AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .
 Des vêtements par pitié! [Cambria] 
MessageDim 23 Mar - 20:15

Peur exagéré d'attraper une maladie... Pièce de serrure... Entre deux propositions... Va au diable saleté de mots croisés, ai-je pensé très fort en lançant la jolie petite boulette de papier plus loin. Et puis, je n'ai pas de crayon pour m'occuper de toi de toute façon. J'aurais pu le hurler à qui veut bien l'entendre, mais c'est pas très poli de hurler à cette heure de la nuit. La nuit, le jour, je ne sais même plus. Il n'y a que les quelques rougeurs du ciel apparaissant vaguement par dessus un toit quelconque qui m'indiquent que la tendance se veut plus à la clarté qu'aux étoiles. C'est mon signal! Puis, je ne suis pas un imbécile. Je suis simplement fatigué, j'ai froid et j'ai un mal de tête à vous faire couler le cerveau par les oreilles. Oui j'en veut toujours à ce fichu mots croisés, mais au fond c'est simplement un vide de plus à ce début d'existence que celui de perdre la seule chose à m'avoir réellement tenue compagnie. Ça et le reste du journal que j'essaie de faire tenir un minimum à ma taille pour couvrir l'essentiel. Pas que ça ne soit pas agréable à l'œil, mais choquer les premiers yeux se posant sur moi ce n'est pas vraiment dans mes plans de la journée. Mes plans de la journée, c'est vite dit. Je n'ai qu'une seule et unique chose en tête pour le moment et c'est de trouver celui ou celle par la faute de qui je me suis gelé le troufions toute la nuit. La chance que j'ai tout de même. Quand je pense que je ne priorise même pas un bon petit repas au coin du feu avec des vêtements douillets. C'est si beau de rêvé, mais ça ne m'avance à rien dans la situation actuelle. On se bouge! Et puisque le journal ne veut pas coopérer, je me contente d'en tenir les pages devant et derrière en avançant de ma démarche très caractérielle de pingouin ayant prit des substances qu'il n'aurait pas dû. Disons que ça doit être un effet secondaire à ses quelques éléments étant le sol dure et froid et mon apparition soudaine dans cet endroit que je ne connais pas pour aller dans cette direction que je ne connais pas non plus en me couvrant de ce papier rigide et froissé comme s'il avait passé la nuit suis la pluie avant de s'assécher comme un vieux fruit même si la texture plus râpeuse ne s'y apparente pas. Je suis le roi des métaphores douteuses.

Ceci dit, je me suis mit en marche vers... la gauche tient. À défaut de savoir où je vais, le choix de la direction reste ma seule véritable option et puisque j'ai vaguement l'impression d'avoir déjà exploré la droite, mes choix étaient plutôt restreints. Qu'y a-t-il donc à gauche? Là est la véritable question. Tout d'abord, il y a suffisamment de coins sombres pour que je puisse tenter de jouer les ninja et me faufiler d'un ombrage à l'autre. Ensuite, des rues plus grandes que ma ruelle natale et plus peuplées également. C'est bien ma chance. Ils ne dorment pas les gens par ici? Ils devraient pourtant. Comment un ninja peut-il arriver à accomplir sa mission si les gens ne dorment pas? En grimpant sur les toits peut-être? Sans doute en fait... Je ne vais tout de même pas tenter ma chance. Les enfants ne pointerons pas vers le ciel pour dire qu'ils ont vu Spiderman ou Batman, mais plutôt le nu de L.A. C'est pas un très bon coup de pub auprès de celui que je dois trouver. Il risque de ne plus vouloir de moi ensuite. Je te collerai aux basques tout de même lorsque j'aurai mis la main sur toi que je te plaise ou non! Et à divaguer comme ça, l’inévitable est évidemment arrivé. Je n'ai pas regardé devant moi et je me suis cogné le nez dans ce qui semble être une vitrine, avec des gens de l'autre côté qui me regardent en tenant leurs cafés si fort pour ne pas le laisser tomber qu'ils risquent plutôt de leur exploser au visage. Là, je crois que j'ai paniqué un peu. J'ai vaguement levé les yeux pour apercevoir l'affiche Starbucks et affiché un sourire un peu trop enjoué et mal placé sur mon visage avant de faire demi tour rapidement pour trouver une poubelle ou autre derrière laquelle me cacher. Bienvenue dans ta vie mon grand!
avatar
Invité

Revenir en haut Aller en bas
MessageMar 25 Mar - 10:10
Liam & Cambria.
Des vêtements, par pitié.


