AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .
 Howling in the night 
MessageLun 14 Avr - 5:18
La lune était haute dans le ciel lorsque les cris retentirent dans le silence de la nuit, dans cet appartement du quartier des affaires de Los Angeles. Sa chambre, baignée dans la pénombre, dont la fenêtre sans rideau laissait passer les rayons de l'astre nocturne, était le théâtre d'une scène coutumière. William était assis sur son lit, la sueur au front, les mains crispées sur les draps. Torse nu, il avait le regard dans le vide, comme la première fois qu'il avait fait ce cauchemar. Quelque part, il savait que ce n'était pas un cauchemar, les images étaient trop réelles... et la réalité l'avait bien vite rattrapée. Finirait-il de nouveau à l'hôpital ?

Même réveillé, il avait l'impression de tomber encore, de sombrer dans le vide, happer par le béton de la rue en contrebas, son corps disloqué, son sang se répandant en flaque sur le trottoir. Cette fois encore, il avait rêvé de la mort de Reese, son daemon qui s'était suicidé il y a un peu plus d'un mois. Cette fois encore il s'était vu dans ce rêve, comme si Reese le narguait, et le défiait de l'empêcher de sauter. William s'était accroché à la rambarde du balcon, et avait tendu la main vers l'éclat de son âme qui semblait vouloir le punir. Mais Reese était déjà en train de chuter et la fin était inévitable.

Les images ne voulaient plus le lâcher, comme accentuée par sa peur panique de revivre ce moment toutes les nuits. Pas encore tout à fait réveillé, à mi-chemin entre rêve et réalité, William se prit la tête entre les mains et recommença à crier, s'agitant dans son lit, s'emmêlant dans ses draps. Il avait mal. Si mal. Mal dans tout son corps, mais aussi dans son âme. Il le sentait. Ça lui grattait et tapait dans la tête, juste là, derrière son crâne.

Et pourtant dans la journée, en apparence, les choses semblaient aller mieux. Le jeune riche ne sortait plus tellement en boîte, et ne faisait plus autant la fête, mais il sortait de chez Charly. Il rencontrait des gens. Il rencontrait même d'autres Détachés, et il semblait reprendre le dessus, comme si le mal guérissait en lui. En apparence... En apparence seulement.
avatar
Invité

Revenir en haut Aller en bas
MessageLun 14 Avr - 21:07
On ne peut pas dire qu’il dormait vraiment bien depuis que William avait emménagé, faut dire que les nuits de celui-ci était mouvementé et il n’était pas rare que Charlie finisse la nuit dans la chambre de son ami, assis sur un fauteuil pour veiller sur son meilleur ami, pour être là s’il avait besoin de lui. Donc ce n’était pas vraiment l’endroit le plus confortable pour dormir, mais il ne se plaignait pas et ne le ferait jamais, comme la santé de son ami passait avant tout. Cette nuit ne faisait pas exception…

C’est un cris qui réveilla le jeune homme alors qu’il était bien installé dans son lit, son chien couché à ses pieds, il était bien, mais ça lui pris quelques secondes pour réaliser ce qui se passait. C’est-à-dire que William avait fait un cauchemar, encore, mais il avait l’impression que c’était pire cette fois. Seulement en boxer comme c’est ainsi qu’il dormait, il sortit de sa chambre en courant pour aller vers celle de son meilleur ami qu’il hébergeait depuis quelques temps déjà. Charly s’arrêta dans le cadre de la porte regardant son meilleur ami alors qu’il était pas totalement réveillé, son regard était vide, sa respiration rapide et en sueurs. Il s’inquiétait vraiment, il avait peur de ce qui pourrait arrivé à son meilleur ami, celui qu’il aime, mais il ne peut lui dire, il ne veut pas le perdre. Déjà qu’il a peur de le perdre du fait que celui-ci soit devenu un détaché. Il l’observait doucement alors qu’il avança vers celui-ci afin de s’asseoir à côté de celui-ci et passé un bras autour de celui-ci pour l’amener contre lui. « Ça va aller.. William, je suis là, ça va… » Charly s’inquiétait vraiment pour lui, la perdre de son daemon l’avait beaucoup affecté, mais d’après ce qu’on raconte c’est normal d’un côté, ceux qui devienne des attachés finisse par mourir de peine en quelque sorte, comme une partie d’eux est morte. Il aimerait pouvoir sauver son ami, il ne voulait pas le voir perdre la vue, tout ses sens, mourir… il fera tout pour empêcher que ça arrive.

