AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .
 Etrangère masquée ~♫ 
MessageSam 8 Fév - 15:21
Quand je suis rentrée, je l’ai trouvé sur la table. J’ai regardé autour de moi. Personne. Juste cette boite et ce mot. Je savais pertinemment que c’était bientôt la Saint Valentin. Et cette boite semblait bien coller à l’occasion. Le rythme de mon cœur s’accéléra. Se pouvait-il que… William ? Je secouais la tête. Ce ne pouvait pas être lui… Je me rapprochais et ouvris le mot. Il n’y avait pas de nom de destinataire. Je lus le mot rapidement et me sentis un peu déçue. Ce n’était qu’une invitation à un bal. Rien de spécial venant de William… Mais à quoi je m’attendais ? J’hésitais un moment avant de me décider à y aller. Une fois certaine, je dus me dépêcher d’aller acheter le nécessaire pour être belle le soir. Comme il fut plaisant de choisir une robe qui ne passe pas inaperçue ! En effet, comme le bal était masqué, je pus prendre une grande robe longue un peu de style victorien, avec beaucoup de volants partout. D’un bleu pâle, elle affinait ma silhouette. Je pris un masque vénitien orné de plumes très grandes et avec des paillettes dorées. Une fois rentrée, je me préparais ce qui me prit au bas mot, au moins une heure et demi. Enfin je fus apprêtée, juste à temps pour filer au bal. L’air était doux.

J’arrivais là-bas à l’heure. Il n’y avait pas encore beaucoup de monde. Je pris une coupe de punch en espérant qu’il ne soit pas trop alcoolisé et commençait à discuter avec les gens autour de moi. Je doutais fort de trouver quelqu’un que je connaisse parmi la foule. Je n’avais rencontré que 3 personnes depuis mon arrivée. Secrètement j’espérais que William viendrait. Je scrutais les gens qui arrivait, essayant de deviner si c’était lui ou pas. Malheureusement, tous étaient masqués et je n’arrivais pas à distinguer le moindre signe distinctif de William. De plus, j’espérais mais… Je dois avouer que c’était déjà à peine vraisemblable que ce sociopathe vienne se mêler à la foule. Je le voyais déjà en train de me dire « fête commerciale, ennuyeux, trop de gens qui pensent, trop d’étalement des sentiments ». Je me renfrognais et me contentais de boire mon punch. Soudain un vertige me prit. Je m’éloignais un peu de la foule et levais la tête. Les étoiles étaient si belles. De loin j’entendais la musique et les lumières éclairaient le bas de ma robe. Je soupirais. Je ne me sentais pas vraiment à ma place. Trop de couple, d’amis qui se connaissent déjà. Et moi. L’étrangère.
avatar
Invité

Revenir en haut Aller en bas
MessageDim 9 Fév - 13:35
Quand je levais le nez de mon bureau il était déjà vingt et une heure. Je m'étirais un peu et je m'enfonçais dans mon fauteuil. Grommelant, je finis par me lever pour prendre mon manteau. Je reviendrai finir mes dossiers demain matin. Je me lèverai tôt pour ne pas perdre de temps et puis cela m'occupera. Une fois sortit de l'hôpital, j'allumais une cigarette avant de commander un taxi pour rentrer à l'appartement. Je me doutais qu'Ayleh ne serait pas là. C'était le soir de la Saint Valentin et j'avais vu sur la table une invitation à un bal. Je somnolais presque quand le taxi s'arrêta devant l'immeuble. Je payais et je montais les escaliers. Une fois arrivé devant la porte, je rentrais et au lieu d'aller me coucher comme je l'avais tout d'abord pensé, je me rendis dans la salle de bain. Trente minutes plus tard j'étais prêt. J'avais mis un smoking noir trois pièces avec chemise blanche et cravate. Mes cheveux étaient mis en arrière, plaqués et gominés. Je prenais un masque que j'avais dans mon placard de chambre et je reprenais un taxi. Dans la poche intérieure de ma veste il y avait un écrin dans lequel se trouvait un bracelet en diamant. J'avais payé cela une petite fortune mais avec les primes que j'avais pour mon travail. C'était d'ailleurs pour cette raison que j'avais mis l'appartement à mon nom et que j'avais dit aux parents d'Ayleh de lui donner tout l'argent pour ses études bien que j'eus payé ses frais d'inscription sans qu'elle le sache bien entendu. Arrivé devant la salle, je payais une nouvelle fois le taxi et je rentrais dans la salle. Voir tout ce monde me fit regretter immédiatement ma venue. Je détestais la foule et encore plus quand je savais que je n'aurais pas du venir en plus je n'arrivais pas à voir si Ayleh était vraiment là. Puis je la vis. Elle était masquée mais je la reconnus immédiatement. Je souriais et je me mis dans la tête de la surprendre mais dans le bon sens du terme. Je me voulais charmeur ce soir et non plus être la personne qui lui a toujours fait du mal et qu'elle déteste vraiment. Je m'approchais d'elle et je m'accoudais à la rambarde. De la même façon qu'elle je regardais les étoiles. Je dis alors simplement : Belle soirée n'est-ce pas ? Je lui souriais et je remettais mon nez vers le ciel. Je me sentais ce soir très bien. Étrangement ces masques me donnaient une sensation de liberté. Je mettais ma main dans ma veste pour en sortir la boîte. Je la lui tendais sans la regarder. Tiens Ayleh. Bonne Saint Valentin. Je gardais mon regard au loin ne voulant pas voir si elle était heureuse ou non.
avatar
Invité

