AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .
 bilitis ★ “Oh, you’ve got a monster truck! You must be a lousy fuck.” 
MessageSam 1 Mar - 18:50

Bilitis Erin Aulin-Smith



« Quand on aime, on ne compte pas: et toi, tu ne comptes pas. »


Moi c'est Bilitis Erin Aulin-Smith, je suis une Détachée  mais mon métier c'est plutôt du genre avocate spécialisée en cas de divorce.

Je suis âgée de 27 ans, l'âge parfait, quoi. Je suis née à Los Angeles. Actuellement, je suis divorcée et par dessus le marché, j'aime tout ce qui porte une cravate et une teub. Ah au fait, j'avais un Daemon qui n'a jamais eut de nom.
Bon, je vais te raconter un peu ma vie, tu verras, ce sera chouette.


My Appearance


Difficile de passer à côté de cette grande bringue aux yeux clairs qui fait tout pour retenir l'attention des gens, autant par son attitude que sa manière de s'habiller. Bilitis est une femme résolument moderne, suivant les évolutions de la mode avec un certain recul, en prenant ce qui lui plaisait et en faisant passer pour "d'avant-garde" ce qu'elle rajoutait en influençant ainsi les femmes de son entourage. Elle a une faiblesse pour de grands couturiers un peu underground comme Vivienne Westwood ou John Galliano et ne jure que par Louboutin et Jimmy Choo; autant dire que si elle sélectionne scrupuleusement ce qu'elle porte, mademoiselle Aulin-Smith a des goûts de luxe et l'affirme à chaque tenue: tout ce qu'elle porte sent le fric à plein nez, de la plus insolente des manières.

A vrai dire, beaucoup la disent belle mais c'est relatif: Bilitis est grande et maigre, mesurant un mètre soixante-quinze pour un poids plume proche de la maigreur maladive avec une paire de jambes fragiles comme interminable. Combinaison assez rare de "la brune aux yeux bleus glacier" (quand elle ne se teint pas en blonde), elle a les allures d'une femme fatale, d'une croqueuse d'homme: c'est bien ce qu'elle est. Pourtant son nez est un peu envahissant concernant son visage, long et ovale, le front haut et les sourcils fins. Elle est coquette et soigne particulièrement sa peau très pâle, n'aimant pas bronzer par goût personnel: Bilitis érige sa blancheur comme une nouvelle mode en devenir. Elle ne veut pas suivre la mode, elle veut être la mode et cela se comprend immédiatement quand on est attentif. C'est une leader, pas une suiveuse; un trait de son caractère qu'elle balance volontiers à la gueule des autres.

La jeune femme est sophistiquée, collectionnant les parfums de luxe et les paires de chaussures et pourtant elle a une faiblesse coupable pour la fourrure et les impressions léopard et zèbre un peu mauvais goût. On peut dire que sa manière de s'habiller est pour elle un élément prépondérant de son physique, prouvant ainsi à tout un chacun qu'elle est un être hautement superficiel qui désire également surtout être jugée sur son apparence; elle vous dirait par exemple qu'elle adore ses jambes -il faut avouer qu’elle a une paire de jambes vraiment admirable- et tout un tas de trucs: mademoiselle est narcissique, vous en doutiez? Blonde pouffiasse-platine, brune avec quelques nuances colorés de rouge, d'auburn ou de prune quand ça lui chante, Bilitis porte souvent des lunettes de soleil car ses yeux bleu banquise sont particulièrement sensibles au soleil, ce qui lui occasionne beaucoup de troubles de la vue: elle n'aime cependant pas porter de lunettes de vue et met des lentilles. Autrement, elle est myope comme une taupe, ce qui l'agace prodigieusement.

Elle argue qu'elle ne porte ni tatouage, ni piercings; elle oublie cependant de dire qu'elle a un tout petit tatouage derrière l'oreille représentant le chiffre 15: son ex mari porte le même, le quinze ayant été leur chiffre porte-bonheur. La brune n'a pas désir le faire retirer au laser, ce qui veut dire beaucoup de choses. Elle porte relativement peu de bijoux même si ne se refusant rien, elle en achète énormément: dans ses dressings se perdent toutes sortes d'affaires de luxe qu'elle a parfois porté une seule fois, voir même pas du tout.

