AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .
 Interview with a flower ♣ Ayleh 
MessageDim 2 Fév - 21:37
Ayleh & Cambria.
Interview with a Flower.


La journée était bien entamée dans la petite boutique de South Central. La lumière déclinante de l'hiver passait déjà au travers de la vitrine encombrée de plantes exotiques, filtrant en rais qui striaient les lattes du vieux plancher. L'odeur capiteuse des végétaux, lourde, humide, ravissait Cambria chaque fois qu'elle passait la porte du magasin. Une odeur familière, un peu capiteuse, mélange de lys et de roses, d'humus et d'eau croupissante. Un mélange qui n'appartenait qu'à ce petit fragment d'univers coincé entre deux immeubles, à côté d'un pressing à l'ancienne sur le déclin.
Ce n'était pas la plus belle boutique de la ville, ni la plus connue mais Cambria l'aimait parce qu'elle y avait battu pour la première fois de ses propres ailes. Elle aimait ce métier, elle qui avait choisi son prénom grâce à une orchidée trouvée en ouvrant un vieux bouquin qui traînait chez Trinidad, même pas le sien, sûrement celui de son frère ou d'un copain d'un copain de son frère. Elle avait découvert un monde à la beauté fragile.

Seule dans la boutique désertée de clients depuis une petite heure, elle s'employait à confectionner un large bouquet rond de roses derrière le comptoir en bois, appréciant la solitude et le calme. Il était près de dix-sept heures mais la lumière déclinait déjà, les joies de l'hiver. Elle aimait bien cette saison, regrettant souvent que la Californie soit si peu touchée par la neige et le givre. Elle n'était jamais allée en dehors de Los Angeles : Frederick n'avait pas voulu l'emmener en voyage de noces - elle avait lu que ça se faisait. Après tout c'était normal, elle était la cause de son malheur...
Cambria soupira doucement, passant sa main sur son ventre qui s'arrondissait à peine, si discrètement qu'elle avait parfois du mal à croire qu'elle puisse être enceinte.
La clochette teinta doucement dans le silence à peine rompu par une radio qui tournait sur une station populaire, en sourdine et Cambria sortit de sa rêverie, attacha son bouquet, l'abandonnant pour quelques instants sur le bord de l'atelier. Son visage régulier fendu d'un sourire doux, elle franchit les quelques mètres qui la séparait de la pièce principale, quittant l'atelier pour la boutique à proprement dite. Elle portait une jupe un peu vaporeuse d'un ton bleu clair, avec un pull un peu trop large de la même teinte, ceinte d'un tablier bleu signé du nom de la boutique. Ce n'était pas une cliente, visiblement, songea Cambria en découvrant une jeune femme d'environ son âge, avec de jolis cheveux auburn. Elle semblait un peu perdue, tenant ses papiers contre elle.
Sans cesser de sourire, elle la salua d'une voix douce : "Bonjour. Vous avez l'air de chercher quelque chose de précis... je peux vous aider peut-être ?"
Le sourire de Cambria était sincère et elle s'arrêta à quelques pas, près de l'étalage des fleurs coupées. La jeune femme lui faisait penser à sa première venue ici, trois ans plus tôt, fraîchement diplômée. Peut-être une stagiaire ? Ils en avaient parfois.
Codes par Wild Hunger.



My heart is big as the ocean ♥
Fonda
avatar
Cambria J. Milton
┼ Messages : 1215
┼ Points : 13
┼ Date d'inscription : 21/12/2013
┼ Age : 30
┼ Lié avec : Trinidad P. Caballero
┼ Groupe : Daemon
┼ Célébrité : Emily Browning
┼ Statut : Mariée, future maman
┼ Thème : Give Me Love