C'était une matinée comme les autres qui commençait. Un matin semblable à tant d'autres. Il faisait froid, malgré l'amorce d'un printemps clément, lors des nuits banales qui rythmaient sa vie. Elle avait délaissé le lit chaud et moelleux où elle était blottie contre Trinidad. Elles avaient cette habitude très naturelle de dormir ensemble, incapable de s'éloigner, en particulier la nuit. Ces nuits épuisantes où Trinidad souffrait tant... Mais elle savait que sa chaleur, sa présence simple, suffisait à calmer les crises de terreur. S'arracher du lit était dur, encore plus lorsqu'on n'y était pas seule et elle s'était coulée sous une douche réparatrice pour oublier la sensation agréable du corps de Trinidad collé au sien. Le boulot l'attendait, en une journée ordinaire, faite de petits rituels.

Contrairement à beaucoup de gens, Cambria aimait se rendre au travail. C'était peut-être parce qu'elle n'avait que trois ans de vie - elle en aurait peut-être beaucoup plus marre dans dix ans ? Ou simplement parce qu'elle faisait ce qu'elle aimait faire ? A cela il n'y avait pas qu'une réponse et elle appréciait les rituels matinaux. S'arrêter au Starbucks pour prendre un café latte en faisait partie. Elle entra comme d'habitude. Elle était dans la file d'Angelinos mal réveillés, venus chercher comme elle la caféine nécessaire à leur journée, comme toujours.

Mais ce matin là, un grand "bunk" contre la vitrine fit lever les yeux aux étudiants et aux cadres stressés et tout ce beau monde se tourna unanimement vers le bruit inhabituel d'un corps s'écrasant contre une vitre en un son mat. Cambria ne fit pas exception dans la marrée de gens bouches bées, incrédules pour quelques secondes encore, en voyant le jeune homme nu comme un ver en dehors des journaux qui le couvraient reculer en titubant un peu comme un pigeon qui vient de se manger une porte-fenêtre. La jeune fille cilla alors que son cerveau se mettait quelques fragments de seconde en pause avant de recommencer à tourner à plein régime. Peut-être était-ce parce qu'elle était un Daemon qu'elle réagit la première en abandonnant son futur café ? Toujours est-il qu'elle fendit la foule en voyant l'homme s'éloigner tant bien que mal pour tenter de trouver, visiblement, un abri moins exposé qu'une vitrine à l'heure de pointe. Elle n'avait pas réfléchit, elle se contenta de se précipiter dehors, rejoignant le jeune homme rapidement, retirant dans le même mouvement son manteau de feutre crème doublé aux manches d'un peu de fourrure, cintré à la taille mais assez long pour couvrir un peu ce qu'il faudrait couvrir.
Elle arriva finalement à côté de l'inconnu aux journaux, lui tendant son manteau de fille. Plutôt avoir l'air ridicule que d'attenter à la pudeur. Il n'y avait pas cinquante types de personnes qui se baladaient nues en ville : les pervers malades mentaux. Et les Daemons qui venaient juste d'apparaître. C'était devenu un spectacle moins excentrique que les premières années : imaginez qu'un homme ou qu'une femme nue se matérialise à côté de vous en pleine conférence à l'université, au mariage de votre meilleur ami ou en boîte ? Cela avait créé une sacré pagaille avant que les gens finissent, comme pour tout, par se blaser. Nul doute que les clients du Starbucks pensaient déjà qu'il était son Daemon vu qu'elle avait été la première à s'élancer. Déjà, ils s'en désintéressaient, telle était la nature humaine, incapable de s'étonner sur le long terme.

"Mettez ça. Je vais vous aider. Où est votre Lié ?"
Elle tourna la tête à gauche et à droite, comme si ce dernier allait sortir de derrière une voiture ou de la poubelle à gauche.
Elle retira même son écharpe légère, la tendant à ce Daemon inconnu, restant en pull et jupe longue dans la fraîcheur du matin.
"Pourquoi n'avez-vous pas pris une forme animale ? Cela aurait été plus facile." Elle ne l'accusait pas, mais elle était surtout surprise : son premier réflexe aurait été de prendre une apparence animale - ce qu'elle faisait inconsciemment dans toutes les situations de crise. Ceci dit cson ton avait ce petit quelque chose d'une mère agacée par le manque de pragmatisme de son enfant. Pourquoi ce Daemon là était-il tout seul ? Pourquoi n'avait-il pas son Lié non loin ? Elle se rongeait les ongles, attendant une réponse tombée du ciel qui ne venait pas.