Ne bougeant pas, il le gardait contre lui afin de le calmer, sentant la peau chaude de celui-ci contre la sienne, il aimait ce contact, oui c’était apaisant, mais c’était pas lui qui avait besoin d’être calmé, mais son amis. Enfin bref, il devait faire attention à ne pas se laisser aller à ses pensées, depuis quelque temps ses sentiments à l’égard de son meilleur ami était devenu de plus en plus fort, le voir ainsi lui donnait encore plus envie de s’occuper de lui, il voulait le voir sourire, le voir rire comme lorsqu’ils étaient gamins. « Parles moi… Will, parles moi ça va te faire du bien. » Il lui frottait doucement le dos pour le rassurer alors qu’il continuait de le garder contre lui.
avatar
Invité

Revenir en haut Aller en bas
MessageMar 15 Avr - 4:58
Alors que les images s'incrustaient de plus en plus profondément dans son esprit, un bras entoura ses épaules, et une chaleur l'envahit. La voix douce de Charly lui parvint dans le brouillard de ses émotions, le ramenant petit à petit dans la réalité. William se laissa aller contre le torse de son meilleur ami, comme souvent en ce moment, laissant reposer sa tête près de la sienne et ferma les yeux, se laissant aller à une étreinte amicale. Amis... Ils n'étaient qu'amis aux yeux du monde, mais au plus profond de son être, William savait que ce qu'il ressentait pour Charly était bien que de l'amitié, et ce depuis toujours. Emporté par le flot de ses émotions, William ferma les yeux, la gorge nouée, et ne put retenir une larme qui roula sur sa joue. Doucement, emportant Charly avec lui, il se rallongea dans ses draps, roulant sur le côté, tourné vers la fenêtre éclairée par la lune, gardant Charly contre lui dans son dos.

Parler n'avait jamais été son fort, même à Charly, et tout ce dont il avait besoin en cet instant était là. Le contact de Charly contre lui était plus que bienvenu, et il ne voulait pas que ça s'arrête. Mais Charly avait peut-être raison en fin de compte : parler lui ferait du bien.

-As-tu déjà ressenti ça, quand tu es séparé de quelqu'un, c'est comme si on t'arrachait une partie de toi, de ton âme ?

Charly n'étant pas un Lié, la réponse était évidente, mais pour le commun des mortels, ils pensaient tous avoir fait l'expérience de cela au moins une fois dans leur vie.

-La mort du daemon, c'est un peu sa propre mort, continua William en murmurant à peine, vidé de ses forces. J'ai cru mourir cette nuit-là, et je continu à mourir chaque nuit. Je le vois tomber, encore et encore, comme si... un cauchemar qui n'aurait pas de fin. Il me manque... termina-t-il d'une voix étranglée.

Il se recroquevilla un peu plus et serra le bras de Charly, comme pour se raccrocher à la réalité, pour ne pas sombrer encore, secoué de sanglots silencieux. Finalement, il se calma un peu, sécha ses larmes, et se retourna pour faire face au jeune homme. La chambre était encore plongée dans la pénombre, mais la pleine lune brillait suffisamment pour qu'ils se voient distinctement. Charly était inquiet, ça ne faisait aucun doute, cela se voyait dans son regard. Il était fatigué aussi, probablement d'être réveillé toutes les nuits par ce que subissait William.

-Tu es fatigué. Je devrais partir, retourner chez mon père, ou mieux encore me prendre un appartement seul. Tu ne peux pas continuer à t'occuper de moi comme ça. Tu vas finir par me haïr...