Voir le profil de l'utilisateur http://daemons-lies.forumactif.org/t6-cambria-mocking-bird https://www.etsy.com/fr/shop/Liviaarts
Revenir en haut Aller en bas
MessageJeu 6 Fév - 18:01
C’est quand j’ai consulté mes comptes que j’ai bondi. Enfin, j’ai surtout grimacé. Au vue de ce qu’il restait, avec toutes les dépenses que j’avais faites à mon arrivée, je n’allais pas pouvoir payer le loyer de ce mois-ci. Et William qui n’avait toujours pas trouvé de travail… Qu’est-ce qu’il m’agaçait celui-là ! Toujours à ramener ces filles le soir… Mon cœur se serra à cette pensée. Je n’avais jamais travaillé de ma vie. Ma matinée consista à me renseigner sur l’emploi, sur les entretiens d’embauches, et sur toute l’administration. Je fis un Curriculum Vitae, une lettre de motivation pour plusieurs emplois. Il ne restait plus qu’à aller se présenter. Je partis le cœur battant, et très motivée. Mais il s’avéra que trouver un travail était plus difficile que ce que je pensais.
On me jeta gentiment mais froidement dehors, comme une malpropre. Comment je pouvais savoir qu’il fallait être en tailleur et avoir minimum 5 ans d’expérience ? Ces américains étaient vraiment bizarres. Une étudiante est souvent une recrue dynamique et au vue de mon parcours, ce n’est comme s’ils avaient à craindre quelque chose ! Une fois, deux fois, trois fois… A chaque fois on me repoussait gentiment. Au douzième entretien, on m’informa que mon profil était intéressant mais… Je ne serai embauchée nulle part. Je ressortis désespérée. Je regardais ma liste et rayait encore un nom. Le suivant était le nom d’une boutique de fleur. Fallait-il aussi avoir 5 ans d’expérience en tant qu’expert-comptable ou en secrétariat pour vendre des fleurs ?
Je poussais la porte qui tinta joyeusement. Je regardais autour de moi. Je ne savais absolument pas composer de bouquet. Encore un critère éliminatoire. Une jeune femme souriante s’approcha de moi et me dit d’une voix douce et rassurante :

"Bonjour. Vous avez l'air de chercher quelque chose de précis... je peux vous aider peut-être ?"

Je la regardais, me retenant de la remercier de sa gentillesse. Cela me changeait des bureaux de DRH froid et moderne.

« Bonjour, je m’appelle Ayleh Keilyce. Je viens suite à l’annonce que vous avez passée, votre recherche de vendeuse à mi-temps… »

J’attendis fébrile, sa réponse. C’était mon dernier recours. Après j’allais certainement rentrer dépitée d’avoir perdu mon temps mais je me consolerai avec un bon chocolat chaud. Cette pensée me réconforta un peu.
avatar
Invité

Revenir en haut Aller en bas
MessageJeu 6 Fév - 21:34
Ayleh & Cambria.
Interview with a Flower.


Le Daemon avait toujours été sensible aux émotions des autres et Cambria aurait pu jurer que la jeune fille était éreintée. Tant de gens et tant de problèmes. Les humains s'inventaient mille complications, que s'empressaient de reprendre les Daemons pour que tout soit un vaste imbroglio. Des sentiments et des émotions en pagaille, partout. Elle se contenta de sourire, parce qu'elle avait cette gentillesse infinie en elle, celle qu'elle tenait de Trinidad. La bonté était un trait qu'elles partageaient intimement.

Bientôt sa question trouva une réponse et la nouvelle venue lui expliqua qu'elle venait pour l'annonce. Le sourire de Cambria s'élargit : elle avait hâte d'avoir une nouvelle tête en leur sein, quelqu'un avec qui papoter et échanger. Parfois les après-midis étaient longs.
"Bien sûr, oui, la patronne m'a mis au courant que nous cherchions quelqu'un. Je peux voir votre CV, s'il vous plait ?" Lorsque l'étudiante le lui remit, Cambria le parcouru sans rien dire pendant quelques secondes - Johanna, la patronne, comptait sur elle pour faire un premier tri avant qu'elle accorde l'embauche - après tout, elle était employée depuis trois ans. "Vous n'êtes pas fleuriste." C'était un constat plus qu'une question mais Cambria n'avait pas cessé de sourire gentiment. Elle-même était un jour rentrée timidement dans cette même boutique et Johanna l'avait guidée vers le diplôme - bien qu'elle avait mentionné qu'elle puisse la former sur le tas, Cambria avait voulu obtenir une qualification, preuve que malgré qu'elle soit un Daemon, elle était capable de faire comme un humain.

Voyant la tête dépitée de la jeune femme - qui s'appelait Ayleh, d'après son CV, un nom qu'elle n'avait jamais entendu mais dont elle appréciait la sonorité étrangère pour elle - Cambria s'empressa d'ajouter avec douceur : "Mais ce n'est pas un mal. Nous cherchons surtout une aide pour les fêtes et à mi-temps pour m'alléger un peu de travail. Vous ne seriez pas seule à la boutique et je peux vous apprendre les bases."

