particulièrement sensible au lien qui l'unissait à son Daemon, ayant rapidement saisit la profondeur de la chose: Cambria était une partie d'elle-même, et vis-versa. Aucune ne pouvait continuer sa vie sans l'autre et au lieu de s'en plaindre, elle s'en était réjouit car elle avait à présent trouvé une vraie amie, une sœur de cœur. Elles s’étaient toujours entendues à merveilles mis à part quelques possessivités puériles concernant le mari de l'un et la petite amie de l'autre. Elle serra la jeune femme un instant contre elle comme pour chercher à la réchauffer alors qu'il ne faisait pas spécialement froid ou venteux, et la garda contre elle en lui offrant de quoi boire chaud et garder sa chaleur; un bon Chai avec des épices et de la crème fouettée: Trinidad connaissait les goûts de Cambria par cœur, pour la simple et bonne raison qu'elles avaient similairement les mêmes. Elle se contenta de planter le bout de son majeur dans une des joues rebondies de Cambria pour toute réponse au remerciement et glissa à nouveau sa paille entre ses lèvres épaisses pour continuer à siroter son Latte. La vie était belle aux côtés de son Daemon, et elle oubliait instantanément ses soucis; ou tout du moins en donnait l'air.

Car l'angoisse était la première compagne de Trinidad, qui voulait donner aux autres une impression de force alors qu'elle était une petite souris terrorisée par de terribles cauchemars, complexée par son énurésie, maladie au combien stigmatisante socialement parlant. Mais Cambria comprenait: elle partageait ses peurs nocturne, ne se moquait pas du fait qu'elle avait des problèmes de miction, dirons nous. Cambria la prenait comme elle était, avec ses qualités comme ses défauts, avec tout ses bagages; et elle faisait de même, avec une simplicité née de leur lien profond, complice, fusionnel. Bras dessus bras dessous les deux jeunes femmes commencèrent à marcher le long de la plage qui se vidait, les laissant presque seules, les pieds dans le sable froid, les chaussures qui s'enfonçait dans cette drôle de masse. Entendant dire que le mari de son amie n'avait pas eut le temps pour elle, la vnézuélienne fronça désagréablement les sourcils.

"Il exagère, t'es sa femme quand même", elle se mordit la lèvre inférieure, "sans vouloir en rajouter... désolée..."

Elle savait ce qui faisait du mal à son Daemon, et avait tendance à l'éviter mais sa nature profonde était de toujours mettre les pieds dans le plat, après tout. Trinidad préféra cependant se taire que faire une bêtise, sentant bien que Cambria broyait du noir. Elle ignora sciemment sa grimace car toutes deux savait bien que ce la fille des îles pensait de cet homme trop froid, trop distant pour sa meilleure amie; mais c’était le choix de Cambria et elle ne le discutait jamais vraiment sérieusement. Lorsque la discussion prit un détour un peu trop noir à son goût, la jeune femme eut un sourire tout penaud, cherchant quoi dire en jouant un peu avec sa grange de devant, un peu trop longue, toujours un peu dans son regard.

"Arrête un peu... je sais que tu te sens coupable mais..."
, elle chercha ses mots, pour trouver les justes, les bons, ceux qui apaiseraient un peu son amie, "... il t'as sauvé. On ne retourne pas en arrière mais ce n'est pas ta faute: c'était son choix de te sauver. Tu as eu de la chance."

Trinidad relativisait beaucoup; elle s'en serait surement voulu à la place de Cambria mais l'idée d'avoir la vie sauve était chez elle plus forte que tout. La culpabilité ne mène à rien de bon. Ses mots étaient simples, ne cherchaient pas à décortiquer une vérité fondamentale: elle parlait à son Daemon avec son cœur, imparfait mais sincère. Elle ressentait la peine immense de sa meilleure amie et prit le temps de la serrer fort dans ses bras, lui frottant affectueusement le dos.

"Trini est là, ça va aller", elle eut un large sourire en s'écartant d'elle, les mains sur ses épaules, "il faut aller de l'avant, maman. Pour ton petit chiquitto à venir."