Revenir en haut Aller en bas
MessageDim 9 Fév - 14:40
Je sentis une présence à mes côtés et sursautais légèrement. Un inconnu masqué contemplait les étoiles à mes côtés. Je ne dis rien, intimidée. Je m’interrogeais sur son identité. Savait-il qui j’étais ? Allait-il me proposer de danser ? Je ressentis une certaine joie en l’observant. Je n’étais plus seule. Peut-être que s’il restait avec moi, je paraitrais moins cruche et solitaire le soir de la saint Valentin. L’inconnu était grand. Il semblait avoir des traits de visage régulier. Je repensais à William. Il lui ressemblait un peu. Mais ce n’était pas le genre de mon Daemon, ce genre de fête.

« Belle soirée n’est-ce pas ? »

La voix me sembla familière sans que je puisse déterminer qui c’était. Elle était douce et grave, très charmeuse. Je souris avec un air rêveur.

« Très belle en effet. Je n’ai pas l’habitude de me retrouver avec tant de gens, si bien habillés. Et seule surtout. »

Je le regardais avec des yeux que je voulais confiants.

« C’est triste non ? D’être seule aujourd’hui… Vous aussi non ? »

Soudain il sortit une boite de sa poche et me la tendit en détournant les yeux.

« Tiens Ayleh. Bonne Saint Valentin. »

Je le regardais sans comprendre. Il me connaissait donc. Mais je n’arrivais toujours pas à déterminer qui il était. Je saisis la boite de manière mécanique. Puis je sentis le rouge me monter aux joues… Je balbutiais pitoyablement.

« Me…Merci… »

Je regardais sans ouvrir le jeune homme qui me tournait le dos. Allait-il s’enfuir comme un voleur après m’avoir fait ce cadeau ? Je l’interpellais.

« Attendez… Vous me connaissez… Mais… Qui êtes-vous ? Enfin, je ne sais pas si la soirée me permet de le demander. Mais… Ne partez pas, s’il vous plait… »

Mon ton était comme suppliant. Je ne voulais pas être seule. Et il m’intriguait. Qui était-il ? Pourquoi moi ? Passer la soirée avec lui me semblait être une bonne idée. Je glissais la boite dans ma poche sans l’ouvrir.

« Voulez-vous danser ? »

Je ne me serai jamais cru une telle audace. A croire que la fête me donnait du courage. Mais cet inconnu, je me sentais attirée par lui, comme si notre relation devait être inéluctable. Enfin quelqu’un prêtait attention à moi. Peut-être allais-je trouver l’âme sœur qui me soutiendrait dans les moments difficiles que je traversais ?
avatar
Invité