Tout en disant cela, elle passa un doigt machinal sur une rose non loin, comme une caresse inconsciente. Puis elle reprit, sans cesser de sourire, pour mieux mettre l'étudiante à l'aise : "Ce n'est pas évident de commencer : il faut bien trouver quelque part mais tout le monde veut que l'on ai déjà commencé ailleurs." Elle rit, légèrement, se souvenant des expériences des gens qu'elle connaissait - elle-même avait été prise sous l'aile de Johanna qui l'avait prise en affection, peut-être parce qu'elle était un Daemon qui voulait voler de ses propres ailes.
"Je ne suis pas la patronne, mais je la vois ce soir. Pourquoi est-ce que vous vouliez essayer ce métier ?" Toujours calme, toujours souriante, ainsi était Cambria. Cette fille - Ayleh - lui semblait gentille. Un peu perdue mais gentille. C'était peut-être la seule chose vraiment importante dans ce drôle de monde.
Codes par Wild Hunger.



My heart is big as the ocean ♥
Fonda
avatar
Cambria J. Milton
┼ Messages : 1215
┼ Points : 13
┼ Date d'inscription : 21/12/2013
┼ Age : 30
┼ Lié avec : Trinidad P. Caballero
┼ Groupe : Daemon
┼ Célébrité : Emily Browning
┼ Statut : Mariée, future maman
┼ Thème : Give Me Love


Voir le profil de l'utilisateur http://daemons-lies.forumactif.org/t6-cambria-mocking-bird https://www.etsy.com/fr/shop/Liviaarts
Revenir en haut Aller en bas
MessageVen 7 Fév - 13:28
La douceur qui se dégageait de cette femme m'apaisa. Sauf quand elle me fit remarquer que je n'étais pas fleuriste. Je faillis fondre en larme mais me retins. J'étais épuisée et j'avais envie de revoir mes parents, de revenir à mon petit confort londonien. Heureusement la jeune femme me sourit et me rassura. Je me redétendis un peu. Je pouvais apprendre me dit-elle. Cela ne me dérangeait absolument pas. En effet, j'aimais beaucoup les créations artistiques même si mon sens de l'imagination laissait à désirer. Je n'avais pu développer comme je le souhaitais mon amour pour l'art. Je regardais la rose qu'elle effleura avec tendresse. Une aura de gentillesse semblait entourer cette femme. Elle était si douce et si affectueuse. Si... maternelle. Je me serais précipitée dans ses bras si elle avait pu. Je fus d'ailleurs un peu décue du fait que ce ne fusse pas la patronne de la boutique. Et secrètement j'espérais que la patronne serait aussi gentille. Et surtout qu'elle accepterait sa candidature.
Je ne suis pas la patronne, mais je la vois ce soir. Pourquoi est-ce que vous vouliez essayer ce métier ?"
Je ne sus que répondre au début. Je pouvais dire que j'aimais l'art. Que j'aimais les fleurs. Mais j'en fus incapable. Les larmes me vinrent aux yeux. Je bafouillais :

« J'aime... J'aime... Je voudrais...Mais... Mais.... »

Les larmes roulèrent sur mes joues.

« J'ai besoin d'argent » sanglotais-je.

La chose à ne pas dire. Immédiatement je regrettais ce que je venais de dire. Je hoquetais et reculais.

« Pardon, pardon, je suis horrible »


J'avais juste envie de me changer en souris. C'était fichu. Je n'allais jamais avoir ce travail. Je n'étais pas encore assez forte. Une envie de hurler ma rage me saisit. Le visage ravagé, je sortis. La cloche tinta mais elle semblait à présent rire de moi. Je n'aimais pas cette situation. Je détestais cette ville, ces habitants. Je voulais rentrer chez moi. A Londres. Avec mes parents. Je serrais mes bras autour de moi en continuant à sangloter. J'avais peine à réprimer ma tristesse et ma détresse.
avatar
Invité

Revenir en haut Aller en bas
MessageDim 16 Fév - 13:27
Ayleh & Cambria.
Interview with a Flower.