Malgré leur lien d'amitié, William se demandait pourquoi Charly l'avait accueilli chez lui, alors qu'il pouvait simplement lui rendre visite tous les jours chez son père, ou l'aider à emménager ailleurs. Mais non. Après la mort de Reese et cette fameuse nuit où Will avait terminé à l'hôpital, Charly avait insisté pour l'avoir chez lui, et Lord Woodsborrow n'avait pas opposé de résistance. Depuis, Will avait revu son père une ou deux fois, et cela ne lui avait pas manqué. Mais il avait aussi remarqué que l'homme semblait de plus en plus vieux, comme abattu finalement par l'état de son fils.

-... et je ne veux pas que ça arrive. Termina-t-il dans un souffle, son regard plongé dans celui de son meilleur ami. Il ne voulait pas qu'il le haïsse, parce qu'il avait besoin de lui, comme de personne d'autre, et il lui serait insupportable de le perdre lui aussi. Depuis qu'ils étaient enfants ils n'avaient jamais vraiment été séparés, il lui était inconcevable que ça arrive maintenant.
avatar
Invité

Revenir en haut Aller en bas
MessageMar 15 Avr - 20:44
Il était entré dans la chambre de son ami afin de l’aider, de le ramener à la réalité, de lui changer les idées alors qu’il faisait un mauvais cauchemar, sûrement la mort de son daemon encore. Il aimerait tellement le soulager de cette peine. Mais il n’y pouvait rien, ce qu’il pouvait faire c’est être présent, lui tenir compagnie comme ça, le serrer contre lui alors qu’il les entraina dans le lit, s’allongeant il passa un par autour de celui-ci. Il s’était mis dos à lui afin de regarder par la fenêtre et sûrement lui cacher ses larmes. Que voulez vous les hommes et leur fierté, même s’ils s’étaient déjà vu pleurer, on préfère se montrer fort… faire bonne figure.

Il savait que William n’était pas un grand bavard, mais il voulait qu’il lui parle, qu’il se confie à lui, c’est pourquoi Charly l’encouragea à le faire, il voulait tellement l’aider.

La question n’était pas évidente, il avait vécu un trucs un peu similaire, mais sûrement pas aussi fort, quand il avait quitté Londres, il avait eu l’impression d’être séparé d’une partie de lui alors que sa mère dont il était très proche est resté dans leur pays. Mais il n’était pas un lié, il n’était pas comme lui, il ne vivra peut-être jamais ce sentiment, il ne savait pas pourquoi certains étaient des liés et d’autres pas, mais il répondit simplement : « Je crois pas avoir déjà vécu un trucs aussi fort que toi… » Il avait du mal à se dire que son ami souffrait autant, il aurait aimé pouvoir le protéger d’une telle douleur, il aurait du le faire, pourquoi il ne l’avait pas fait? « J’aurais du être là… pour le protéger, l’empêcher de sauter… » Il avait passé beaucoup de temps avec le daemon de celui-ci depuis l’apparition de celle-ci, il avait passé plusieurs soirées avec lui, s’il n’avait pas eu de relation avec lui, il s’en voulait, se soir-là il aurait dû être avec lui et l’empêcher de faire souffrir son meilleur ami.

Il écoutait les paroles de celui-ci alors qu’il disait que c’était comme s’il était mort et chaque nuit il avait l’impression de mourir, une boule se formait au fond de Charly qui n’aimait pas entendre son ami parler ainsi, il le serra dans ses bras même si celui-ci était dos à lui, il lui caressais le dos alors qu’il l’entendait pleurer, il pourrait pleurer lui aussi de voir son ami dans cet état, mais il devait être fort pour lui. Il le regarda un instant dans les yeux, plongeant son regard dans le sien. « Je suis tellement désolé William… j’aimerais pouvoir le ramener, te le ramener… mais tu m’as moi, j’ai pas l’intention de te laisser tomber, tu pourras toujours compter sur moi peut importe ce qui pourra arriver, j’ai pas l’intention de te laisser dépérir, mourir. » Il lui regarda un moment dans les yeux alors qu’il caressait doucement la joue de celui-ci, ça pourrait être déplacé entre ami, mais ce n’était pas la première fois qu’il faisait ça, ils étaient plus proche que des amis, même si aucuns ne semblaient vouloir se l’avouer. Il ne ferait rien pour le perdre.