La brune tira la langue comme une petite fille lorsque Cambria lui parla de cette histoire de noix de coco dégotées par son frère Juan de Dios, avec ses cocktails colorés et très riches en rhum.

"Pas terribles... Oh bah tu sais, là où on vit c'est facile... y'a des vieux d'Haiti dans le bloc d'à coté, ils nous ramènent des mangues à toutes les saisons... Juan t'en as gardé uen au frais pour ce soir, il t'as cuisiné un truc... je sais plus ce que c'est. Mémoire de poisson rouge!"

Elle rit de bon cœur comme pour offrir un baume à l'esprit blessé de Cambria, ne la lâchant pas. Lorsque la discussion en vint à Beverley, sa petite amie, Trinidad eut un sourire plus vague, plus sérieux.

"Elle m'a dit qu'elle voulait faire une pause", elle maintint son sérieux trois secondes avant d'exploser d'un rire gaillard, "la routine quoi! Dans trois jours elle reviendra!"

Pourtant derrière cette désinvolture, elle avait mal au cœur à chaque fois que la blonde la repoussait, la jetait, et plus encore quand elle revenait la chercher. C'était un jeu cruel qui durait entre elle depuis un an et demi et qui lui épuisait le cœur, petit à petit et cela Cambria devait s'en rendre compte, quand bien même Trini refusait d'en parler et faisait comme si cela ne lui faisait rien et qu'elle avait la patience d'ignorer les caprices de sa princesse de Bel Air. Elle lui sourit gentiment, tendrement, avant de reprendre:

"On est quittes, n'empêche: aucune de nous deux n'aime le compagnon de l'autre."

Trinidad continua de marcher le long de la plage, regardant l'écume se renverser contre le sable avant de donner un petit coup d'épaule à son Daemon, taquine.

"Mais c'est pas grave, moi je t'aime et je sais que tu m'aimes, c'est tout ce qui compte!"
©flawless


Real friendship stories never have endings.
« To the world you may be one person, but to one person you may be the world. »

She's more myself than I am. Whatever our souls are made of, her and mine are the same. She's my soulmate, she knew me and accepted me before anyone else did or when no one else would.
Liés
avatar
Trinidad P. Caballero
┼ Messages : 360
┼ Points : 0
┼ Date d'inscription : 14/01/2014
┼ Age : 34
┼ Lié avec : Cambria J. Milton.
┼ Groupe : Liés.
┼ Célébrité : Kimbra Johnson.
┼ Statut : Vient tout juste de rompre.
┼ Thème : ► Let's get ridiculous.


Voir le profil de l'utilisateur http://daemons-lies.forumactif.org/t20-trinidad-i-drew-some-painted-dreams#25
Revenir en haut Aller en bas
MessageVen 17 Jan - 22:17
Trinidad & Cambria.
She's more myself than I am.


Cambria ressentait toujours une vague de déprime peser sur ses épaules lorsqu'elle pensait à son mari, si peu présent pour elle. Mais elle se plaignait peu et seule Trinidad avait connaissance des états d'âme de la jeune fille. Elle ne voulait pas paraître ingrate envers celui qui l'avait épousé. Très perturbée par cette fameuse soirée où elle avait été la cause de la mort du Daemon de Frederick, elle avait parfois égoïstement souhaité n'avoir jamais été matérialisée dans ce monde empli de peur et de violence. les Humains étaient des êtres complexes et brutaux qui lui faisaient peur. Etaient-ils, eux les Daemons, si différents finalement puisqu'ils étaient des parts de ces individus ? Cambria n'avait pas la réponse, elle s'était éveillée au monde trois ans auparavant et ne pensait pas détenir la moindre réponse capitale quant à leurs origines. Avant, il n'y avait pas de avant. Il n'y avait que le Néant, dont on émergeait et auquel l'on retournait - pensait-elle.