Codes par Wild Hunger.



My heart is big as the ocean ♥
Fonda
avatar
Cambria J. Milton
┼ Messages : 1215
┼ Points : 13
┼ Date d'inscription : 21/12/2013
┼ Age : 30
┼ Lié avec : Trinidad P. Caballero
┼ Groupe : Daemon
┼ Célébrité : Emily Browning
┼ Statut : Mariée, future maman
┼ Thème : Give Me Love


Voir le profil de l'utilisateur http://daemons-lies.forumactif.org/t6-cambria-mocking-bird https://www.etsy.com/fr/shop/Liviaarts
Revenir en haut Aller en bas
MessageVen 28 Mar - 22:48

« Bonjour, moi c'est Liam et vous êtes? »

Et les politesse alors? Si vites oubliées? Ce n'est pas parce que je me balade en tenue d'Adam que je n'y ai pas droit non? Baladais plutôt, puisque j'ai esquissé un geste tout sauf habile pour me mettre dos à elle et prendre le manteau de ma main laissant tomber au passage la feuille de papier couvrant préalablement mes fesses. Le plus difficile fût de l'enfiler sans laisser paraître le reste et à défaut d'y arriver d'une seule main, j'ai usé d'une rapidité hors norme pour l'enfiler tout en relâchant la seconde page de journal et me tortillant dans tous les sens pour réussir à me couvrir du manteau puis de l'écharpe que l'inconnue me tendit et que je pris doucement en lui offrant un sourire à la 'je suis un con' comme celui m'ayant esquinté le visage lorsque j'ai fais un face à face avec la grande fenêtre sur laquelle je n'ai pas même osé poser un second regard. Il faut avouer que mes yeux se sont attardés sur une vue plus attractive de l'environnement. Il aurait été trop beau que je sois face à ce dit lié que j'ai vainement cherché depuis mon arrivé. Pas de chance faut croire. Quoique, après réflexion, un minimum de chaleur caractérisé d'une odeur féminine ce n'est pas trop malchanceux dans son genre.

« Merci pour le manteau. Ce n'est pas trop mon truc de jouer les exhibitionniste en général, mais visiblement, vous connaissez la cause de tout ceci. J'aurais aimé dire que j'ai trouvé mon lié, mais visiblement ce n'est pas le cas non plus. Pour être bien franc, mademoiselle, je n'ai pas la moindre idée de l'endroit où ce dit lié se trouve. Je suis arrivé... »

Je tourne en rond de quelques pas avant de finalement trouver la direction me semblant être la bonne et la pointer du doigt.

« De ce côté je crois. Une charmante petite ruelle glauque à souhait. Je suis certain que ça vous plairait. »

Ne suis-je pas un peu mal élevé à mon tour à l'instant? Je crois bien que oui. Ça ne se fait pas de parler comme ça à une charmante inconnue qui a abandonné le confort douillet de son manteau et de son écharpe pour porter secours à un homme se baladant presque à poil en ce merveilleux matin. Tant de gentillesse à mon égard et moi je n'arrive qu'à dire des conneries pour justifier une situation qui n'est tout de même pas de ma faute, parce que si ça avait été le cas et que j'avais eu ne serait-ce qu'un minimum de contrôle sur tout ceci, j'aurais trouvé un endroit fort plus confortable pour débuter mon existence. La forme animal, il faut tout de même admettre que je n'y avais pas du tout pensé. Je peux accuser le manque de sommeil et la faim qui commence à me faire gronder le ventre? Ma cervelle qui fait des tours de manège à répétition parce que visiblement elle s'éclate? Simplement moi sans doute, moi et un goût du risque presque palpable dans mon aura. C'est qu'il faut avoir envie de se la jouer dangereux pour ne pas simplement avoir esquivé tous ses jolis yeux braqués sur moi en prenant une forme animale quelconque que je n'ai pas même encore exploité. Ça doit être... particulier... On se concentre! C'est bien joli de réaliser par moi-même que je suis un véritable goujat à l'instant, mais ça n'excuse en rien mon comportement. J'ai glissé une mains dans mes cheveux en soupirant, lui offrant un de mes sourires magiques qui expriment à quel point je suis désolé de n'être qu'un pauvre imbécile parfois.