My Personality


Bilitis est de ce genre de femmes qu'on déteste d'instinct et qui ne fait rien pour montrer l'autre facette de sa personnalité, bien plus sensible qu'il n'y parait. La première impression qu'elle laisse aux gens est malheureusement la bonne: celle d'une cold stone bitch qui pense que blesser les autres l'aidera à se sentir mieux et que les rapports humains se fondent sur une constante domination mentale. Dans la vie, il faut être fort et indépendant et ne jamais hésiter à marcher sur la gueule des autres pour se faire une place; faire souffrir les autres est dans ses cordes, principalement avec les hommes. Il y a quelque chose chez Bilitis qui lui fait mépriser les hommes et chercher à les atteindre dans leur masculinité, comme une envie de revanche un peu douteuse... elle est la peste qu'on voit à toutes les fêtes, la croqueuse d'hommes détestable mais à l'agenda toujours rempli, la voleuse de petit ami par simple plaisir pervers, l'hypocrite du groupe qui critique avec une acidité proche de la cruauté.

Le pire, c'est que Bilitis est loin d'être idiote, ce qui en fait quelqu'un d'encore plus méchant, dans le fond. Cynique, sans gène et et d'un franc parlé impressionnant, elle parait au premier contact insupportable et associable au possible mais elle est assez protectrice et mature dans certaines situations. On peut dire qu'elle aime maîtriser la situation, mais lorsque cette dernière lui échappe, la jeune femme se montre volontiers colérique et capricieuse, ne sachant plus comment rattraper les choses car elle cède facilement à la provocation ou la grossièreté, tout simplement parce qu'elle est assez faible et n'arrive pas maitriser ses émotions. Pourtant sa force vient de son naturel, et ne demanderait qu'à être comprise et être moins mauvaise. Mais il y a quelque chose en la brune qui bloque son côté plus doux, très protecteur avec ceux qu'elle aime et qui l'aiment;  la famille est par exemple une donnée très importante dans sa vie même si elle ne le montre pas et son ex mari, atteint de nanisme, n'a jamais eut à souffrir de brimades de sa part, bien au contraire.

Née dans un monde où les comptes en banque sont sans limites, elle est d'une générosité incroyable et malgré tout ses défauts, elle se montre très maternelle avec ses proches; elle n'a pas vraiment d'amis sincères, parce qu'elle n'est sincère avec personne hormis quelques membres de sa famille, tout simplement. Bien sûr elle a sa petite clique, mais aucune des filles qui l'entourent n'est son amie, et vis-versa: pour Bilitis, l'amitié est un piège à con. Son impulsivité lui joue régulièrement des tours, et "vengeance" est un mot qui revient facilement dans son vocabulaire. Oui mademoiselle est rancunière et volcanique, ce sont là ses moindres défauts. Tapageuse, elle aime être regardée, être remarquée peut lui importe si cela est en bien ou en mal, du moment que sa présence est soulignée: c'est une véritable attention whore de compétition. Un autre point qui complète sa panoplie de garce est que Bilitis collectionne les hommes; bien qu'elle leur brise volontairement le cœur autant qu'elle le peu et qu'on puisse dire qu’elle a un fond assez misandre, la jeune femme est une vraie croqueuse d'hommes et la liste de ses exs et "victimes" est impressionnante. Vous me direz, si elle est si infecte, pourquoi a-t-elle du succès?

Elle dirait que les hommes aiment les garces, mais dans le fond ce n'est pas ça: elle a la conversation facile, cerne assez bien ce que veulent les hommes. Elle n'a pas si mauvais fond, en fait, mais se compose un personnage détestable. Il lui arrive d'être chaleureuse et engageante mais son problème semble venir de son vécu, son envie de revanche sur le monde masculin, son envie de foutre sa vie en l'air depuis qu'elle a apprit qu’elle souffrait -comme sa mère qui en est récemment décédée- d'une maladie cardiaque grave, la cardiomyopathie hypertrophique, amenant douleurs thoraciques, essoufflements et insuffisance cardiaque car la maladie est à un stade plutôt avancée. Depuis qu'on lui a dit qu'un des effets de son affliction est la mort subite, Bilitis est partie en roue libre: plus rien n'a d'importance comme elle pourrait mourir comme ça, aussi soudainement que sa mère... alors plus rien n'a d'importance et tout les excès sont bon: elle pousse ses actes à des conséquences extrêmes parce qu'elle ne sait pas quoi faire d'autres pour combattre sa peur de la mort. Son ambition dans sa carrière a foutu le camp, tout comme ses anciens amis. Tout comme son envie de vivre.