Trinidad l'avait enlacée pour lui frotter le dos et elle se laissa faire, appuyant son menton sur son épaule, ressentant sa chaleur et se sentant réconfortée par ce simple contact familier. Elle lui disait de ne pas s'en faire et Cambria aurait voulu avoir la même insouciance - le pire était qu'elle l'avait bel et bien mais qu'elle semblait changée depuis quelque temps. A quel point les épreuvses vécues pouvaient changer sa nature, au début très proche de celle des aspects les plus refoulés de sa Liée ? Elle avait toujours tout fait pour devenir quelqu'un à part entière. Voilà qu'elle le regrettait un peu, à présent. Elle aurait vraiment voulu continuer à ce que tout soit comme avant. C'était une pensée vraiment égoïste pour un Daemon.
L'amour de Trinidad, certains jours, la portait littéralement, l'empêchant de tomber.
Elle secoua finalement la tête, comme pour en chasser les nuages, offrant un sourire timide à sa moitié.
"Désolée, un peu de fatigue, ne t'en fais pas." C'était vrai : son début de grossesse puisait dans ses réserves et jouait avec son humeur comme avec un yoyo. "Et ne t'inquiète pas, mon petit va bien. Il grandit bien, le gynécologue me l'a dit hier."
Elle fit un sourire rassurant à sa Liée, lui crochetant le bras, reprenant sa marche à ses côtés sur le sable froid. "C'est gentil. Tu feras une bise à Juan pour moi si je le vois pas demain." Le frère de Trinidad était un jeune homme qu'elle ne pouvait qu'apprécier grandement. Cambria était finalement assez simple parfois : elle aimait ceux qui étaient gentils avec Trini et n'aimait pas ceux qui lui faisaient du mal - comme Beverley, donc, estampillé dans la tête du Daemon comme une "grosse peste insupportable".
Tout ce qui représentait un danger pour l'intégrité de Trini était détesté en bloc par Cambria. Et puis c'était sa Liée - si seulement Beverley n'avait pas été médaillée aux Jeux Olympiques de la Méchanceté elle aurait accueilli beaucoup mieux cette intrusion dans Leur lien.
"Bah, si elle revient pas, je suis là, moi." Dit finalement Cambria, qui n'avait de cesse d'espérer à chaque fois que Beverley ne reviendrait vraiment pas. C'était vraiment égoïste. Elle était un Daemon égoïste mais Trini l'avait fait comme ça - sans s'en douter en fait.

Cambria rit légèrement quand sa Liée avoua ne pas aimer son compagnon non plus. Elle secoua doucement la tête, retrouvant un sourire avec une aisance frisant le lunatisme grâce au simple fait de passer du temps avec sa moitié. "Si elle te rendait plus souvent heureuse, je l'aimerais plus." Dit-elle finalement avec une moue de gamine.
Quand à la dernière phrase de sa Liée, Cambria l'accueilli les yeux brillants, l'air à cet instant complètement énamourée et ronronnant presque comme lorsqu'elle prenait la forme d'un chat tigré gris aux yeux verts pour consoler Trini de ses terreurs. Le langage humain lui semblait parfois tellement limité au regard des possibilités de celui animal...

Prenant sa forme de rouge-gorge préférée, Cambria battit bientôt des ailes aussi naturellement qu'elle marchait aux côtés de Trinidad, s'envolant légèrement plus haut avant d'aller se poser sur l'épaule de sa compagne, lui donnant un coup de bec affectueux sur l'oreille.
"Tu sais bien que c'est toi que j'aime aussi. Je n'ai pas besoin des autres." Fit Cambria par télépathie, ses petites pattes cramponnées au manteau de sa Liée, produisant des petits "tchip" par instants. C'était un peu un mensonge : elle avait besoin des autres dans une certaine mesure, pour se sentir moins seule quand Trinidad n'était pas là et pour ne pas se cantonner à n'être qu'un Daemon sans personnalité.
"Mais je préfère qu'elle soit une peste, ta chérie, tu m'aimes plus comme ça." Dit-elle de nouveau dans la tête de son amie tout en gonflant un peu ses plumes que la brise marine ébouriffait.
Codes par Wild Hunger.