La jeune fille semblait vraiment perdue, mal à son aise, pas à sa place. Cambria aurait voulu pouvoir la réconforter un peu - elle n'était qu'un Daemon pour beaucoup d'humains, elle ne connaissait que trop les difficultés du monde du travail, de l'argent et de l'administration. Elle n'avait jamais trop compris certaines choses. Par chance, Trinidad l'avait toujours protégée en lui permettant de vivre avec elle, en lui apprenant le monde. Sans ça qu'aurait-elle fait, avec juste quelques souvenirs communs avec sa Liée ?
Aider une âme dans le besoin lui semblait définitivement une bonne chose, une action bénéfique.
Mais en voyant les yeux de la jeune femme s'ourler de larmes, elle s'effraya un instant au fond d'elle-même : avait-elle fait quelque chose de mal ? Mais les larmes jaillirent alors qu'Ayleh avouait avoir besoin d'argent. Mais, avant que Cambria puisse dire quoi que ce soit ou simplement la retenir, elle s'en fut de la boutique, rejoignant le trottoir.
Un instant perplexe, le Daemon réfléchit rapidement. Johanna voudrait très certainement venir en aide à quelqu'un dans la détresse tout en pourvoyant au poste. Elle-même était enceinte et devrait s'absenter dans les mois à venir afin d'accoucher. Il leur fallait quelqu'un. Il y avait eu quelques présentations pour le poste mais personne qui lui inspire grand chose.
Le choix était vite trouvé pour une défenseure des causes perdues comme Cambria.

Résolue, la jeune femme sortit d'un pas rapide, espérant qu'Ayleh ne se serait pas enfuie trop loin. Elle la trouva à quelques pas, en larmes. Ce fut naturellement et sans se formaliser qu'elle lui prit doucement le poignet, lui offrant vaille que vaille un sourire aimable.
"Ecoutez, venez déjà prendre un thé avec moi. Il n'y a pas de honte à avoir besoin d'un travail pour vivre." Sa voix était basse et douce, mais ferme et elle poussa gentiment la jeune femme au devant d'elle, la ramenant dans la boutique alors qu'elle passait derrière le comptoir pour mettre une bouilloire à chauffer. La cloche teinta doucement une nouvelle fois, comme pour encourager Ayleh.
"Vous devriez sécher vos larmes." Dit-elle en lui tendant une boîte de mouchoirs, tout en préparant deux tasses - la boutique était déserte et paisible, ils avaient peu de monde en particulier en plein après-midi. "N'ayez pas honte, l'on doit tous manger..." Elle lui sourit, de ce sourire éblouissant de bonté qui n'appartenait qu'à Trinidad et à elle-même. "Nous avons besoin de quelqu'un mais pas obligatoirement quelqu'un qui s'y connaisse. Comme je vous l'ai dit je pourrait vous apprendre pendant quelques mois. Après je dois m'absenter un bon mois : je suis enceinte. Mais vous seriez avec la patronne et je suis sûre qu'elle acceptera."

L'eau fut rapidement chaude et Cambria la versa sur un sachet de thé avec du sucre avant de le tendre à Ayleh. "C'est la première fois que vous cherchez du travail, non ? J'avais aussi peur que vous la première fois, je ne savais pas quoi faire... Tranquillisez-vous, personne ne vous mangera." Elle rit, d'un rire clair et aimable, cherchant à égayer la pauvre jeune femme. Elle détestait que les gens souffrent ou soient tristes. Sans doute une déformation de sa nature - ou simplement le caractère de Trinidad qui ressortait d'autant plus...
Codes par Wild Hunger.



My heart is big as the ocean ♥
Fonda
avatar
Cambria J. Milton
┼ Messages : 1215
┼ Points : 13
┼ Date d'inscription : 21/12/2013
┼ Age : 30
┼ Lié avec : Trinidad P. Caballero
┼ Groupe : Daemon
┼ Célébrité : Emily Browning
┼ Statut : Mariée, future maman
┼ Thème : Give Me Love


Voir le profil de l'utilisateur http://daemons-lies.forumactif.org/t6-cambria-mocking-bird https://www.etsy.com/fr/shop/Liviaarts
Revenir en haut Aller en bas
MessageDim 23 Fév - 18:07
Je restais assise sans bouger, laissant pitoyablement les larmes rouler sur mes joues. Soudain la cloche retentit non loin de là. Je ne levais pas la tête. La jeune femme qui venait de me recevoir me prit le poignet fermement et m’entraina avec gentillesse dans la boutique. Heureusement qu’il n’y avait personne… Je m’assis timidement en reniflant tandis que la vendeuse s’affairait. Je lui fus reconnaissante de sa bienveillance et sa manière de parler me rassura. Elle ne m’avait pas prise pour une folle. Je m’imaginais déjà en train de le raconter à William. Puis je sortis cette mauvaise idée de ma tête. Il allait se moquer de moi, encore une fois… Je levais la tête avec espoir quand elle me dit avoir besoin d’une remplaçante.