« Pardonnez-moi. Je ne vous ai même pas remercié pour tout ceci. Je crois que je suis encore un peu sous le choc de la nuit passé et... »

Je baisse les yeux pour observer le manteau qui cache véritablement seulement l'essentiel.

« ...choqué de constater que ce manteau ne me va étonnamment pas si mal. »

Je lui ai ensuite tendu la main.

« Permettez-moi de recommencer. Liam, orphelin de lié pour le moment et être à la cervelle encore trop sonnée pour avoir songé à la méthode facile de me balader dans la rue qui n'expose pas tout ce qui ne devrait pas l'être. Merci d'avoir prit de votre temps pour m'aider. C'est plus qu'apprécié. »
avatar
Invité

Revenir en haut Aller en bas
MessageLun 31 Mar - 9:13
Liam & Cambria.
Des vêtements, par pitié.


Elle oubliait effectivement la plus élémentaire des politesses. Mais c'était de sa faute, aussi, il se baladait juste couvert de journaux et la première préoccupation de Cambria avait plutôt été de le couvrir et de l'amener en lieu sûr plutôt que de faire la causette entre gens de bon goûts et de bonne compagnie.

Néanmoins, la remarque lui tira un petit sourire amusé alors qu'il se couvrait vivement - elle s'était tournée, trop pudique pour risquer d'entrevoir un bout de fessier impromptu. Finalement le dénommé Liam était couvert de manière très précaire, certes, mais couvert et c'était déjà suffisant pour la décence la plus primaire. Et puisqu'il lui avouait ne pas avoir de Lié proche, la jeune fille échafaudait déjà une solution pour le tirer de ce mauvais pas. Quant à la transformation animale, elle fut surprise de l'entendre avouer qu'il n'y avait pas pensé. Elle-même aurait eu cela en premier réflexe mais elle dû supposer qu'il y avait des Daemons avec plus d'instinct animal que d'autres. Sans doutes certains étaient-ils plus proches encore de leurs avatars animaux qu'elle-même - qui était quand même globalement assez souvent sous sa forme de rouge-gorge. La liberté d'une enveloppe animale était si différente de la prison de chair qui l'emprisonnait en temps que pur esprit, qu'elle aurait bien de la peine à se passer de cette sensation.

"Alors... Liam ? Je m'appelle Cambria. Et ne me remerciez pas, c'est normal, je suis aussi un Daemon et il faut bien se serrer les coudes." Elle lui sourit, gentiment, comprenant simplement sa situation sans en rajouter. Pas de Lié dans les parages, c'était plus que bizarre mais dans ce cas, la priorité restait de lui permettre de trouver un endroit où aller et quelque chose à porter. Elle était surprise également qu'il sache son nom : elle-même ne l'avait choisi que plus tard - elle était restée innommée pendant quelques heures mais à ce moment là, cela n'avait aucune importance. Il fallait croire qu'ils étaient vraiment tous différents...

"Bien... Puisque vous êtes seul et dans une tenue plutôt risquée même avec mon manteau, je suppose que vous ne savez pas où aller... Je n'habite pas trop loin, on pourrait prendre un taxi et le frère de ma Liée vous prêterait des vêtements... et des chaussures - ce serait déjà pas mal pour commencer, non ?"
Elle le regarda, un peu taquine, non par malice mais plus pour le mettre en confiance : elle voulait juste l'aider, par pure charité, cette notion si souvent oubliée par les gens.

"On ferait mieux d'y aller d'ailleurs, avant que marcher pied nus vous fasse attraper la mort et que votre Lié inconnu devienne un Détaché sans même le savoir..." L'attrapant gentiment par le bras, elle avança vers le boulevard, guettant un taxi, qu'elle héla à grands gestes afin de rejoindre le confort douillet de l'habitacle - c'est que sans manteau, il faisait frais. Tant pis pour son boulot, elle en profita pour donner l'adresse au chauffeur tout en pianotant sur son portable afin de prévenir Ayleh de son absence ainsi que sa patronne. Elles comprendraient sûrement : il y avait des priorités dans la vie. "J'habite South Central, on y sera rapidement." Dit-elle encore, du même ton poli et égal qu'elle conservait la plupart du temps.