Le haïr, non il ne pourrait pas le haïr, c’était impossible, il ne pouvait pas finir par le haïr, si seulement il savait combien il comptait pour lui. Il caressa encore la joue de celui-ci pour essuyer le restant de larme, pour le rassurer. « Non tu restes ici… je te laisserais pas partir et je ne pourrais pas te haïr, je te rassure. » Il lui adressa un petit sourire, il ne voulait pas lui laisser penser qu’il était un poids pour lui, au contraire, il l’aimait tellement, il aimait s’occuper de lui. « Il n’ait pas question que tu partes, ça me dérange pas de m’occuper de toi, j’aime ça. » Il lui adressa un petit sourire alors qu’il passa un bras autour de lui pour le serrer contre lui et le rassurer par sa présence. Oui, il était fatigué plus que normalement, mais il s’en foutait. Il ne savait pas trop si ce qu’il disait, la façon qu’il le disait allait mettre la puce à l’oreille de son meilleur ami, mais d’un côté, ils avaient toujours été très proches, inséparable depuis qu’ils étaient enfants et il n’avait pas l’intention de le perdre maintenant.  
avatar
Invité

Revenir en haut Aller en bas
MessageMer 16 Avr - 4:57
Pendant quelques instants, William fronça les sourcils, pensif.

-Comment tu aurais pu l'empêcher... ? Tu ne le connaissais pas. Tu ne savais pas où il habitait...

En effet, jusqu'à maintenant, William ne savait pas que l'escort girl que Charly voyait était Reese. S'il l'avait su à l'époque, il aurait sûrement fait un scandale à Reese probablement, lui intimant de ne pas s'approcher de son meilleur ami, craignant surtout que celui-ci ne découvre que le daemon n'avait pas de sexe, et que par définition, cela en disait long sur William en lui-même. Si le jeune homme ne faisait pas spécialement étalage de ses relations, tout le monde était au courant qu'il voyait autant des hommes que des femmes. Son père n'en avait été que plus renfermé à son sujet, mais ils n'en avaient jamais discuté réellement. Ce que les gens ne savait pas en revanche, c'est que rien ni personne n'éveillait quoi que ce soit en William, et que le sexe était un problème pour lui. Par conséquent, il lui arrivait souvent de ne pas savoir ce qu'il était. Et si jusqu'à la mort de Reese, son propre reflet ne lui apportait que dégoût, c'était pire désormais...

En revanche, le contact avec Charly lui faisait du bien, et il s'en rendait compte de plus en plus. Il ferma les yeux alors que le jeune homme lui caressait la joue, essuyant une larme qui avait coulé, et se blottit contre lui quand il passa un bras autour de lui pour le rapprocher encore. Sans réfléchir vraiment à ce qu'il faisait, William passa un bras et une jambe autour du corps de Charly, resserrant un peu plus une étreinte de moins en moins fraternelle, de moins en moins amicale, mais ambigüe.

-Merci, murmura-t-il, dégageant son visage du torse de son ami pour relever la tête vers lui, le regard brillant.

La tête sur l'oreiller, son regard balayait le visage de Charly face à lui, tout proche, à la recherche de réponses à ses questions. Charly était sincère, ça se voyait dans ses yeux. Will avait l’habitude de décrypter quand son ami mentait pour la cause, ou était honnête. Et avec lui, il l'était. Cette fois encore ne faisait pas exception. Ses yeux bleus rencontrèrent ceux de Charly, de couleurs différentes et si particuliers. Puis ils se posèrent sur ses lèvres qui lui souriaient. Et sans réfléchir, sans penser aux conséquences de son geste, William avança légèrement et posa ses lèvres sur celles de Charly, brisant le lien qui les unissait, pour en construire un nouveau, sans s'en rendre compte encore. Il le serra plus fort contre lui, se raccrochant à ce moment comme pour oublier tout le mal qu'on lui avait fait, toute la douleur qu'il ressentait, se laissant envahir par des sensations dont il n'avait jamais fait l'expérience jusque là.