My heart is big as the ocean ♥
Fonda
avatar
Cambria J. Milton
┼ Messages : 1215
┼ Points : 13
┼ Date d'inscription : 21/12/2013
┼ Age : 30
┼ Lié avec : Trinidad P. Caballero
┼ Groupe : Daemon
┼ Célébrité : Emily Browning
┼ Statut : Mariée, future maman
┼ Thème : Give Me Love


Voir le profil de l'utilisateur http://daemons-lies.forumactif.org/t6-cambria-mocking-bird https://www.etsy.com/fr/shop/Liviaarts
Revenir en haut Aller en bas
MessageMar 21 Jan - 16:43
Cambria&Trinidad ₰ you and me, side by side.

We're coming close to our fate, they'll put a star beside our names
 and I couldn't care for the history. When i've got you in front of me the cars could all collide, the shards of glass
 won't catch my eye 'cause you're almost by my side. ▲ Kimbra — two way street.


L'étreinte était douce et réconfortante, la plus pure et désintéressée qui soit, comme chacune de leurs embrassades de sœurs. Il semblait parfois à Trinidad que serrant Cambria, elle ne faisait enfin plus qu'une avec elle-même, ne faisait qu’une avec son Daemon. Une sensation autant agréable que vertigineuse. Dans ces moments-là, les paroles ne venaient pas toujours facilement et la brune préférait alors se taire pour se dédier toute entières à la sensation de bien-être quelle ressentait, à son besoin d'être là, de consoler, de cajoler, de rassurer et de soutenir. S’éloignant de la jeune femme, elle lui prit les mains et la regarda un long moment, un sourire aux lèvres.

"Tu vas devenir maman", gloussa-t-elle, "repose-toi, promet moi."

Elle répondit au sourire rassurant de Cambria par un autre sourire, engageant et presque un peu insouciant avant que toute les deux ne longe le bord de mer, bras dessus bras dessous comme une seule personne. Trinidad n'offrit qu’un clin d’œil à son Daemon en parlant de son frère, sachant pertinemment qu'elle ferait la commission; c'était une discussion banale et chacune d'entre elles savaient que l'autre répondrait à ses attentes.

"Toi tu es toujours là"
, dit la vénézuélienne avec chaleur et tendresse, serrant plus fort le bras de Cambria et luttant avec elle contre le vent naissant.

La nuit lui faisait peur; parfois, quand elle lui donnait l'impression de ne pas en finir, Cambria était là, au creux de ses draps. Parfois c'était un chat, ronronnant et réconfortant, parfois une amie humaine aux bras protecteurs. Elle ne pourrait jamais vivre sans Cambria, à l'évidence. Et lorsque cette dernière souffrait des mêmes terreurs qu'elle, c'était Trinidad qui lui offrait ses bras pour la protéger des frissons, des craintes et repousser les monstres qui se cachait dans le noir de la nuit et le gris de l'aube poussiéreuse. Elles se sourirent, complices, mais Trinidad prit finalement un air plus sérieux, l'espace d'un instant.

"L'amour, hein. C'est pas tout le temps heureux... les gens sont compliqués après tout, et ils aiment bien tout compliquer."

Cambria savait bien ce dont parlait sa Liée et cette dernière n'ajouta rien, se doutant bien qu'elle n'avait pas besoin d'offrir des précisions; elle savait que son Daemon ressentait de l'amour pour son mari, et se permit de ne pas épiloguer. Elles e comprenaient sur moult sujets, peut-être encore plus sur celui-là. Trini ne dit rien sur le rapport au bonheur que lui offrait Beverley: quand elle se sentait triste, Cambria était là. La réponse à la question du Daemon était peut-être dans ses propres dires: Frederick ne la rendait pas plus heureuse. Pourtant la moue un peu gamine de la jeune femme la fit sourire et elle lui embrassa tendrement la joue, d'un baiser d'amie sincère, un peu appuyé et sonore. Un gros "smootch" qui claquait fort, pour raffermir l'esprit qui déjà allait vagabondait sur quelques lunes tristes. Elle était triste et age, Cambria, et capables de coups de folies. Qui était-elle, finalement? Était-elle Elle, ou était-elle une Autre Trinidad? Pour la petite danseuse, il n'y avait qu'une réponse: Cambria était Cambria, et se désolidarisait de plus en plus d'elle. Sans pour autant se défaire d'elle. Ce n'était pas désagréable,d ans le fond.