Elle était un peu gênée, à présent. Elle espérait ne pas passer pour une idiote, à prendre les décisions, comme ça. Trop maternelle, elle avait toujours tendance à couver
tout le monde comme s'ils étaient ses petits poussins - sans doute sa grossesse accentuait-elle encore ce fait en en faisant une vraie maman poule avec tout le monde.
Codes par Wild Hunger.




My heart is big as the ocean ♥
Fonda
avatar
Cambria J. Milton
┼ Messages : 1215
┼ Points : 13
┼ Date d'inscription : 21/12/2013
┼ Age : 30
┼ Lié avec : Trinidad P. Caballero
┼ Groupe : Daemon
┼ Célébrité : Emily Browning
┼ Statut : Mariée, future maman
┼ Thème : Give Me Love


Voir le profil de l'utilisateur http://daemons-lies.forumactif.org/t6-cambria-mocking-bird https://www.etsy.com/fr/shop/Liviaarts
Revenir en haut Aller en bas
MessageSam 12 Avr - 3:40

Les heures dans cette minuscules ruelles m'ont semblé interminables. La nuit tout autant. La noirceur, la solitude et cette écrasante sensation de vide en plein centre de mon être. Je me sentais si seul, si abandonné, si perturbé dans ma prière silencieuse demandant simplement qu'on m'éveille. J'ai cherché, tourné en rond et désespéré de trouver le fruit de ma recherche. Je me suis effondré de nouveau dans cette ruelle sombre et humide de la rosée perlant sur les surfaces avoisinantes. J'ai lu ce fichu journal et espéré, croiser les doigts à m'en fendre les os, attendu de voir les premières lueur de la matinée percé à l'horizon pour finalement me mettre en mouvement de nouveau. La lumière m'aidera, elle me guidera sur le bon chemin, elle éclairera la voie. La lumière a simplement accentué le flot de bêtises affluant à mon esprit cherchant tout de même à trouver du positif dans cette situation de merde que j'ai eu le sentiment de voir se désagréger davantage en ce contact avec la fenêtre beaucoup trop propre de cette boutique de caféine. Comment est-ce que les choses pouvaient être pire? Je me le demandais bien. Il faut croire que quelqu'un là-haut à eut pitié de ma pitoyable personne et de mes frasques menaçant de s'enchainer en de nouvelles expositions indésiré de cette peau qu'il me tardait de couvrir de davantage que ses pages de journal. C'est magnifique tout ça non? Magnifique et surtout complètement cinglé de croire que quelque chose par delà les nuages a su me pointer du doigt et dire au destin 'tu vois ce petit truc blond tout énervé et égaré, bien tu lui fais une faveur et tu actives ta machine à miracle'. Merci machine à miracle, parce que grâce à toi je me trouve face non seulement à une âme charitable, mais à une âme charitable qui comprend l'essentiel de la situation parce qu'elle est comme moi. Elle est une partie d'un tout, mais il y en a qui ont plus de chance que d'autres il faut croire.

C'est un défi c'est ça? Et bien je vais le relever et avec brio! Tu m'entends toi là-haut! Regarde bien ma tronche et surtout ne l'oublie pas parce que bientôt tu pourras dire que oui j'ai réussi à faire quelque chose de ma peau! Je vais me sortir de ce faux pas, je vais prendre les choses en main et je vais trouver ce fichu lié que ça me prenne des jours ou des mois! Bon, je risque de baisser les bras avant de le trouver, parce qu'on ne peut nier que de garder constamment les bras bien haut levé ça engendre une certaine douleur et surtout ça risque d'exposer ce que le manteau cache à peine. Je vais me contenter de la pensé positive les bras baissés d'amblé si ça te vas patron des miracles. Puis même si ça ne te va pas bien je m'en moque voilà! Je deviens fou... J'essaie de me concentrer de nouveau sur l'inconnue qui n'en est plus totalement une puisqu'elle a désormais un nom. Cambria. C'est joli. Mieux que Liam. Surtout plus original et d'une sonorité plus intéressante qui roule sur la langue. Je ne fais que le penser sans le prononcer et je sens déjà ma langue s'agiter. Bon, il faut dire que je n'ai peut-être pas trouvé la meilleure des inspirations en feuilletant la chronique nécrologique. Ça me va tout de même mieux que... je ne sais pas... Il faudra que je travail l'inspiration. J'ajoute ça a la liste des choses à faire les bras baissés. Plus de merci donc, c'est ce qu'elle a dit. Je me contente donc d'un nouveau sourire de gratitude. J'aime bien sourire. Ça me donne l'impression qu'il y a au moins quelques uns de mes muscles qui ne sont pas tendus par l'angoisse ou frigorifié.