Revenir en haut Aller en bas
MessageMar 18 Fév - 20:48
Je la trouvais vraiment belle dans cette robe. C'était d'ailleurs pour cela que je m'étais avancé vers elle. Je savais très bien qui elle était. Je la reconnaitrais entre mille. Je n'avais pas besoin de voir son visage pour savoir qu'elle était ma Ayleh. « Très belle en effet. Je n’ai pas l’habitude de me retrouver avec tant de gens, si bien habillés. Et seule surtout. » Je souriais tristement avant de regarder au loin devant moi. « C’est triste non ? D’être seule aujourd’hui… Vous aussi non ? » J'avais envie de lui dire que je n'étais jamais  seul mais je ne le pouvais pas parce que je pouvais sentir qu'elle n'était pas heureuse et ceci était forcément de ma faute. Je m'en fichais à vrai dire qu'elle m'en veuille mais je ne supportais pas qu'elle n'essaye même pas de s'intégrer à son nouvel environnement. Je ne suis pas vraiment seul. Disons que je choisis de l'être ou ne pas l'être. Je me mis à sourire en coin et je regardais droit devant moi. Il était tant que je fasse mon petit effet. Je lui donnais le coffret et j'espérais vivement que le bracelet lui plairait. « Me…Merci… » Elle semblait totalement troublée par ce geste. Pourtant elle devrait savoir que je serai capable de tout pour elle. Ne l'avais-je pas déjà prouvé ? « Attendez… Vous me connaissez… Mais… Qui êtes-vous ? Enfin, je ne sais pas si la soirée me permet de le demander. Mais… Ne partez pas, s’il vous plait… » J'ouvrais de grands yeux. Alors elle ne m'avait pas reconnu ! Je ne voyais pas pourquoi je ferais des efforts pour elle alors qu'elle ne me reconnaissait même pas. Je serrais les poings et je fermais les yeux. Il fallait vraiment que je me calme. Tu ne me reconnais même pas alors. Je tournais les talons et je commençais à partir. J'étais très en colère et elle devrait me laisser partir pour que je me calme au lieu de vouloir me retenir mais bien sur... « Voulez-vous danser ? » Je m'arrêtais et je me retournais. J'enlevais mon masque pour lui dévoiler mon visage. Non et pas plus que toi visiblement puisque tu ne m'as même pas reconnu. Je tournais de nouveau les talons et je prenais les escaliers extérieurs pour m'aérer un peu. Je sortais de ma poche une cigarette et je l'allumais. Les femmes, elles ne savent jamais ce qu'elles veulent.
avatar
Invité

Revenir en haut Aller en bas
MessageMer 19 Fév - 17:11
L’inconnu retira son masque. Ayleh se retint de lui dire qu’il ne fallait pas mais trop tard. De plus son ton l’en dissuada. Elle eût raison. Son sang se glaça dans ses veines quand elle se rendit compte de l’identité du jeune homme. Que faisait-il là ? Elle resta pantoise, sans savoir quoi dire. Il ne fit pas attention à elle et partit avec colère.  La mine d’Ayleh se décomposa. Elle ne comprenait plus rien. Ce n’était absolument pas dans son caractère de venir à ce genre de fête. Alors pourquoi ?

Elle sentit les larmes lui venir aux yeux. L’avait- elle blessée profondément ? Elle n’avait pas eu cette intention. Pourtant, elle ne l’avait pas reconnu.  Mais n’était-ce justement pas ce qui était amusant dans ce bal masqué. Que faire ? Sans même le vouloir, elle se précipita à sa poursuite, tandis que le jeune homme se fondait dans la masse de gens colorés. Les larmes coulèrent le long des joues de l’adolescente. Elle ne voulait pas que sa soirée se finisse seule. Elle voulait être avec lui… Soudain à cette pensée elle ralentit et au moment d’attraper le bras de son daemon, elle se ravisa.
Son bras retomba mollement le long de son buste et elle regarda l’air vague le corps tant désiré du jeune homme qui disparut dans la foule bigarrée.

Pourquoi voulait-elle tant le rattraper. Chaque jour, il la malmenait et se moquait d’elle. Mais ses pensées se tournèrent vers d’autres moments, où plus proche, il avait été tel un prince sur son cheval blanc volant à sa rescousse. La première nuit où il l’avait porté, lorsqu’il l’avait rassuré dans l’avion, l’autre jour à l’hôpital, avec la couverture… Ayleh frissonna et serra ses bras autour d’elle. Il était parti… Il fallait qu’elle le retrouve. Et qu’elle s’excuse. C’était trop bête… Elle se mit à courir jouant des coudes pour aller plus vite. Elle déboucha sur la rue et regarda aux alentours. Personne. Elle se remit à courir, malheureusement ralentie par ses talons. Il était certainement rentré. Non. Ayleh voulait danser avec lui, se laisser porter par les bras puissants et sécurisant du jeune homme. Il fallait qu’elle le ramène. Elle retira précipitamment ses chaussures et se retrouva pieds nus sur l’asphalte. Il était glacial. Elle se remit à courir en tenant sa robe en s’écorchant les pieds. Enfin elle aperçut une silhouette qui s’éloignait. A bout de souffle, elle murmura  « William ».

Puis dans un élan de désespoir elle hurla dans la nuit noire son prénom, encore une fois. Encore un fois. Encore un fois. Sa voix s’étrangla dans sa gorge et elle s’effondra sur les genoux tandis que la silhouette s’éloignait dans la pénombre.
avatar
Invité

Revenir en haut Aller en bas
Message
Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Thon masqué (minçavi)
» Individus masqués apparaissant
» 092 - Thon masqué
» Semi Marathon 2010 de la Légion Etrangère à Castelnaudary
» Le Polonais comme Langue étrangère


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Daemon's Lies :: V-being delirious with friends :: Les Archives-