Tout fout le camp et rien n'a plus d'importance maintenant qu'il n'est plus là; mais c'est mieux ainsi. Et même si Molly voit clair dans le jeu de sa jumelle, Bilitis continuera sur sa lancée auto-destructive, car pour elle il n'y a plus que ça à faire... car depuis qu'elle est devenue une Détachée, son état de santé s'est grandement aggravé et son envie de vivre a peit la fuite pour laisser place à un fatalisme au dangereux parfois d'envies suicidaires...

Based on a True Story


Bilitis est née dans le Bel Air huppé de Los Angeles et sa jeunesse fut la plus dorée qui soit, entre un père sénateur et une mère avocate des stars. Suivant de près -à quelques minutes près) la naissance de sa fausse jumelle Molly, elle grandit comme une petite princesse qui ne manqua jamais de rien et qui très vite comprit qu'il suffisait d'un caprice pour obtenir attention et présent. Molly et elle étaient le jour et la nuit, aussi bien physiquement que caractériellement: autant Molly était calme et plutôt facile à vivre, autant sa jumelle était impulsive et caractérielle. Son père lui inculqua l'idée erronée que tout s'achetait avec de l'argent, que ce dernier était inépuisable; elle fut gâtée plus que de raison et bien qu’elle avait ses travers, son envie d'imiter sa mère et de devenir avocate faisait d'elle quelqu'un de travailleur et de volontaire qui malgré tout était sérieux dans ses études malgré ses nombreux petits amis; elle ne buvait pas, ne fumait pas non plus. Elle était inscrite au club d'abstinence de son lycée, ce qui ne voulait pas dire qu'elle ne contournait pas le problème pour s’amuser avec ses copains; la vie n'était qu'une question de règle, les connaitre permettant de les détourner: le tout est de ne pas être pris.

Il n'en fut qu'un qui toucha son cœur, de longue date. Quand elle tait enfant, l'associé de sa mère, monsieur Aulin, lui avait toujours fait peur: il n’était pas plus grand qu'elle à huit ans et lui semblait difforme; sa mère lui avait expliqué qu'Aulin souffrait de nanisme. Mais plus le temps passait, une fois qu'elle l'eut largement dépassé en taille, plus Bilitis le trouvait intéressant, loin des bellâtres fats qui lui tournaient autour. Aulin était plus âgé, plus mûr. Malgré sa différence, il était un vrai gentleman, un vrai séducteur; un vrai homme. Si facile à aimer qu'elle dépassa son apparence et l'université terminée, elle vint demander un stage au cabinet Aulin & Smith, autant pour valider son année que pour se rapprocher de lui. Peu importait qu'il avait presque le double de son âge, qu'il soit un nain: il la fascinait et elle le voulait, tombant follement amoureuse de lui; et ce qu'elle voulait, Bilitis l'avait toujours eu. Le couple se maria un an seulement après le début de leur relation, quand la jeune femme n'avait que vingt deux ans.

Le bonheur coulait au fil des années jusqu'à être interrompu brutalement avec le décès de sa mère, emportée par la mort subite découlant de sa cardiomyopathie. Les obsèques furent un des jours les plus douloureux de sa vie et celle de sa jumelle Molly et Bilitis ne s'en remettra jamais vraiment; au bout de trois ans de vie commune avec son époux, la jeune femme demande brusquement le divorce, sans donner d'explication. Elle dit que son mari refuse le devoir conjugal, le traine dans la boue: elle lui dit des choses qu'elle ne pense pas, des choses qui la font même souffrir elle. Qu'il est laid, qu'elle ne supporte pas sa différence, qu'il est infirme et tout un tas de choses affreuses. Et à chaque fois, elle souffre de ce qu'elle dit, mais ne désire qu'une chose: qu'il la déteste et la rejette; ce serait plus facile pour elle. La vérité est qu'on lui a diagnostiqué la même maladie que sa mère, la cardiomyopathie hypertrophique et qu'en deux ans la maladie à rapidement évoluer, de manière inquiétante. Souffrant de dyspnée et insuffisance cardiaque, la jeune femme voit sa maladie comme la fin de tout.