« Ça serait en effet pas si mal. »

Des vêtements, une entièreté de vêtement. J'en rêve simplement d'y penser. Je l'ai donc suivit sans rouspéter, observant mes orteils dans l'attente du dit taxi. C'est vrai que c'est un détail auquel je n'avais pas prêté attention. J'aurais pu me taillader les pieds à me balader comme ça. Note pour la prochaine fois, parce qu'on est jamais trop prévoyant, prévoir des pages de journal pour les pieds aussi. Même si, de vous à moi, plus jamais je n'espère vivre un truc comme ça. Le confort du taxi fût d'ailleurs le bienvenue pour la totalité de mon être et du même coup, j'ai pris conscience de la situation.

« Vous savez, c'est vraiment gentil de votre part, mais vous n'avez pas à faire ça. Je ne veux pas vous embêter avec tout ça alors que ça ne vous concerne pas vraiment. En fait, ni vous ni votre lié et son frère. Je n'ai pas envie de m'imposer et d'abuser de la situation même si bon je ne peux pas nier que ça me soulage grandement d'être couvert un minimum. »

J'ai tourné le visage dans sa direction pour l'observer plus amplement.

« Je ne sais vraiment pas comment gérer tout ça pour être honnête. C'est si soudain. Je n'ai rien pour vous rendre ce que vous faites pour moi. Je n'ai pas même pris la peine de prendre une forme animale pour vous éviter de vous balader avec... moi dans cet état. Je suis brisé vous croyez? On peut être brisé? Bon sang, je divague... Je ne suis pas fou, je vous assure. Enfin, je ne crois pas... Pourquoi est-ce que je vous dit tout ça... »

Le filtre à blabla il est brisé lui, pas de doute à ce sujet. Je me suis gratté l'arrête du nez du bout de l'index en reportant mon regard sur la route défilant devant nous.

« Rapidement que vous avez dit... C'est bien...Pardon... »

Ah mais ma parole, il faut que j'arrête de parler, là, maintenant, tout de suite, dans l'immédiat. Silence! Tu fais un fou de toi encore. Je me pince les lèvres du bout des doigts. Plus vite elle sera débarrassé de moi et mieux elle se portera.
avatar
Invité

Revenir en haut Aller en bas
MessageMar 15 Avr - 11:31
Liam & Cambria.
Des vêtements, par pitié.


Le pauvre Daemon esseulé n'avait décidément pas eu de chance dans son démarrage de l'existence mortelle. Cambria était née dans de très bonnes conditions et adorait sa Liée qui l'adoraient en retour en une osmose idéale. La balance cosmique penchait en faveur de certains, moins envers d'autres. Elle ne pouvait simplement pas le laisser comme ça, tout seul dans la rue, livré à lui-même dans cette jungle urbaine. Elle ne pouvait pas passer son chemin en se persuadant de n'avoir rien vu.

Liam était un peu perdu et, dans le confort du taxi, babillait à rythme soutenu, ce qui ne la dérangeait pas le moins du monde : son empathie naturelle la poussait à comprendre sa détresse après tant d'heures de solitude et de doutes.
Gentiment, elle lui prit une main, la couvrant des siennes - chaudes par rapport à la peau refroidie d'une mauvaise nuit du jeune Daemon.
"Vous n'êtes pas brisé. Plus l'on panique, moins on pense aux évidences et à ce qui serait logique avec la tête reposée. Avec un peu de repos et en sécurité, je suis certaine que vous retrouverez toutes vos facultés de Daemon. Votre Lié, vous le trouverez une fois hors de danger vous-même. Il n'est sûrement pas mort sinon vous ne seriez plus là non plus. Il est donc quelque part mais vous ne pouvez pas le retrouver nu et à l'aveuglette."