L'amitié n'était plus, mais un sentiment plus fort encore... si tout ne s'écroulait pas à nouveau comme un château de cartes pour l'emmener inéluctablement vers une mort certaine, lente et douloureuse.
avatar
Invité

Revenir en haut Aller en bas
MessageMer 16 Avr - 20:48
C’est vrai qu’il n’en avait jamais parlé, il ne lui avait jamais dit qu’il avait fréquenté son daemon se disant que ce pourrait faire plus de mal que de bien. Il n’y avait rien eu par contre entre le daemon et lui, seulement de bon moment, de longue discussion, des bières prises ensemble. « Je la connaissais… j’ai pris quelques bières avec elle, je ne savais pas que c’était ton daemon, je l’ai sut à sa… mort. » Il préférait être honnête, il ne savait pas trop comment son ami allait réagir à cette annonce, mais il ne pouvait pas lui mentir. Il n’avait jamais été vraiment amoureux de Reese, il le voyait comme un bon ami, quelqu’un avec qui il s’entendait bien, il n’y avait pas sentiments forts comme avec William, mais le fait qu’il était son daemon expliquait sûrement le courant qui était aussi bien passer entre Reese et Charlie. Charly savait que son ami était un peu perdu quant à sa sexualité, il fallait être aveugle pour ne pas remarquer qu’il avait peur de s’attacher, comme Charlie parfois… celui-ci avait enchainé les contacts, peut-être que William était le seul qui était au courant que Charlie n’avait jamais été amoureux. Charly s’en ai voulu de blesser ses femmes qui parfois s’attachait à lui. Il n’était pas méchant, il voulait faire plaisir aux autres, être celui qu’on attendait qu’il soit, même s’il est un homme totalement différent de celui qu’il laisse paraître. Beaucoup plus sensible, gentil et l’un des rare à vraiment le voir comme il était, était celui couché à côté de lui qu’il tentait de rassurer du mieux qu’il le pouvait.

Charly n’avait jamais menti jamais ou presqu’à son meilleur ami, il n’aimait pas faire cela, il aimait William et les mensonges ne ferait que les éloigner, nuire à leur amitié… « C’est normal, je tiens à toi. » Il lui adressa un petit sourire alors qu’il ne s’attendait pas du tout à la suite.

Il fut surpris alors que les lèvres de son meilleur ami touchèrent les siennes, il ne s’y attendait pas, mais il attendait ce moment depuis si longtemps. Ils venaient de franchir une étape, rien ne pourrait leur permettre de retourner en arrière et il ne voulait pas que ça change. Il le serra un peu plus contre lui bien qu’il soit difficile d’être plus collé que les deux hommes en ce moment. Il caressa la joue de celui-ci, il lui dirait bien combien il l’aimait, mais ce n’était pas le temps, William devait dormir, il devait reprendre des forces, Charly n’aimait pas le voir dans cette état. S’installant un peu plus confortablement sur le dos il serra Will contre lui, lui faisant appuyer sa tête contre son torse alors que son bras droit l’entourait pour le garder contre lui. « Il faut te reposer maintenant, tu peux dormir, je serais là à côté de toi, je veillerais sur toi, il t’arrivera rien, mais il faut que tu reprennes des forces. » Il déposa un baiser sur le dessus de la tête de celui-ci pour lui montrer qu’il n’avait pas l’intention de le quitter. Il caressait l’épaule de celui-ci de sa main droite pour le détendre, pour l’encourager à dormir. Ils allaient pouvoir parler plus tard.
avatar
Invité

Revenir en haut Aller en bas
Message
Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Le pigment Moonlight Night
» couches Sweet-Night
» One night stand
» sweet night
» Déception fard Nars "Silent night"


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Daemon's Lies :: V-being delirious with friends :: Les Archives-