A la mort de sa mère, Bilitis fut anéantie et ne parvint à remonter la pente; son Daemon apparut à ce moment là, lors de l'enterrement: il s'agissait d'une drôle de type tout sec aux yeux toujours humides, qui était assis tout seul, nu comme un ver dans l'herbe entre les tombes. Il la reconnu tout de suite, elle qui était sa Liée car ils partageaient la même tristesse infinie, la même détresse. Ils se regardèrent de longues minutes sans rien se dire, comprenant ce qu'il y avait à comprendre. Pourtant jamais Bilitis ne donna de nom à son Daemon, le laissant dans son coin en se dédiant exclusivement à sa propre souffrance, comme elle l'avait toujours fait... il n'y avait qu'elle qui comptait, et elle en oublia cette autre facette de son individu, cet homme qui parlait peu, aux yeux toujours tristes. Elle l'ignora complètement, ne prit pas conscience du lien puissant qui les liaient. Il lui pompait l'air, elle ne faisait pas cas de ses sentiments: à quoi bon?

Et finalement, l'homme esseulé fit un pas pour tenter de réveiller sa Liée, centrée sur sa douleur: il se donna tout simplement la mort, ne comprenant pas le sens de son existence auprès de cette femme égoïste et narcissique. Il s’était ouvert les veines dans la baignoire de l'appartement de Bilitis, la laissant cruellement découvrir le corps. Elle eut l'impression de mourir, vomit dans toute la sale de bain et perdit connaissance. Tout devint encore plus noir, encore plus désespéré. Elle devint une Détachée, comprenant encore plus que son existence était condamnée sans espoir de rémission... la vie,s a vie, c'était vraiment de la merde...

Alors elle déconne, elle fout tout en l'air. Elle se met ses proches à dos et depuis son divorce enchaine les hommes; pire, on peut dire qu'elle les consomme. Son mari était son grand amour, celui qui ne vous arrive qu’une seul fois et elle ne veut personne d'autre. Autant faire souffrir les autres pour ses propres erreurs. Son comportement odieux n’était qu'une feinte maladroite pour l'éloigner d'elle pour qu'il ne souffre pas de sa maladie, et peut-être de sa mort. Et maintenant loin de lui, il lui manque comme jamais et elle essaye de pallier à cette absence et la peur de la mort en ruinant sa vie petit à petit... Elle ne sait plus ce qu'elle veut à part faire n'importe quoi.

Quand on peut mourir en un battement de cils, plus rien n'a d'importance et autant tout claquer, tout cramer et tout foutre en l'air.

Bonjour tout le monde ! C'est moi Basterd, la personne cachée derrière l'écran.
Je suis arrivée ici grâce à l'admin de mon cœur et je suis majeure puisque j'ai 31 ans.

Mon niveau rp est Vétéran et R.A.S mon lieutenant ♥.




Dernière édition par Bilitis E. Aulin-Smith le Jeu 26 Juin - 19:06, édité 18 fois
avatar
Invité

Revenir en haut Aller en bas
MessageSam 1 Mar - 19:13
Coucou ma poulaytte, je te re-re-valide ♥ J'espère que tu t'amuseras bien avec ce personnage haut en couleurs que j'aime beaucoup.
N'oublie pas la fiche de liens, blabla ♥
Bon jeu ♥



My heart is big as the ocean ♥
Fonda
avatar
Cambria J. Milton
┼ Messages : 1215
┼ Points : 13
┼ Date d'inscription : 21/12/2013
┼ Age : 30
┼ Lié avec : Trinidad P. Caballero
┼ Groupe : Daemon
┼ Célébrité : Emily Browning
┼ Statut : Mariée, future maman
┼ Thème : Give Me Love


Voir le profil de l'utilisateur http://daemons-lies.forumactif.org/t6-cambria-mocking-bird https://www.etsy.com/fr/shop/Liviaarts
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» (am) you’d destroy me, and I’d let you.
» aísa ∆ are you, are you
 coming to the tree...
» Certificat médical: j'en ai mon truck !!!
» Takochus d'Alie
» [LIV] Connaissez-vous les liv?


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Daemon's Lies :: V-being delirious with friends :: Les Archives-