En voyant l'air presque énamouré de son Daemon, Trinidad sentit son cœur se serrer dans sa poitrine et très simplement battre la chamade, offrant à son front et ses joues un rose des plus voyant, comme elle était pâle. Tellement adorable... Cambria lui appartenait un peu, dans sa tête. Trinidad était un peu bête, parfois. Il lui semblait que loin de son Daemon, son cœur s'arrêtait de battre. Elle était tout pour elle et elle l'aimait si fort. Rien ne pouvait rivaliser avec ça. Le petit oiseau voleta autour d'elle avec aisance et elle continua de marcher, mettant les mains dans ses poches en laissant une place de choix sur son épaule au rouge gorge qui déjà piaulait son adorable petit chant. Elle déposa un baiser sur la petite tête de l'oiseau, et fut prise d'un grand rire comme elle seule en avait, la tête un peu en arrière. Elle avait une bouche immense, Trinidad. Un sourire jusqu’aux oreilles sous un rouge à lèvre trop coloré, et une hilarité de petite fille.

"J'suis folle de toi", elle continua à marcher dans le sable, légère et insouciante, "t'es comme de l'oxygène, Cambria!"

Elle ébouriffa un peu le plumage de ce petit corps du bout des doigts, très délicatement, sans perdre son sourire.

"Je ne sais pas si je peux t'aimer plus que je t'aime déjà, tu sais!", puis, d'un ton plus doux, "je peux te dire "je t'aime" sans me poser de questions, t'sais... et quand t'es là j'oublie tout mes soucis, alors tout va bien."

Soudain la toute petite jeune fille tourna sur elle-même en prenant le petit oiseau délicatement entre ses mains minuscules et précautionneuses, déposant un baiser sur le plumage doux en lui faisait une de ses grandes déclarations pleine d’envolée et de sincérité à la fois:

"¡ Te quiero! Te quiero más que todo!"
©flawless


Real friendship stories never have endings.
« To the world you may be one person, but to one person you may be the world. »

She's more myself than I am. Whatever our souls are made of, her and mine are the same. She's my soulmate, she knew me and accepted me before anyone else did or when no one else would.
Liés
avatar
Trinidad P. Caballero
┼ Messages : 360
┼ Points : 0
┼ Date d'inscription : 14/01/2014
┼ Age : 34
┼ Lié avec : Cambria J. Milton.
┼ Groupe : Liés.
┼ Célébrité : Kimbra Johnson.
┼ Statut : Vient tout juste de rompre.
┼ Thème : ► Let's get ridiculous.


Voir le profil de l'utilisateur http://daemons-lies.forumactif.org/t20-trinidad-i-drew-some-painted-dreams#25
Revenir en haut Aller en bas
MessageLun 27 Jan - 15:12
Trinidad & Cambria.
She's more myself than I am.


Trinidad lui parlait de son enfant et c'était étrange, tellement étrange de penser qu'une vie grandissait en elle... Une vie innocente, une âme inconnue qui commençait à peine à arrondir le bas de son ventre, de manière si imperceptible qu'elle avait du mal à croire qu'elle soit bien là.
Cependant, elle promit de se reposer. Elle pouvait bien faire ce genre de promesses. Tout comme celle d'être toujours là. C'était le genre de promesse que seul un Daemon aurait la force de tenir, car les humains sont par trop lunatiques dans leurs affections.
Non, elle ne comptait pas abandonner un jour Trinidad. Comment le pourrait-elle ? Elles étaient deux moitié. Dès lors que Cambria avait émergé du néant pour naître dans cette vie, elle n'avait eu de cesse de rendre sa Liée heureuse. Trinidad avait des terreurs supérieures à celles des autres et elle avait éclot de cette peur pour l'enlacer dans l'obscurité. Alors, elle serait bel et bien là. Pour toujours.
Beverley ne pourrait jamais comprendre ça, pas plus que son mari. Cela n'appartenait qu'à elles.
Ce constat lui gonfla le cœur, à l'instar de ses plumes qui gonflaient dans la brise marine, l'emportant pendant quelques instants bien plus haut que Trinidad. Elle volait sans efforts, lançant quelques trilles qui s'éparpillaient au large, comme emportées sur l'écume des vagues.