Il y avait mille manières de retrouver quelqu'un. Mais il fallait d'abord être en état de le faire. Lâchant sa main après l'avoir gentiment tapotée, Cambria désigna la rue au chauffeur, puis l'immeuble miteux qui constituait sa maison et celle de Trinidad - et également celle de Juan par extension.
Payant la course, elle sortit donc, accompagnée de son drôle d’acolyte du jour, ouvrant la porte qui fermait mal et coinçait toujours un peu, pénétrant dans les communs lézardés de cet immeuble minable de South Central. Ce n'était pas le grand luxe mais c'était leur demeure. Poussant la porte de l'appartement en faisant jouer la clé dans la serrure, elle guida Liam à l'intérieur du deux pièces, avec une minuscule cuisine près d'un petit salon aux couleurs chaudes, encombré d'un certain bric-à-brac hétéroclite, d'une grande tenture d'inspiration hindoue dans des tons chauds au dessus d'une vieille télé cathodique à l'heure des écrans plats. Quelques meubles, principalement de récupération, composaient la pièce centrale et, guidant Liam, Cambria dit simplement : "Bienvenue chez nous. Je vais te montrer la salle de bain, je pense qu'un peu d'eau chaude sera agréable après tout ça, non ? J'irais chez Juan pour prendre quelques vêtements."
La salle de bain en question était étroite mais lumineuse grâce à une grande fenêtre opacifiée. Une baignoire bleue un peu ébréchée mais très propre, un petit lavabo, une machine à laver et une petite étagère aux produits de beautés pour filles, voilà tout ce qui la composait. L'endroit, s'il était petit, si le plafond était lézardé; était très propre et globalement rangé.

Délaissant le Daemon dans la salle de bain, Cambria rejoignit l'appartement de Juan, l'étage en dessous, qui jouait à la console avec des copains. Elle remonta quelques minutes plus tard, les bras chargés par quelques vêtements prêtés afin d'aider Liam.
Laissant ces derniers sur un petit meuble près de la porte de la salle-de bain, Cambria se laissa tomber sur le petit canapé confortable, dans un soupir. Voilà une journée qui commençait vraiment bizarrement...
Codes par Wild Hunger.



My heart is big as the ocean ♥
Fonda
avatar
Cambria J. Milton
┼ Messages : 1215
┼ Points : 13
┼ Date d'inscription : 21/12/2013
┼ Age : 30
┼ Lié avec : Trinidad P. Caballero
┼ Groupe : Daemon
┼ Célébrité : Emily Browning
┼ Statut : Mariée, future maman
┼ Thème : Give Me Love


Voir le profil de l'utilisateur http://daemons-lies.forumactif.org/t6-cambria-mocking-bird https://www.etsy.com/fr/shop/Liviaarts
Revenir en haut Aller en bas
MessageDim 20 Avr - 22:43

J'essaie de me calmer. Vraiment. Je le jure, mais malgré toute ma bonne volonté je crois tout de même que c'est cette main chaude contre la mienne qui a véritablement su apaiser mon cœur survolté. Sa peau est brûlante contre la fraîcheur de la mienne et sa voix si douce et calme qu'il ne pourrait véritablement pas en être autrement. C'est un peu comme un câlin réconfortant, mais sous forme de mots qui font bien du sens en fait. Elle n'a pas tord. Je le sais bien. Je suis crevé, frigorifié et affamé. Je n'ai pas du tout la tête en état de penser à quoi que ce soit. Faut se calmer mon petit. Alors je soupire et je lui fait un nouveau sourire parce que j'ai bien retenu la leçon. Plus de remerciements... pour le moment. Je sais qu'à un moment ou un autre ça sortira sans que je puisse le retenir. Je me cale donc sur le siège du taxi en essayant de profiter de la balade, triturant mes orteils entre entre eux pour me réchauffer les pieds un minimum. Je vais la retrouver cette personne. Où donc est passé tout ce positivisme qui m'animait encore quelques instants plus tôt? Je ne prends tout de même pas tant de place à l'arrière de ce taxi, si? Il avait toute la place nécessaire pour y entrer aussi. C'est pas le moment de se dégonfler. D'abord, repos et sécurité. Ensuite, mode pirate. Un pirate? Absolument. Parce que ce serait un peu comme une chasse au trésor de chercher cette part de moi qui m'est indispensable tout comme le coffre au trésor l'est au pirate qui le trouvera. Bon, j'admets que c'est un peu merdique comme métaphore, mais sinon je pourrai toujours me clamer détective. D'ailleurs, dès demain je vais retourner dans cette petite ruelle pour y trouver des indice. Croiser les doigts très fort pour en trouver du moins. J'ai déjà été suffisamment malchanceux non? Malchanceux et chanceux dans ma malchance. Voilà ma tête qui menace de déraper de nouveau cers une destination inconnue.