« Je suis quelqu’un de très sérieux et d’appliqué ! Si vous me prenez, je ferai de mon mieux pour que vous soyez satisfaite… »

Je me sentis de nouveau mieux malgré l’état lamentable dans lequel j’étais.

« Je suis prête à venir quand vous voulez, autant de temps que vous le voulez »

Je murmurai ensuite à voix basse, « c’est vraiment ma dernière chance… »

Je pensais à William. Quel fainéant… Je lui en voulais de ne pas avoir trouvé de travail alors qu’il était le plus âgé. Mais sans lui… J’aurai été en prison ? Je me concentrai plutôt sur ma tasse fumante et bus à petite gorgée.

Je répondis ensuite, plus tranquille. L’effet de la boisson chaude était miraculeux !

« Oui, je n’ai jamais travaillé avant… Je ne connaissais pas les codes d’un entretien d’embauche… Peut-être que j’aurai du mettre plus d’expérience… »

J’avais plutôt l’air de réfléchir tout haut plus qu’autre chose… J’aurai voulu me mettre à ses pieds pour supplier « PRENEZ MOI s’il vous plaiiiiit » mais je me contentais de la regarder silencieusement entre espoir et supplication.


avatar
Invité

Revenir en haut Aller en bas
MessageJeu 13 Mar - 12:50
Ayleh & Cambria.
Interview with a Flower.


Cambria détestait les conflits ou les pleurs, elle était trop sensible à la détresse sincère d'une autre âme pour ne pas vouloir faire universellement le bien autours d'elle, même si cela sonnait terriblement neuneu. Elle était comme ça, toujours trop gentille, à la limite de la bonne poire. Mais comment aurait-elle pu refuser d'aider quelqu'un dans la panade alors qu'elle en avait les moyens ?

Il était évident pour Cambria qu'Ayleh serait recrutée, parce que sa patronne lui donnait toute sa confiance sur le sujet - une sacré chance pour la jeune fille. Elle trouvait qu'Ayleh, si elle semblait franchement à cran, serait certainement dotée de qualités certaines, et puis il fallait bien apprendre quelque chose en commençant quelque part - si personne ne donnait de première chance, comment pouvait-on commencer à travailler ?

"Ne vous inquiétez pas. Je vais garder votre numéro et dès ce soir, quand ma patronne passera, je lui donnerais. Elle vous contactera demain matin. Ne vous inquiétez pas, je suis certaine qu'elle fera le même choix que moi." Elle souriait en disant cela, buvant son propre thé à gorgées mesurées. "Vous pouvez rentrer tranquillement, vous avez un travail qui vous attendra le temps de faire tous vos papiers et d'officialiser ça avec la responsable."
Elle lui fit un gentil clin d’œil. Elle était sûre d'elle, Cambria, et maternelle avec ça. Sa patronne lui donnait toute latitude concernant la boutique, ce qui était une chance, tant pour elle qui pouvait s'y épanouir tranquillement, que pour Ayleh, qui aurait ainsi plus besoin de stopper ses recherches.
Deux clients entrèrent alors que Cambria finissait sa tasse et elle fit un petit clin d'oeil à Ayleh avant de contourner le comptoir pour les accueillir et les servir.
"On se verra sûrement rapidement", dit-elle, signifiant doucement un congé à la jeune femme, avant de s'en retourner à ses clients et à son travail, confortée dans l'impression d'avoir fait quelque chose de bien, aujourd'hui.


[Petit désolée c'était pour clore ♥]
Codes par Wild Hunger.



My heart is big as the ocean ♥
Fonda
avatar
Cambria J. Milton
┼ Messages : 1215
┼ Points : 13
┼ Date d'inscription : 21/12/2013
┼ Age : 30
┼ Lié avec : Trinidad P. Caballero
┼ Groupe : Daemon
┼ Célébrité : Emily Browning
┼ Statut : Mariée, future maman
┼ Thème : Give Me Love


Voir le profil de l'utilisateur http://daemons-lies.forumactif.org/t6-cambria-mocking-bird https://www.etsy.com/fr/shop/Liviaarts
Revenir en haut Aller en bas
Message
Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» interview d'une éditrice tunisienne
» Interview avec Boussairi
» Puppy Flower
» [Interview] Noël Godin
» Interview américaine


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Daemon's Lies :: V-being delirious with friends :: Les Archives-