L'amour était une chose compliquée et pourtant si simple à la fois. Parfois, Cambria ne comprenait pas les humains. Elle pensait que les choses devaient être simples. Pourtant, elle était humaine, vu qu'elle était la partie d'un humain. Elle n'était pas différente d'eux. Mais elle considérait parfois que la jeunesse d'existence des Daemons était une chance : ils avaient sur le monde un regard neuf et purifié des scories de l'éducation.
Finalement, elle se reposa sur la main de sa Liée, se laissant étreindre malgré son squelette si fragile de petit oiseau. La chaleur de ces mains qui l'englobaient presque toute entière était si douce... Cambria clot un instant ses paupières de rouge-gorge et se gonfla dans la chaleur alors que cette large bouche maquillée se posait sur sa tête duveteuse.
Elle tournoyait, cette grande enfant, lui disant des mots d'amour et le rouge-gorge chantait de plaisir, entraîné dans ce mouvement de rotation qui perturbait son équilibre. Puis, quand le tournis cessa, l'oiseau redevint une jeune femme aux cheveux bruns, ses joues rebondies rougies un peu par le froid de janvier, le menton enfouit dans son écharpe.

Cambria enlaça sa Liée, la serrant tout contre elle, dans sa chaleur. Enfouissant son nez dans ses cheveux et inspirant son parfum.
"Je t'aime aussi, Trini. Tellement, tellement ! Si Beverley te fais du mal, gare à elle !"
Elle glissa sa main dans celle de son amie, de sa sœur, et la suivit le long des vagues, l'aimant tendrement, plus à chaque instant.

"Ne te tracasse plus, ma sœur, nous irons manger ce soir et le soleil se lèvera quand même demain, même si mon mari ne me regarde pas et que ta Beverley est aussi insupportable qu'un moustique un soir d'été." Elle rit. Elle aimait se moquer de Beverley, ce n'était que justice. Cette dernière était tellement désagréable avec elle. Mais rien ne pouvait la séparer de Trinidad. Elle embrassa tendrement sa Liée sur la joue, bras-dessus, bras-dessous et la mena vers l'endroit où elle s'était garée, vers ce vieux scooter qu'elle affectionnait aussi, comme tout ce qui composait la personnalité excentrique de sa Liée.
"Rentrons, ma belle. Je veux goûter à ces noix de coco." Elle la fixa, les yeux brillants, le cœur gonflé d'amour, si proche de débordé. Elle était la seule à savoir vraiment la rendre heureuse.
Codes par Wild Hunger.



My heart is big as the ocean ♥
Fonda
avatar
Cambria J. Milton
┼ Messages : 1215
┼ Points : 13
┼ Date d'inscription : 21/12/2013
┼ Age : 30
┼ Lié avec : Trinidad P. Caballero
┼ Groupe : Daemon
┼ Célébrité : Emily Browning
┼ Statut : Mariée, future maman
┼ Thème : Give Me Love


Voir le profil de l'utilisateur http://daemons-lies.forumactif.org/t6-cambria-mocking-bird https://www.etsy.com/fr/shop/Liviaarts
Revenir en haut Aller en bas
MessageLun 27 Jan - 22:59
Cambria&Trinidad ₰ you and me, side by side.

We're coming close to our fate, they'll put a star beside our names
 and I couldn't care for the history. When i've got you in front of me the cars could all collide, the shards of glass
 won't catch my eye 'cause you're almost by my side. ▲ Kimbra — two way street.