Je reviens à la réalité lorsque je sens le mouvement du véhicule se stopper sous moi. Déjà arrivé? Visiblement. Je sors de la voiture en observant avec curiosité le bâtiment qui se dessine devant nous et qui est plus... moins... je ne m'attendais pas à ça. Même si je ne saurais dire à quoi je m'attendais exactement. Je la suis silencieusement, tirant sur le bas du manteau pour le remettre en état de cacher ce qu'il se doit impérativement de cacher. L'appartement s'avère douillet, bien que petit, et je me demande vraiment comment il font pour tous tenir à l'intérieur. La chose m'apparaît comme une illumination. La forme animale. Je vais devoir me faire petit et discret... La curiosité me gagne de nouveau et j'ose m'avancer un peu pour observer la décoration et les antiquités. Je ne sais véritablement pas quel autre mot utilisé pour décrire cette télévision. Une part de moi ne peux s'empêcher de sentir de nouveau un profond besoin de lui rendre tout ce qu'elle fait pour moi. Vivre à plusieurs dans ça et tout de même prendre le temps d'aider un pauvre inconnu exhibitionniste ça vaut véritablement une médaille. Je crois que ça m'a tout de même rassurer de l'entendre dire qu'elle irait chez Juan, que je suppose être le frère de sa liée, pour prendre des vêtements après avoir prononcé les mots magique. Eau chaude. Je suis rassuré parce que j'ai vraiment cru qu'ils vivaient à trois dans cet endroit.

« Ce sera en effet grandement apprécié. Merci. »

Ceci dit, et oui je n'ai pas pu m'empêcher de la remercié, j'ai fermé la porte de la salle de bain et ai retiré manteau et foulard en observant mon blême visage fatigué dans le miroir. T'as une sale gueule toi. J'ai observé les produits de beauté pour filles... me résignant bien vite à oser me donner un peu de teint. Mauvaise idée. Au moins je sais reconnaître lorsque c'est le cas. Parfois. Je me suis glissé sous la douche, profitant de la chaleur de l'eau pour me décrasser et surtout relaxer un minimum. Ça va aller. Je ne me suis pas trop attardé, n'en ressentant pas particulièrement le besoin malgré la confortante sensation que procure une bonne douche après une nuit dans une ruelle. J'en parle presque comme un fin connaisseur de la chose. L'eau coupé, je sors de la douche en cherchant une serviette pour essuyer tout ça. Il ne manque que les vêtements que je trouve dès que j'ouvre la porte de la salle de bain. Elle a véritablement pensé à tout. J'enfile un jeans et un tee-shirt qui semblent me faire pas si mal pour des vêtements empruntés et coiffe brièvement mes cheveux de mes doigts avant de chercher ma sauveuse que je ne mets pas plus de deux secondes à trouver au vu de la taille de l'endroit.

« C'est vraiment très gentil. Tout ça... Je sais que je n'arrête pas de le répéter. Je me sens beaucoup mieux! En partie. Il ne reste que le grand vide, mais ça j'imagine que je devrai me donner le temps de trouver mon lié avant de m'en débarrasser. Puis c'est très coquet comme demeure. Petit, mais efficace. J'aime bien »

Je prends place assis sur le sol face à elle.

« Comment ça s'est passé pour vous? Enfin, si ce n'est pas trop indiscret de le demander. Je peux vous tutoyer? »
avatar
Invité

Revenir en haut Aller en bas
MessageSam 10 Mai - 12:16
Hiiiii o/ Le sujet estparti courir par là bas : http://daemons-lies.forumactif.org/t353-welcome-home#3725
J'espère que ça t'iras, bisous !



My heart is big as the ocean ♥
Fonda
avatar
Cambria J. Milton
┼ Messages : 1215
┼ Points : 13
┼ Date d'inscription : 21/12/2013
┼ Age : 30
┼ Lié avec : Trinidad P. Caballero
┼ Groupe : Daemon
┼ Célébrité : Emily Browning
┼ Statut : Mariée, future maman
┼ Thème : Give Me Love


Voir le profil de l'utilisateur http://daemons-lies.forumactif.org/t6-cambria-mocking-bird https://www.etsy.com/fr/shop/Liviaarts
Revenir en haut Aller en bas
Message
Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Daemon's Lies :: V-being delirious with friends :: Les Archives-