Cambria était la, toute petite dans le creux de ses mains, toute menue. Elle était une femme et un oiseau, un chat, une sœur ou une amie. Elle était un peu tout à la fois, un peu elle, un peu une autre et Trinidad avait rapidement prit conscience de cette dualité, mais aussi de la complémentarité élémentaire qu'il y avait entre elle et son Daemon. La brune avait beaucoup d'affection de la part de son frère et de ses amis, mais avec Cambria c'était différent et jamais elles ne se fâchaient, jamais elles ne se montaient la tête; c'était pour la vénézuélienne la plus pure expression de l'amour. Alors peut-être était-ce un peu narcissique mais elle aimait profondément son Daemon d'un amour qu'on ne pouvait mettre dans une petite case avec un nom en dessous. C'était un peu de tout: un amour de sœur, d'amie. Un amour platonique peut-être, de celui qui faisait peur à Berverley. Le champ des possibles était si infini qu'il lui semblait parfois se perdre dans tout ce qu'elle ressentait pour Cambria. Mais elle ne se posait pas tant de questions, Trinidad: elle vivait le moment présent avec son ami, dans une innocence incroyable.

Il n'y avait rien de plus doux que ce petit oiseau chanteur tout arrondi dans ses paumes, que cette fille adorable au bout de son bras; Cambria apaisait toutes ses peurs primordiales, bien que les faire disparaitre était une longue quête. Elle était apparut une nuit dans la peur et les larmes de sa Liée, pour la protéger, la soutenir. Trinidad lui devait beaucoup, et plus encore. Elles s'enlacèrent sans arrières pensées, et marchant ensembles le long de la plage, les soucis de la brune étaient loin derrière elle; sa bouche énorme découvraient déjà sous le rose outrancier de son rouge à lèvre épais des dents blanches qui auraient pu manger toute cru son Daemon tant elle la trouva mignonne en cet instant. Elle sourit à belles dents en entendant parler de sa petite amie; Cambria et elles rirent comme des enfants mais chacune savaient qu'elles se protégeaient mutuellement de la souffrance: Beverley et Frederick n'avaient qu'à bien se tenir et le monde entier aurait été leur ennemi en cet instant qu'elles se seraient sentit tout aussi fortes.

Certains disaient que Trinidad n'était qu'un clown qui faisait trop de bruit, une petite étrangère qui ne savait rien faire d'autre que gesticuler, barbouiller et être mignonne. Mais elle avait un Daemon, et elle l'aimait tendrement. Elle se sentait forte aux côtés de Cambria et essayait de lui rendre cette force au centuple. Alors, main dans la main.

"On ira manger chinois, je sais que t'aime ça, puisque j'aime ça"
, elle rit, innocente, insouciante, "et tout va bien quand on est ensembles, hermana."

Son amie, son amour, sa sœur. Tout ça et bien plus encore. Quand Berverley la faisait souffrir, Trinidad savait qu'elle avait toujours quelqu'un qu'elle pouvait aimer sans chercher la tout compliquer,s ans souffrir; tout tait simple avec son Daemon. Simple comme leur discussion, comme le soleil qui tombait dans la mer en noyant le ciel sous les tons d'oranges et d'ocre lumineux. Simple comme cette balade sur ce vieux scooter tout crachotant, un peu trop vite.

Simple comme leur bonheur et deux noix de coco.

[Clos; merci ma chérie! ♥]
©flawless


Real friendship stories never have endings.
« To the world you may be one person, but to one person you may be the world. »

She's more myself than I am. Whatever our souls are made of, her and mine are the same. She's my soulmate, she knew me and accepted me before anyone else did or when no one else would.
Liés
avatar
Trinidad P. Caballero
┼ Messages : 360
┼ Points : 0
┼ Date d'inscription : 14/01/2014
┼ Age : 34
┼ Lié avec : Cambria J. Milton.
┼ Groupe : Liés.
┼ Célébrité : Kimbra Johnson.
┼ Statut : Vient tout juste de rompre.
┼ Thème : ► Let's get ridiculous.


Voir le profil de l'utilisateur http://daemons-lies.forumactif.org/t20-trinidad-i-drew-some-painted-dreams#25
Revenir en haut Aller en bas
Message
Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Cambria # Mocking Bird


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Daemon's Lies :: II-discovering Los Angeles :: Santa Monica :: Sunshine Place-